L’Espagne craint le Maroc

10 mai 2021 - 12h40 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le Maroc, qui n’a cessé de renforcer et moderniser son armée depuis des années, avec le soutien des États-Unis qui ont par ailleurs reconnu sa souveraineté sur le Sahara, constituerait une menace pour l’Espagne.

Le Maroc a vu sa position de puissance régionale renforcée, après la décision américaine de reconnaître sa souveraineté sur le Sahara occidental. Cette situation constituerait une menace pour l’Espagne, selon Guillem Colom, Guillermo Pulido et Mario Guillamó, auteurs d’un rapport titré « Le Maroc, le détroit de Gibraltar et la menace militaire contre l’Espagne », publié par l’Institut pour la sécurité et la culture (ISC).

Selon les auteurs, l’intégrité territoriale de l’Espagne serait menacée, et le geste de l’administration américaine sous Trump renforce non seulement les relations entre les États-Unis et le Maroc, mais également la position du Maroc sur le Sahara. Pour ces derniers, le royaume continuera à œuvrer pour une nouvelle délimitation de la zone exclusive économique. « Au-delà de la pêche, aspect non moins important, on retrouve la capacité de contester la souveraineté des montagnes volcaniques de l’archipel des Canaries qui sont submergées et riches en métaux comme le tellure, le cobalt et le plomb, mettant en évidence le mont Tropique », font observer les auteurs du document.

Avec ce soutien américain, le Maroc renforce aussi son assise politique pour assumer pleinement un rôle de leader dans la région et sur le continent, assurent les auteurs du rapport qui rappellent que 15 pays africains ont déjà ouvert un consulat à Dakhla. Sur le plan de la sécurité militaire, le Maroc s’est lancé dans une course aux armements, dépassant l’Algérie dont l’armée était la plus puissante dans le Maghreb.

Du coup, l’Espagne, soulignent les auteurs, est confrontée à un double défi sécuritaire, à savoir : la gestion des effets éventuels du conflit entre le Maroc et l’Algérie sur l’ensemble de la région du détroit de Gibraltar d’une part, et l’intégrité territoriale après le contrôle du Maroc sur le Sahara occidental d’autre part.

Par ailleurs, les auteurs n’occultent pas le fait que le Maroc « a le rêve de poursuivre la mise en œuvre d’un agenda d’expansion territoriale, ce qui impliquerait de contrôler Ceuta et Melilla », rappelant les propos du chef du gouvernement, Saadeddine El Othmani, qui déclarait : « Le jour viendra où nous allons rouvrir la question de Ceuta et Melilla, des territoires marocains comme le Sahara ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - États-Unis - Diplomatie - Ceuta (Sebta) - Melilla - Sahara Marocain

Aller plus loin

Biden ne reviendra pas sur la décision de Trump de reconnaitre la marocanité du Sahara

L’administration Biden n’entend pas revenir sur la décision de Trump de reconnaître la marocanité du Sahara. L’information est non officielle mais confirmée de sources...

L’Espagne et le Maroc toujours divisés sur Ceuta et Melilla

En réponse aux questions de certains sénateurs des partis PP et Vox, le gouvernement espagnol a déclaré que le Maroc est un « partenaire stratégique » avec lequel il peut avoir...

Le Maroc est-il une menace militaire pour l’Espagne ?

Un journal espagnol estime que le Maroc représente une menace militaire pour l’Espagne, au regard des alliances stratégiques du royaume avec d’autres puissances militaires et du...

Sahara : la position des États-Unis reste inchangée

Ned Price, porte-parole du département d’État a affirmé que les États-Unis « vont continuer à soutenir le processus onusien en vue d’une solution juste et durable au différend...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le mystère de la lettre de Pedro Sánchez au roi Mohammed VI

Le gouvernement espagnol continue de refuser de divulguer le contenu de la lettre envoyée par Pedro Sánchez au roi Mohamed VI, le 14 mars 2022. Cette lettre est considérée comme le « secret mieux gardé de la politique espagnole », s’étonne un journal...

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Sahara : l’ONU dément la démission de Staffan de Mistura

Les Nations unies ont apporté un démenti formel au sujet d’une éventuelle démission de Staffan de Mistura, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara.

Explosions à Smara : le Polisario impliqué ?

Quatre explosions ont retenti dans la nuit de samedi à dimanche dans la ville de Es-Semara, au Sahara. Le bilan fait état d’un mort et de trois blessés. Le Polisario s’est félicité de ses attaques.

Des joueurs marocains « pris en otage » en Algérie

Alors qu’ils sont arrivés en Algérie dans le cadre du match aller des demi-finales de la Coupe de la Confédération de la CAF, les joueurs et le staff de la Renaissance sportive de Berkane ont été « pris en otage » en raison du maillot contenant une...

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Marathon des sables : le Marocain Rachid El Morabity vise un 10ᵉ titre

Le Marocain Rachid El Morabity, 9 fois vainqueur du Marathon des sables, l’un des plus difficiles au monde, vise une dixième victoire de cette course qui démarre ce dimanche.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.