L’Espagne craint le Maroc

10 mai 2021 - 12h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le Maroc, qui n’a cessé de renforcer et moderniser son armée depuis des années, avec le soutien des États-Unis qui ont par ailleurs reconnu sa souveraineté sur le Sahara, constituerait une menace pour l’Espagne.

Le Maroc a vu sa position de puissance régionale renforcée, après la décision américaine de reconnaître sa souveraineté sur le Sahara occidental. Cette situation constituerait une menace pour l’Espagne, selon Guillem Colom, Guillermo Pulido et Mario Guillamó, auteurs d’un rapport titré « Le Maroc, le détroit de Gibraltar et la menace militaire contre l’Espagne », publié par l’Institut pour la sécurité et la culture (ISC).

Selon les auteurs, l’intégrité territoriale de l’Espagne serait menacée, et le geste de l’administration américaine sous Trump renforce non seulement les relations entre les États-Unis et le Maroc, mais également la position du Maroc sur le Sahara. Pour ces derniers, le royaume continuera à œuvrer pour une nouvelle délimitation de la zone exclusive économique. « Au-delà de la pêche, aspect non moins important, on retrouve la capacité de contester la souveraineté des montagnes volcaniques de l’archipel des Canaries qui sont submergées et riches en métaux comme le tellure, le cobalt et le plomb, mettant en évidence le mont Tropique », font observer les auteurs du document.

Avec ce soutien américain, le Maroc renforce aussi son assise politique pour assumer pleinement un rôle de leader dans la région et sur le continent, assurent les auteurs du rapport qui rappellent que 15 pays africains ont déjà ouvert un consulat à Dakhla. Sur le plan de la sécurité militaire, le Maroc s’est lancé dans une course aux armements, dépassant l’Algérie dont l’armée était la plus puissante dans le Maghreb.

Du coup, l’Espagne, soulignent les auteurs, est confrontée à un double défi sécuritaire, à savoir : la gestion des effets éventuels du conflit entre le Maroc et l’Algérie sur l’ensemble de la région du détroit de Gibraltar d’une part, et l’intégrité territoriale après le contrôle du Maroc sur le Sahara occidental d’autre part.

Par ailleurs, les auteurs n’occultent pas le fait que le Maroc « a le rêve de poursuivre la mise en œuvre d’un agenda d’expansion territoriale, ce qui impliquerait de contrôler Ceuta et Melilla », rappelant les propos du chef du gouvernement, Saadeddine El Othmani, qui déclarait : « Le jour viendra où nous allons rouvrir la question de Ceuta et Melilla, des territoires marocains comme le Sahara ».

Sujets associés : Espagne - États-Unis - Diplomatie - Ceuta (Sebta) - Melilla - Sahara Marocain

Aller plus loin

Espagne : l’extrême droite fustige l’hébergement de mineurs marocains

La question des migrants mineurs marocains qui ont débarqué sur les côtes espagnoles, ces dernières 48 heures, continue de diviser la classe politique en Espagne. Le parti...

Sahara : la position des États-Unis reste inchangée

Ned Price, porte-parole du département d’État a affirmé que les États-Unis « vont continuer à soutenir le processus onusien en vue d’une solution juste et durable au différend...

Le Maroc est-il une menace militaire pour l’Espagne ?

Un journal espagnol estime que le Maroc représente une menace militaire pour l’Espagne, au regard des alliances stratégiques du royaume avec d’autres puissances militaires et du...

Espagne : le gouvernement rejette l’idée d’une menace marocaine de prendre Ceuta et Melilla

Le parti d’extrême droite Vox exige du gouvernement une plus grande sécurité dans les villes de Ceuta et Melilla. En réponse, le gouvernement promet d’allouer les ressources...

Ces articles devraient vous intéresser :

Amar Belani porte de nouvelles accusations contre le Maroc

Le Maroc est une fois de plus dans le viseur d’Amar Belani, envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental et des pays du Maghreb qui l’accuse de « ruiner » les efforts de Staffan de Mistura, l’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Le roi Mohammed VI réitère sa main tendue à l’Algérie

Le roi Mohammed VI a tendu encore une fois la main à l’Algérie qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison notamment la question du Sahara.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Sahara : l’ONU dément la démission de Staffan de Mistura

Les Nations unies ont apporté un démenti formel au sujet d’une éventuelle démission de Staffan de Mistura, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara.

Josep Borrell « indésirable » à Rabat

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annulé une réunion prévue en septembre à Rabat avec le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère, Josep Borrell, la jugeant « inappropriée » après la récente...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.