Espagne : une famille marocaine à la rue avec une fille malade appelle à l’aide

9 mai 2023 - 17h30 - Espagne - Ecrit par : A.P

Arrivés à Pampelune mi-mars, cachés dans un camion de légumes, un couple marocain et ses filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans dont une malade, vivent dans la rue depuis bientôt deux semaines. Désespérée, la famille appelle à l’aide pour trouver un logement et prendre en charge leur fille malade.

La famille, qui vivait chez un proche au Maroc, a payé 2 000 euros au chauffeur du camion qui les a fait entrer illégalement à Madrid. De là, ils ont pris un bus pour rejoindre Pampelune où ils avaient payé une avance de loyer d’un appartement. Mais sur place, ils ont découvert qu’ils ont été victimes d’arnaque, en plus d’avoir été victimes de vol de leurs passeports et du peu d’argent qu’ils avaient lors du trajet en bus.

À lire : Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

La famille a été hébergée pendant un mois par une connaissance marocaine à Pampelune, avant de se retrouver à la rue le 28 avril, explique à EFE, Tere González Imaz, de l’association « Apoyo Mutuo », une association qui leur a fourni de la nourriture et des vêtements et pris en charge leur hébergement dans une pension. La famille a confié avoir déjà rencontré à cinq reprises les agents des services sociaux de la mairie de la ville pour engager une procédure d’accueil régulière afin de scolariser leurs trois filles et de bénéficier d’une assurance santé qui leur permettra de soigner leur fille malade.

À lire : Une Espagnole « à la rue » à Tétouan appelle le roi Mohammed VI à l’aide

La famille a réglé pour le moment le problème du logement. Mais il reste « le problème sous-jacent », à savoir la situation de sa fille malade, déplore Peio Lasa, également membre de l’association, dénonçant l’attitude de la mairie et du gouvernement régional qui « se rejettent » la responsabilité d’apporter une solution à la situation d’urgence de la famille. Le gouvernement de Navarre a indiqué lundi que la famille devrait demander une protection internationale, avant de bénéficier de ces avantages sociaux.

À lire : Souffrant d’une maladie rare, un enfant marocain soigné en Espagne

Demander une protection internationale « serait une fraude à la loi, car cette famille ne subit pas de persécution ni ne fuit une guerre ou une catastrophe naturelle », explique Lasa, rappelant qu’ils ont quitté le Maroc « parce que leur petite fille est atteinte d’une maladie grave qui ne peut pas se soigner au Maroc ». La famille a déjà passé « onze jours à traîner d’une auberge à l’autre. L’aînée a l’air triste, pensive et la petite souffre de crises d’angoisse », relate Lasa. Les parents n’envisagent pas de retourner au Maroc, car il n’y a « aucun traitement au Maroc » pour leur fille.

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Famille - Santé

Aller plus loin

Malaga : SOS pour aider Ayoub et sa mère à rentrer au Maroc

Ayoub Fathi, le garçon marocain de deux ans atteint d’une maladie rare et qui suit un traitement à Malaga, doit se rendre au Maroc avec sa mère, en attendant de subir une...

Une Espagnole « à la rue » à Tétouan appelle le roi Mohammed VI à l’aide

Elena López Gómez, également connue sous le nom de Lena Saad, est une enseignante espagnole en service au Maroc depuis 2019. Licenciée et vivant désormais dans la rue à Tétouan,...

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque...

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des substances toxiques dans les emballages alimentaires

Une récente étude a révélé la présence de substances chimiques per – et polyfluoroalkylées (PFAS) dans certains emballages alimentaires à usage unique au Maroc.

Une maladie menace les enfants marocains

La propagation de la maladie de leishmaniose dans plusieurs provinces marocaines préoccupe le Parlement. Une députée a interpellé le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb sur ce sujet.

Les employés marocains de TikTok en colère

Les modérateurs de contenu marocains ne sont pas contents de TikTok. Ils dénoncent la détresse psychologique et les bas salaires.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Covid-19 au Maroc : la deuxième vague Omicron terminée

Au Maroc, la deuxième vague Omicron est terminée. Ceci après deux semaines consécutives de niveau de vigilance « vert faible » de la circulation du Covid-19 et le début de la phase post-vague ou la quatrième période intermédiaire.

Diabète : les précautions pour passer un mois de Ramadan en toute sérénité

Le mois de Ramadan est un mois sacré pour les musulmans. Néanmoins, quelques précautions sont à suivre scrupuleusement par certaines personnes à risque souffrant de maladies chroniques, telles que le diabète.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.