Travail saisonnier, l’Espagne recrute à nouveau

14 mars 2008 - 10h14 - Espagne - Ecrit par : L.A

Au total, 1.184 femmes marocaines préparent leurs valises pour aller en Espagne. Destination : les champs de fraises dans la région andalouse de Huelva. Ces femmes ont été toutes recrutées le week-end dernier à Fès. Originaires de plusieurs zones rurales du Royaume, ces nouvelles recrues de l’association d’entreprises espagnoles « Gora » ont entre 25 et 45 ans. Elles sont toutes mariées et mères de famille.

« Des critères auxquels il faut répondre avant de signer le contrat », indique Sifddine Ameziane, directeur régional de l’Anapec. Rappelons que cette opération est menée depuis plusieurs années maintenant, avec succès, avec les producteurs espagnols. « De fait, le taux de retour des saisonnières atteint plus de 90% », explique Ameziane.

Partenaire de l’opération, l’Anapec a mobilisé ses équipes pour des séances de sensibilisation à la migration légale au profit des femmes. Parmi ces dernières, il y en a celles qui ont déjà participé à la cueillette de fraises en Espagne l’année dernière. D’autres y vont pour la première fois. Si les frais de passeport et de visa sont à la charge des candidates, les patrons espagnols garantissent le transport depuis le Maroc ainsi que l’hébergement. Les ouvrières bénéficient également de l’assurance maladie et de prestations pour la retraite. Elles percevront entre 30 et 36 euros par jour avec la possibilité d’effectuer des heures supplémentaires. L’argent sera versé directement sur le compte bancaire des ouvrières.

Une nouvelle formule a été initiée, à cet égard, par la Banque Populaire qui a ouvert, à partir des lieux du recrutement au complexe Tajmouati, des comptes pour ces femmes. Du côté des Espagnols, avec la mise en place de ce système contractuel entre le Maroc et l’Espagne, le travail clandestin dans le secteur agricole de la province de Huelva a quasiment disparu.

Ainsi, aujourd’hui, dans plusieurs domaines de Huelva, les saisonnières originaires du Maroc représentent près de 80% des travailleurs étrangers. Elles ont donné satisfaction lors des récoltes précédentes et sont devenues très sollicitées. Nombre d’entre elles viennent de Tanger, Ksar El Kébir, Sefrou, El Jadida, Oujda, Taounate et El Hoceïma. Elles ont toutes une expérience dans l’agriculture. Durant leur absence, leurs parents ou conjoints s’occupent de leurs enfants. A leur retour au Maroc, vers la fin du mois de juin, elles reviendront avec un pactole de 3.000 euros. Ce qui leur permettra de vivre en attendant la prochaine campagne de fraises.

Source : L’Economiste - Youness Saad Alami

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Emploi - Femme marocaine - Anapec

Ces articles devraient vous intéresser :

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Les Marocains partiront à la retraite plus tard

Le Maroc s’est engagé dans la voie de réforme de son système de retraite visant à rétablir l’équilibre financier des régimes. Et l’une des principales dispositions du nouveau texte est le relèvement de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. La...

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?