L’Espagne refuse la nationalité à un Marocain « espion »

20 juin 2023 - 16h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’Audience nationale vient de confirmer la décision du ministère de la Justice de refuser la nationalité espagnole en 2019 à un citoyen marocain, considéré comme un espion chargé de surveiller les activités du Front Polisario en Espagne.

Dans un arrêt du 31 mai, la chambre administrative de l’Audience nationale, a refusé d’accorder la nationalité au Marocain en raison de sa « collaboration avec les services de renseignement marocains depuis 2010 à qui il faisait des rapports sur les activités du Front Polisario et la communauté sahraouie en Espagne », selon le rapport du centre national de renseignement (CNI). Le juge estime que ce faisant, le Marocain n’a pas « justifié d’une bonne conduite civique », conformément aux dispositions de l’article 22.4 du Code civil, fait savoir Sur.

Pourtant, le Marocain réside légalement en Espagne depuis 22 ans avec sa femme et ses deux enfants qui ont déjà la nationalité espagnole. Il n’a jamais été arrêté par la police ni écopé d’une « sanction administrative ». Mais l’Audience nationale considère suffisant le rapport du CNI, qui affirme qu’il est un espion marocain, pour lui refuser la nationalité.

À lire : La justice espagnole confirme le refus de la nationalité à un Marocain « espion »

Des sources de la sûreté de l’État soupçonnent le Maroc d’être derrière l’espionnage à l’aide de Pegasus des téléphones de Pedro Sanchez et des ministres de l’Intérieur et de la Défense, Fernando Grande-Marlaska et Margarita Robles, en 2021. Elles notent aussi un intérêt de plus en plus accru des services de renseignement marocains pour la communauté sahraouie en Espagne et les activités du Front Polisario, depuis mars 2022 que Pedro Sanchez a exprimé le soutien de l’Espagne au plan marocain d’autonomie du Sahara.

L’Audience nationale a déjà rejeté la nationalité de plusieurs Marocains pour raison d’« espionnage ». Ce fut le cas en septembre, où le demandeur serait un espion ayant travaillé dans les consulats du Maroc à Séville et Madrid depuis 2016 ; en 2020, où un autre serait basé au consulat marocain de Las Palmas entre 2008 et 2016 ; ou encore en 2013 où l’espion aurait travaillé au consulat marocain d’Almeria.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Polisario - Espionnage

Aller plus loin

L’Espagne refuse la nationalité à un Marocain

L’Audience nationale a refusé la nationalité espagnole à un Marocain résidant dans la province de Cáceres (Estrémadure), sur la base d’un rapport du Centre national de...

L’Espagne refuse la nationalité à un Marocain

La Chambre administrative de l’Audience nationale a confirmé le refus de la nationalité espagnole à un citoyen marocain, sur la base du rapport du Centre national de...

En Allemagne, un Marocain soupçonné d’espionnage des MRE

Le Parquet fédéral allemand vient de révéler qu’un individu est désormais dans le collimateur de la justice. Cet homme, identifié comme Mohamed A. et d’origine marocaine, fait...

L’Espagne refuse la nationalité à un Marocain

L’Audience nationale a confirmé la décision de refus de la nationalité espagnole à un Marocain « pour des raisons d’intérêt national ».

Ces articles devraient vous intéresser :

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.