L’Espagne refuse d’extrader un Marocain

2 juillet 2023 - 20h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’Audience nationale a refusé d’extrader au Maroc un Marocain accusé d’avoir aidé un criminel espagnol, condamné à 58 ans de prison pour meurtre, à quitter Algésiras (Cadix) et se réfugier au Maroc.

La juridiction espagnole a refusé d’extrader le Marocain, malgré l’approbation du Conseil des ministres en janvier dernier. Dans sa décision en date du 25 mai et à laquelle El Periódico de España a eu accès, elle n’a pas fait droit à la demande du tribunal de Tétouan d’extrader ce Marocain qui fait également l’objet d’une enquête ouverte par le tribunal provincial de Barcelone pour vol avec violence, blessures et enlèvement.

Le Maroc a demandé l’extradition de ce ressortissant pour avoir aidé un criminel espagnol, condamné pour vol de voitures et meurtre, à s’échapper d’un hôpital d’Algésiras en novembre 2018 et à entrer illégalement au Maroc à bord d’un bateau de pêche en échange de 3 000 euros. Le fugitif a réussi à atteindre une plage de Fnideq et à se cacher dans une maison jusqu’à son arrestation. Il se faisait passer pour un touriste.

À lire : L’Espagne refuse d’extrader un Marocain réclamé par le Maroc

Pour cet acte de dissimulation d’un étranger, condamné de surcroît, le Marocain encourt une peine de 6 mois à 3 ans d’emprisonnement et une amende au Maroc. Mais en Espagne, l’acte n’est pas constitutif d’un délit ou d’un crime. Le Marocain serait poursuivi s’il était informé des délits commis par le fugitif espagnol. Une hypothèse difficile à confirmer en l’espèce.

Concernant le délit d’entrée illégale, il est prévu par la loi espagnole et est puni d’un an de prison, sauf pour raison humanitaire. Selon l’accord d’extradition avec le Maroc, seules les personnes condamnées à une peine de prison d’au moins de deux ans peuvent être extradées. Pour toutes ces raisons, l’Audience nationale a refusé d’extrader le Marocain.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Algésiras - Tétouan - Extradition

Aller plus loin

L’Espagne refuse d’extrader un Marocain

L’Audience nationale espagnole a refusé d’extrader un Marocain arrêté à Grenade en février dernier par la Garde civile en tant qu’auteur présumé de trafic de migrants.

L’Espagne va extrader un Marocain réclamé par le Maroc

L’Audience nationale va autoriser ce lundi l’extradition d’un Marocain recherché par les autorités judiciaires de Nador pour falsification de documents et appartenance à une...

L’Espagne refuse d’extrader un Marocain

L’Audience nationale espagnole a refusé l’extradition d’un Marocain réclamé par son pays pour un crime d’appartenance à une organisation criminelle dédiée à la traite illégale...

Ce que l’on reproche au Chinois extradé par le Maroc

Un fugitif faisant l’objet d’une notice rouge d’Interpol a été arrêté au Maroc puis extradé vers la Chine. Cette extradition témoigne de la détermination de Pékin à interpeller...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.