La justice espagnole confirme le refus de la nationalité à un Marocain « espion »

9 mars 2023 - 08h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’Audience nationale a confirmé la décision du ministère de la Justice de refuser la nationalité espagnole à un Marocain en service au consulat du Maroc à Séville, considéré par le Centre national de renseignement (CNI) comme un espion des services de renseignement marocains en Espagne.

Dans un arrêt rendu le 14 septembre et auquel Europa Press a eu accès, l’Audience nationale a rejeté le recours formé par le Marocain contre la décision du ministère de la Justice datant de 2019 qui lui refuse la nationalité espagnole pour « raisons d’ordre public ou d’intérêt national ». Le département justifie sa décision en avançant « l’étroite collaboration du Marocain, depuis son arrivée au consulat du Maroc à Madrid en 2016 en tant qu’agent local, avec l’actuel chef des services de renseignement marocains en Espagne ».

À lire : L’Espagne refuse la nationalité à un « agent des renseignements marocains »

Le Marocain a soutenu dans son recours contre cette décision qu’il est marié à une citoyenne marocaine naturalisée espagnole et qu’il a deux enfants, « tous deux de nationalité espagnole », qu’« il travaille depuis 2010 comme interprète au consulat général du Maroc à Séville », que le parquet « ne s’oppose pas à l’octroi de la nationalité espagnole », que l’état civil de Séville garantit qu’il « comprend la langue espagnole, a une bonne conduite civique, est intégré à la vie espagnole et dispose de moyens de subsistance », et n’a jamais été arrêté par la police nationale.

À lire : L’Espagne refuse la nationalité à un Marocain, présumé «  espion »

Mais selon un rapport du Centre national de renseignement (CNI), le Marocain aurait des liens avec les services de renseignement marocains en Espagne. Une accusation réfutée par le Marocain qui estime que le rapport ne fournit aucun détail sur sa supposée « collaboration » avec les renseignements marocains. « L’imprécision du rapport ne permet pas d’évaluer l’impact de l’activité sur la sécurité nationale », a souligné le Marocain, demandant l’annulation de la décision du ministère de la Justice lui refusant la nationalité espagnole et l’octroi de celle-ci.

À lire : L’Espagne refuse la nationalité à un Marocain

Pour l’Audience nationale en revanche, « le contenu du rapport du CNI est suffisamment clair. Il fait allusion aux activités du requérant en tant qu’agent local des services de renseignement marocains ». La juridiction estime que le refus du ministère de la Justice d’accorder la nationalité au Marocain est « pleinement justifié » et « conforme à la loi », rejetant ainsi la requête du Marocain.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice

Aller plus loin

L’Espagne refuse la nationalité à un Marocain

L’Audience nationale a refusé la nationalité espagnole à un Marocain résidant dans la province de Cáceres (Estrémadure), sur la base d’un rapport du Centre national de...

L’Espagne refuse la nationalité à un Marocain, présumé «  espion »

L’Audience nationale vient de refuser la nationalité espagnole à un employé du consulat du Maroc à Madrid, au motif qu’il est un agent de renseignement marocain sur lequel...

L’Espagne refuse la nationalité à un « agent des renseignements marocains »

La justice a refusé en 2020 la nationalité espagnole à un Marocain résidant à Las Palmas de Gran Canaria pour ses relations supposées avec les services de renseignement...

L’Espagne refuse la nationalité à un Marocain « espion »

L’Audience nationale vient de confirmer la décision du ministère de la Justice de refuser la nationalité espagnole en 2019 à un citoyen marocain, considéré comme un espion...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : le parquet exige une tenue correcte dans les tribunaux

Les magistrats marocains doivent soigner leur apparence, en portant une tenue officielle correcte. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par le président du ministère public, El Hassan Daki.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.