L’Espagne expulse un djihadiste marocain, prétendu homosexuel

3 juillet 2023 - 16h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’Audience nationale a rejeté le recours d’un djihadiste marocain qui demandait d’annuler son expulsion ordonnée par le secrétaire d’État à la Sécurité parce qu’il constitue une menace pour la sécurité nationale. Pour sa défense, l’homme a déclaré être un homosexuel et qu’il serait en danger une fois au Maroc.

Le mis en cause a été condamné en mars 2020 à deux ans de prison par la chambre criminelle de l’Audience nationale pour auto-endoctrinement djihadiste. Le Marocain est accusé d’avoir diffusé sur Facebook un audio dans lequel il prêtait serment d’allégeance à Daech, ainsi que des appels au djihad. Le processus de son expulsion a été enclenché en 2019 après que la Direction générale de l’information de la Garde civile, l’unité en charge de la surveillance des terroristes présumés, a remarqué qu’il « participait à des activités contraires à la sécurité nationale », fait savoir El Confidencial Digital.

À lire : L’Espagne expulse le salafiste marocain Mohamed Badaoui

Le 7 octobre 2020, le secrétaire d’État à la Sécurité a signé l’arrêté d’expulsion de ce Marocain du territoire espagnol, avec l’interdiction d’entrée en Espagne pour une période de dix ans, à compter de la date de son expulsion. Le Marocain est considéré comme une menace pour la sécurité nationale de l’Espagne parce que les personnes endoctrinées, selon l’Audience nationale, « finissent par s’associer à des groupes et organisations terroristes ». Mieux, le mis en cause n’était pas intégré dans la société espagnole.

À lire : L’Espagne expulse un imam marocain

Pour tenter d’empêcher son expulsion, le Marocain a affirmé détenir un permis de séjour de longue durée et qu’il réside légalement en Espagne depuis plus de dix ans. Il a ajouté être un homosexuel, une orientation sexuelle « non admise par la société marocaine », son pays d’origine, disant craindre pour sa vie si son expulsion vers le Maroc était effective. Mais les juges ont écarté ces motifs, soutenant que le séjour légal de longue durée n’est pas synonyme d’intégration et que « l’homosexualité est punie d’une peine de prison au Maroc, donc il n’y a pas de risque pour sa vie ».

Sujets associés : Espagne - Terrorisme - Droits et Justice - Expulsion - Homosexualité Maroc - Etat islamique - Daech - Islam

Aller plus loin

L’Espagne expulse le salafiste marocain Mohamed Badaoui

Le salafiste marocain Mohamed Said Badaoui, détenu depuis un mois au Centre d’internement des étrangers (CIE) de Barcelone, a été expulsé samedi au Maroc par les autorités...

Un Marocain expulsé d’Espagne

Un homme d’origine marocaine a été expulsé cette semaine d’Espagne. On lui reproche de nombreux passages devant la justice et des condamnations.

Arrêtés en Turquie, deux Marocains expulsés vers la Syrie

Pris pour des ressortissants syriens, deux Marocains ont été arrêtés, maltraités dans un centre de rétention avant d’être expulsés par les autorités turques vers la ville...

L’Espagne expulse un imam marocain

La police espagnole a arrêté mardi l’imam de la mosquée de Talayuela (Estrémadure), Yahya Benaouda, accusé de salafisme. Il sera expulsé vers le Maroc dans les prochaines heures.

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan 2024 en France : Le Maroc perd la main sur l’encadrement religieux des MRE

À l’approche du mois de Ramadan, des voix s’élèvent pour réclamer une formation religieuse adaptée aux Marocains résidant à l’étranger, notamment en France.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Le stade de Chelsea accueille un « Open Iftar »

Après l’équipe de Blackburn, un club de D2 anglaise, qui avait ouvert ses portes en 2022, pour accueillir la prière de l’Aid Al Fitr pendant le ramadan, c’est au tour de Chelsea, le club de l’international marocain Hakim Ziyech, d’offrir une...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Le ramadan débutera jeudi en France

Le ramadan débutera officiellement le jeudi 23 mars en France, annonce le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires, prédicateurs et récitateurs du Coran durant tout le mois de Ramadan 2023.

Chaâbane débute mercredi, le ramadan dans un mois

Le premier jour du mois de Chaâbane de l’année 1444 de l’hégire correspond au mercredi 22 février 2023, a annoncé hier le ministère des Habous et des Affaires Islamiques dans un communiqué.

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.