Espagne : saisonnier, un métier sans droits

30 janvier 2012 - 13h55 - Espagne - Ecrit par : L.A

Des milliers de Marocaines partent chaque année au sud de l’Espagne pour la récolte des fraises. La façon dont elles sont traitées sur place est vivement dénoncée par la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH).

Dans un rapport intitulé "Main d’œuvre importée pour fraises exportées", l’organisation dénonce le traitement réservé aux saisonnières, principalement marocaines. Elle demande l’octroi de permis de séjour permanents par l’Espagne mais aussi la fin de la discrimination à l’embauche au Maroc.

Les droits de ces femmes, choisies "mariées et avec des enfants à charge" pour garantir un retour dans leur pays d’origine, ne sont pas assurés. Les jours non travaillés par exemple, dépendent des conditions climatiques et ne sont pas payés. Aucun revenu minimum n’est donc garanti aux travailleuses. Autre problème, les lois régissant la représentation syndicale en Espagne qui empêchent toute possibilité de création d’un "syndicat des saisonniers".

La récolte de fraises à Huelva en Espagne, premier producteur mondial de fraises, reste peu attractif pour les Espagnols, malgré un taux de chômage record de 21%. L’Espagne fait donc annuellement appel à près de 50.000 saisonniers pour les récoltes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Agriculture - Emploi - Anapec

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Maroc Telecom augmente de 10% le salaire de ses employés

Après une série de négociations, les employés de Maroc Telecom ont réussi à obtenir de la direction, une augmentation des salaires de 10 % avec effet rétroactif. Un accord a été signé dans ce sens entre les deux parties.

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Le Maroc en guerre contre la cochenille

Au Maroc, le ministère de l’Agriculture a mis en place des mesures pour limiter la propagation de la cochenille, un insecte ravageur des cultures de cactus.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.