Ex-professeure, Meriem est aujourd’hui une SDF qui dort dans un cimetière

27 janvier 2021 - 19h00 - Maroc - Ecrit par : K.B

La vie n’a pas vraiment été tendre avec Meriem, cette jeune femme originaire de Khemisset. Jadis professeure de français, elle est devenue une SDF, qui passe ses nuits dans un cimetière à Skhirat.

Depuis plus d’un an, Meriem bat les pavés de la ville de Skhirat, refusant toute forme de charité de la part des passants, encore moins des nombreuses associations qui ont proposé de la sortir de cette vie de sans-abri.

Elle passe sa journée devant la station des grands taxis de la ville, avant de rejoindre le cimetière vers la tombée de la nuit. Un rituel qui, à en croire Akhbarona, dure depuis son arrivée à Skhirat, et qui a fini par détériorer sa santé physique et mentale.

Meriem était professeure de français dans un établissement scolaire à Khemisset, avant de venir se faire soigner chez un prétendu guérisseur à Skhirat. Elle avait fait une crise dépressive sévère, suite au décès de son mari. La suite de son histoire ? Personne ne la connaît, sauf qu’elle louait une chambre au quartier El Fath, avant de devenir SDF.

Sujets associés : Skhirat - Femme marocaine - Chômage

Aller plus loin

Italie : Mostafa, un SDF marocain mort de froid sur la terrasse d’un bar à Turin

Le corps sans vie d’un Marocain de 59 ans a été découvert lundi 8 février, sur un banc à proximité d’un bar à Turin. Il s’agit de Mostafa Hait Bella, un fleuriste très connu...

Une Espagnole « à la rue » à Tétouan appelle le roi Mohammed VI à l’aide

Elena López Gómez, également connue sous le nom de Lena Saad, est une enseignante espagnole en service au Maroc depuis 2019. Licenciée et vivant désormais dans la rue à Tétouan,...

Un SDF retrouvé carbonisé dans la voiture qu’il squattait à Taza

Un corps calciné a été retrouvé, cette semaine, dans une voiture brûlée au quartier industriel de Taza. Les circonstances du drame restent encore indéterminées.

Une vie de SDF pour deux Espagnols bloqués au Maroc

De nombreux Espagnols et de Marocains résidant en Espagne sont restés bloqués au Maroc depuis le 13 mars, date à laquelle les frontières ont été fermées pour cause de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Le moral des Marocains continue de baisser

À fin juin, le moral de Marocains a continué à se dégrader, atteignant son niveau le plus bas jamais enregistré. Les ménages affichent leur pessimisme sur leur situation financière et l’évolution du niveau de vie.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Le chômage continue de baisser au Maroc

Le nombre de chômeurs au Maroc a baissé à 11,2 % au deuxième trimestre au niveau national. Un rythme qui ralentit par rapport au premier trimestre de l’année selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?