L’USFP dénonce l’exploitation de la religion à des fins électorales

26 septembre 2020 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, n’est pas d’accord avec le gouvernement. Il lui reproche l’exploitation de la religion et l’utilisation de l’argent dans les élections, tout en restant attaché au scrutin uninominal.

Le leader des socialistes a demandé au ministre des Affaires islamiques, la publication d’un décret interdisant l’exploitation des mosquées, des zaouïas et des mausolées à des fins électorales, rapporte Assabah. Pour Lachgar, cela est important, car l’exploitation de la religion à des fins politiques crée une discrimination entre les fils du même Royaume.

Bien que de la majorité, le chef de l’USFP exige du gouvernement, le renforcement du contrôle sur l’utilisation de l’argent en période électorale. Et puis, il tient au retour du scrutin uninominal dont l’intérêt est de rapprocher les électeurs des candidats militants, au lieu du scrutin de liste qui fait gagner des candidats qui ne le méritent pas toujours.

Le chef du gouvernement Saâd-Eddine El Othamni n’a pu s’accorder avec les leaders des partis politiques représentés au Parlement indique la même source. Excepté le PJD, toute la majorité est favorable au retour du scrutin uninominal, ou alors, à l’élargir aux communes de plus de 70 000 habitants (proposition de l’USFP) ou à 100 000 habitants comme l’a souhaité l’UC.

Quant aux dirigeants de l’opposition parlementaire, ils sont pour le dénominateur commun, tout en prenant en compte les bulletins blancs et nuls. Des difficultés en vue pour le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit.

Sujets associés : Religion - Corruption - Lois - Union Socialiste des Forces Populaires (USFP)

Aller plus loin

L’USFP pose ses conditions pour participer au gouvernement

Les socialistes marocains de l’USFP ont décidé de participer au nouveau gouvernement du Premier ministre Aziz Akhannouch, mais à condition de recevoir « une offre convenable ».

Maroc : la réforme du code pénal divise la classe politique

La classe politique est divisée sur la réforme du code pénal, ce qui se manifeste par l’opposition entre ministres, d’une part, et entre les partis politiques, d’autre part, sur...

Maroc : 5 000 mosquées vont rouvrir leurs portes

Le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a annoncé qu’il sera procédé à la réouverture progressive de 5 000 mosquées réparties sur l’ensemble du...

Maroc : ils rêvent d’une mosquée à la place de l’église du Sacré-Coeur de Casablanca

À l’instar du président turc, Recep Tayyip Erdogan qui a transformé en mosquée l’ancienne basilique Sainte-Sophie d’Istanbul, certains Pjdistes caressent le rêve d’opérer la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Voici les dates de début et de fin du ramadan au Maroc

Les dates de début et de fin du mois sacré de ramadan au Maroc sont désormais connues.

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Les confidences de Gad Elmaleh sur sa rencontre avec le pape François

L’humoriste marocain Gad Elmaleh s’est confié après sa rencontre avec le pape François, au Vatican le 23 décembre, à qui il a présenté son film « Reste un peu », sorti en France le 16 novembre et dont le scénario repose sur son cheminement spirituel...

Gad Elmaleh évoque « le modèle marocain de fraternité judéo-musulmane »

À l’occasion de la sortie de son film « Reste un peu » qui sort le 16 novembre, l’humoriste marocain Gad Elmaleh revient sur la richesse spirituelle du Maroc, « une terre de fraternité judéo-musulmane » dont le modèle n’existe « nulle part ailleurs ».

La date de l’Aid Al Mawlid au Maroc connue

Au Maroc, l’Aid Al Mawlid Annabaoui, la fête qui célèbre la naissance du prophète Mohammad, sera célébrée en ce mois de septembre.

Un lycée français au Maroc accusé d’intolérance religieuse

Le lycée Lyautey est au cœur d’une polémique après que plusieurs médias marocains ont publié qu’une employée de l’établissement aurait été empêchée d’y accomplir la prière. La direction du centre éducatif dément cette rumeur qu’elle juge « inconcevable ».

Le parti USFP va-t-il rejoindre l’équipe d’Akhannouch ?

Depuis quelques jours, des informations font état de la préparation d’un remaniement du gouvernement. L’Union socialiste des forces populaires (USFP) sera-t-elle la quatrième formation politique à rejoindre l’équipe d’Akhannouch ?

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Début de Ramadan au Maroc : décision ce mercredi

Alors que la majorité des pays musulmans débutent officiellement le ramadan ce jeudi 23 mars 2023, les Marocains, eux, devront attendre ce soir la décision du ministère des Habous et des Affaires islamiques.