5000 euros requis à l’encontre de Geert Wilders pour avoir insulté les Marocains

18 novembre 2016 - 11h30 - Monde - Ecrit par : Bladi.net

Une amende de 5000 euros a été requise par le ministère public à l’encontre du leader d’extrême droite néerlandaise Geert Wilders pour avoir insulté les Marocains et « semé la discorde parmi les citoyens ».

S’adressant aux juges, le représentant du ministère public Wouter Bos a affirmé : « Nous demandons au tribunal de condamner M. Wilders pour insulte à un groupe, incitation à la haine et discrimination, et requérons une amende de 5.000 euros », ajoutant que les déclarations du député européen étaient « insultantes envers les Marocains comme groupe de population » et sont marquées par des « sentiments fortement négatifs » à leur encontre.

D’après l’AFP, Geert Wilders, qui snobe son procès depuis le mois dernier, ne s’est pas présenté aux réquisitoires du ministère public.

Lors d’un meeting politique organisé dans le cadre des élections législatives de mars 2014, il avait demandé à ses militants s’ils voulaient « moins des Marocains », ce à quoi ils ont répondu « Moins ! Moins ! Moins », il avait ensuite répliqué « Nous allons nous en charger ».

Plusieurs centaines de plaintes avaient ensuite été déposées aux Pays-Bas, notamment par des Néerlandais d’origine marocaine et des associations anti-racistes.

Le parlementaire n’a jamais caché sa haine de l’islam ou du coran, qu’il compare au livre de Hitler "Mein Kampf". Sur l’islam, il avait déclaré : « Je le dis de manière plus claire : ma culture est meilleure que la culture islamique. Nous ne traitons pas les femmes, les homosexuels, les relations politiques au sein de la société, comme cette culture attardée. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Pays-Bas - Droits et Justice - Racisme - Geert Wilders

Aller plus loin

Geert Wilders s’attaque à « la racaille marocaine »

Sa condamnation par la justice pour racisme ne semble pas l’arrêter. Le leader d’extrême droite néerlandais Geert Wilders vient une nouvelle fois de s’en prendre aux Marocains,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Racisme envers les musulmans : de nouveaux témoignages accablent Christophe Galtier

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, fait face à de graves accusations de discrimination et de harcèlement moral, avec un procès prévu dans dix jours.

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...