Le djihadiste Gelel Attar affiche son opposition à la déchéance de sa nationalité belge

14 février 2021 - 12h20 - Belgique - Ecrit par : S.A

Le djihadiste belgo-marocain Gelel Attar a affiché, par le biais de son avocat, son opposition à la déchéance de sa nationalité belge devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Cette déchéance avait été prononcée en juillet dernier après sa condamnation dans l’affaire «  Zerkani  » pour des faits de terrorisme, son implication présumée dans les attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

Le Belgo-marocain Gelel Attar alias « Abou Ibrahim » s’était lié d’amitié avec Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats perpétrés le 13 novembre 2015 à Paris, et de Chakib Akrouh, l’un des tueurs des terrasses, fait savoir La Capitale. Le djihadiste est connu de la justice belge surtout à travers le dossier de la filière terroriste jugée en juillet 2015, à Bruxelles, – dit dossier « Zerkani » – du nom d’un des plus importants recruteurs de djihadistes belges de ces dernières années. Plus d’une trentaine de prévenus avaient été convoqués dans le cadre de cette affaire. Absent à son procès tout comme plusieurs autres prévenus, Gelel avait écopé de cinq ans de prison.

Le djihadiste aujourd’hui âgé de 30 ans avait rencontré Khalid Zerkani à Molenbeek après s’y être installé en décembre 2011. Lors de son procès, il a été considéré comme le bras droit du prédicateur, car il l’avait hébergé à son domicile en 2012, et avait organisé plusieurs réunions, chez lui, pour convaincre d’éventuels candidats au départ, avec tout un matériel d’endoctrinement. La justice belge avait également reproché au djihadiste d’avoir encouragé de jeunes recrues à diverses activités délictueuses (vols, petits larcins, etc.), afin de financer les départs vers la Syrie.

Gelel avait fait face à d’autres ennuis judiciaires en Belgique. Il avait été interpellé pour avoir accompagné jusqu’en Syrie, par avion, en janvier 2013, Chakib Akrouh. Le jeune homme avait confié à sa famille que c’est le Belgo-Marocain, qui l’avait encouragé. Les deux hommes avaient été radiés des registres de la population de Molenbeek quelques mois après leur départ, mais Gelel est toutefois vite rentré en Belgique via l’Allemagne, avant de rallier le Maroc la même année.

Le 15 janvier 2016, le Belgo-marocain avait été arrêté à Casablanca. Il « serait en relation directe avec les terroristes qui ont perpétré les actes barbares de Paris, le 13 novembre dernier », avait précisé le ministère marocain de l’Intérieur. L’homme avait intégré la mouvance de djihadistes marocains « Jabhat Al Nosra », avant de rejoindre les troupes de Daech. Il a notamment combattu au sein de la katiba des « muhajirin » (« les immigrés », en arabe).

Sujets associés : Belgique - Bruxelles - Terrorisme - Etat islamique - Daech - Attentat - Déchéance de la nationalité

Aller plus loin

Belgique : il sera plus difficile de déchoir les djihadistes de leur nationalité

La proposition de loi de la N-VA qui visait la déchéance obligatoire de la nationalité en cas de terrorisme ne passera pas. La commission de l’Intérieur de la Chambre l’a...

Attentats de Paris : la justice belge auditionne les complices d’Abdelhamid Abaaoud

La justice belge a entamé depuis le mardi 2 février, l’examen des charges qui pèsent sur 20 complices présumés des auteurs des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Cette étape...

Qui était Soufiane Nrhailat , le Marocain déchu de sa nationalité belge ?

Parmi les treize terroristes déchus de la nationalité belge, un certain Soufiane Nrhailat retient l’attention. Le jeune homme d’origine marocaine avait créé une association...

Des Marocains perdent leur nationalité belge

Condamnés par défaut en Belgique pour terrorisme, treize combattants — majoritairement des Belgo-Marocains — partis en Syrie ou en Afghanistan, ont été déchus de leur...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le séisme au Maroc est une « punition divine »

Des partisans d’Al-Qaïda et de l’État islamique (EI) estiment que le tremblement de terre du 8 septembre au Maroc est une « punition divine ». Sans manquer de critiquer l’aide internationale dont bénéficient les victimes.

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Qui est Golan Avitan, l’Israélien extradé par le Maroc ?

Le Maroc a extradé Golan Avitan, 54 ans, membre présumé de la célèbre famille criminelle Abergil qui a fui Israël il y a quatre ans. Il serait impliqué dans un attentat à la bombe de 2003 qui a fait trois morts.

Les passagers qui arrivent au Maroc surveillés à la loupe

Le Conseil de gouvernement a décidé jeudi de renforcer son arsenal en matière de lutte contre le terrorisme et les crimes organisés, en faisant adopter un projet de décret.

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...