Une gendarme marocaine n’aurait pas dû publier des vidéos sur TikTok

11 mars 2023 - 17h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Une femme gendarme exerçant à la Brigade de gendarmerie d’Ouled Saîd, dans la province de Settat a été mise aux arrêts par sa hiérarchie après avoir publié des vidéos d’elle en uniforme sur TikTok.

Dans les vidéos que la femme gendarme a publiées sur TikTok, on la voit se filmant en train de chanter et de danser dans son bureau. Un comportement strictement interdit par la réglementation militaire. Réagissant aux publications, la Direction régionale de la gendarmerie royale de Settat a « rappelé la mise en cause à l’ordre », fait savoir le quotidien arabophone Assabah. Aussi, a-t-elle suspendu la femme gendarme de ses fonctions.

À lire : Arrestation à Khémisset d’un gendarme en flagrant délit de corruption

En parallèle, une enquête a été ouverte pour vérifier l’authenticité de l’une des vidéos qui a largement circulé sur les réseaux sociaux. La vidéo a été envoyée au laboratoire de la Gendarmerie royale à Rabat pour expertise.

Sujets associés : Settat - Gendarmerie Royale - TikTok

Aller plus loin

Arrestation à Khémisset d’un gendarme en flagrant délit de corruption

À Khémisset, les éléments de la gendarmerie royale ont interpellé un des leurs en flagrant de délit de corruption. Il lui est reproché d’avoir reçu un pot-de-vin de 400 DH.

Des gendarmes marocains jugés pour blanchiment d’argent

24 gendarmes dont des colonels-majors et des colonels seront jugés pour blanchiment d’argent. Leur première audience devant le tribunal de première instance à Rabat a été reportée.

La gendarmerie royale face à un scandale à Berrechid

À Berrechid, deux gendarmes ont été arrêtés en flagrant délit de débauche au domicile d’une célèbre proxénète de la ville. Ils sont visés par une enquête.

Des gendarmes marocains devant la justice

24 gendarmes, dont des colonels, sont poursuivis pour leur implication dans une affaire de blanchiment d’argent. Leur procès s’est ouvert devant le tribunal de première instance...

Dossiers :

Settat

Maroc : un parlementaire en prison pour escroquerie

Le parquet général d’Ain Sebâa a placé en détention un député du parti Union constitutionnelle (UC) accusé d’avoir escroqué plus de 600 millions de dirhams à une banque et à des établissements publics.

Une gendarme marocaine n’aurait pas dû publier des vidéos sur TikTok

Une femme gendarme exerçant à la Brigade de gendarmerie d’Ouled Saîd, dans la province de Settat a été mise aux arrêts par sa hiérarchie après avoir publié des vidéos d’elle en uniforme sur TikTok.

L’adultère serait derrière le carnage de Settat

Un Marocain résidant en Italie a abattu mercredi dernier, sa femme, son frère et son neveu dans la région de Settat. Le mis en cause aurait découvert que son épouse entretenait des relations sexuelles avec son frère et son neveu.

Berrechid : les membres de la « bande de l’auto-stop » interpellés

Les éléments de la gendarmerie de Berrechid ont procédé à l’arrestation de deux membres d’une bande criminelle qui sévissait dans les encablures de Casablanca et Settat. Ils dépouillaient les auto-stoppeurs de leurs biens et prenaient la fuite.

Un imam marocain arrêté pour homosexualité et pédophilie

Un imam marocain a été arrêté à Settat pour son implication présumée dans des affaires d’homosexualité et de pédophilie. La police judiciaire de la préfecture a ouvert une enquête sur la base de vidéos compromettantes impliquant le religieux.

Gendarmerie Royale

Des livres de philosophie brûlés dans un lycée à Talsint, les obscurantistes en cause ?

Plus de deux cents livres d’une bibliothèque de lycée de Talsint ont été brûlés par le feu le week-end dernier. La gendarmerie royale mène une enquête pour identifier les auteurs de cet acte de vandalisme qui seraient « des personnes mineures ».

Maroc : deux gendarmes et un baron de drogue en prison pour corruption

Les éléments d’une brigade spéciale relevant des services centraux de la gendarmerie royale ont procédé à l’arrestation de deux gendarmes relevant de la brigade de Souk El Arbaa, dans la province de Kenitra et d’un baron de drogue dans le cadre d’une...

Un plan global pour sécuriser le Maroc

Dans ce contexte de pandémie de Covid-19, le Maroc tient à sécuriser son territoire pendant l’Aïd Al Adha et les échéances électorales. Dans ce sens, les services du ministère de l’Intérieur, de la police nationale, la protection civile, la gendarmerie...

La contrebande de cigarettes au Maroc représente 2%

En 2021, le taux de pénétration des cigarettes de contrebande sur le marché marocain a atteint 1,91 %, en augmentation par rapport à l’année 2020, selon un communiqué de l’Administration des Douanes et Impôts Indirects (ADII).

Maroc : lourde peine de prison pour un gendarme accusé de meurtre

La Cour d’appel de Kenitra a rendu son verdict dans l’affaire du jeune homme tué durant le dernier ramadan à Moulay Bousselham. Le gendarme qui est le principal accusé, a écopé d’une peine de 15 ans de prison ferme pour meurtre et falsification de...

TikTok

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

« J’ai visité le Maroc - voici pourquoi je n’y retournerai jamais »

Sur la toile, des tiktokeurs et Youtubeurs – dont des Américains – déconseillent à leurs followers de se rendre au Maroc et en évoquent les raisons. Ils disent ne plus avoir l’intention de retourner dans le royaume.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

Un Tiktoker arrêté pour offense au roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont arrêté à Tétouan, Mohamed Malali, un célèbre influenceur et Tiktoker, pour avoir proféré des insultes contre le royaume et ses symboles dans l’une de ses vidéos humoristiques.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.