Les trois lettres qui ont empêché une guerre entre l’Espagne et le Maroc en 1975

24 mars 2022 - 14h00 - Ecrit par : A.S

Trois lettres décisives de l’ambassadeur espagnol à Rabat, Adolfo Martín-Gamero, auraient permis d’éviter un conflit armé entre le Maroc et l’Espagne en 1975. Le diplomate avait fortement déconseillé aux autorités espagnoles d’œuvrer pour la chute du roi Hassan II, et contribué à faire échec à la Marche verte.

Les trois lettres décisives de l’ambassadeur Martín-Gamero au président du gouvernement d’alors, Arias Carlos, sont datées des 6 juin, 11 juillet et 14 octobre 1975. Les deux premières sont antérieures à la Marche verte tandis que la dernière coïncide avec l’appel de celle-ci. Elle a été envoyée deux jours avant que la Cour internationale de justice de La Haye ne confirme le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui conformément à la résolution 1514 des Nations unies, fait savoir El Debate.

À lire : L’Espagne veut être un « acteur » du conflit au Sahara

Dans ces trois courriers, le diplomate adresse le même message au chef du gouvernement : éviter la chute du roi Hassan II et empêcher la Marche verte pour ne pas ouvrir un conflit armé avec le Maroc. Même si, à l’époque, l’Espagne avait les moyens de remporter cette guerre, elle allait en subir de graves conséquences, car aurait été condamnée par les Nations Unies pour avoir tiré sur les civils prétendument non armés lors de la Marche verte. Aussi, le roi Juan Carlos, qui venait d’accéder au trône, aurait eu à gérer une crise avec le Maroc. Le mieux à faire était donc de céder le Sahara au Maroc.

Le président Arias Carlos Navarro a suivi les conseils de son ambassadeur à Rabat à la lettre. Il a envoyé son ministre secrétaire général du Mouvement, Solís, négocier avec Hassan II pour arrêter la Marche verte et, plus tard, son ministre de la Présidence, Antonio Carro, pour préparer les accords de cession du Sahara, lesquels ont été signés à Madrid courant la semaine de la mort de Franco.

À lire : L’Espagne change sa position sur le Sahara

Plus de quarante ans plus tard, le Sahara continue d’être revendiqué par le Maroc qui a réussi par amener l’Espagne à reconnaitre sa souveraineté sur ce territoire. Vendredi, le cabinet royal marocain a indiqué dans un communiqué que le président Pedro Sanchez, à travers une lettre adressée au roi Mohammed VI, a décidé de soutenir le plan marocain d’autonomie du Sahara. Une décision condamnée par le Front Polisario, l’Algérie et les partis politiques espagnols, de la coalition gouvernementale comme de l’opposition.

Tags : Espagne - Autonomie Sahara - Sahara Marocain

Aller plus loin

Le parti socialiste espagnol défend le changement de position sur le Sahara

Le PSOE, parti membre de la majorité présidentielle en Espagne, a publié le week-end dernier un document de quatre pages dans lequel il tente de convaincre ses militants du...

A cause du Sahara, la coalition gouvernementale en Espagne risque d’exploser

Malgré son désaccord avec Pedro Sanchez sur le changement de position sur le Sahara, Podemos ne quittera pas le gouvernement de coalition, a assuré son porte-parole, Pablo...

L’Espagne change sa position sur le Sahara

C’est une réaction attendue depuis de longs mois par les autorités marocaines et qui augure sans doute un retour à la normale dans les relations entre le Maroc et l’Espagne. Dans...

L’Espagne veut être un « acteur » du conflit au Sahara

Convoqué au Congrès pour expliquer la décision de soutenir le plan marocain d’autonomie du Sahara, le ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a indiqué ce mercredi que...

Nous vous recommandons

Maroc : le test PCR reste obligatoire pour les voyageurs

En réponse à la demande de certains professionnels de supprimer les tests PCR aux voyageurs, le gouvernement a rappelé que cette mesure reste en vigueur « jusqu’à nouvel ordre ».

Rentrée scolaire 2020-2021 : cours en présentiel ou à distance ?

Prévue le 3 septembre prochain, la rentrée scolaire 2021-2022 laisse planer beaucoup d’incertitudes sur la forme de l’enseignement dans les lycées et collèges publics et privés. À distance ou en présentiel, pour l’heure, les regards sont tournés vers le...

Que reproche-t-on au Français arrêté au Maroc ?

Un Franco-Tunisien recherché pour son implication présumée dans une série de vols à main armée dans le Var en 2017, a été arrêté vendredi 11 février dernier au Maroc. Il a été placé en détention en attendant son...

Ursula Von der Leyen s’exprime sur les relations Maroc - Union européenne

Les relations stratégiques entre le Maroc et l’Union européenne sont d’une grande importance, a affirmé samedi, la présidente de la Commission européenne. Ursula Von der Leyen a notamment souligné la considération mutuelle et le respect des engagements...

Ilias Akhomach tourne le dos au Maroc et choisit l’Espagne

Ilias Akhomach, le jeune attaquant marocain qui a été convoqué par le nouveau sélectionneur du FC Barcelone lors du match contre l’Espanyol, aurait décliné l’offre de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) pour faire partie des Lions de...

Suspension de vols : un spécialiste explique la décision marocaine

Dr Tayeb Hamdi, médecin, chercheur en politiques et systèmes de santé, revient sur la décision des autorités marocaines de suspendre les liaisons aériennes avec la Russie, l’Allemagne, les Pays-Bas et le...

Les Français sous le charme de la gastronomie marocaine

La gastronomie marocaine fait un malheur en France. Les consommateurs français raffolent des plats phares, comme le couscous et le tajine.

Une promesse avait été faite aux Pharaons en cas de victoire contre le Maroc

Ashraf Sobhi, ministre égyptien de la Jeunesse et des Sports avait promis une récompense à la sélection nationale en cas de victoire contre le Maroc. Les Pharaons ont relevé le défi en battant les Lions de l’Atlas (2-1). Ils rejoignent ainsi les Lions...

Sans douanes commerciales, Sebta et Melilla meurent à petit feu

La mise en place des douanes commerciales est l’une des principales conditions pour relancer l’économie de Sebta et Melilla et mettre fin à la contrebande aux frontières des deux villes avec le Maroc, après plus de deux ans de...

Douanes à Sebta et Melilla : Pas d’accord entre l’Espagne et le Maroc

L’Espagne et le Maroc ne sont pas parvenus à un accord pour la réouverture de la douane commerciale à Melilla et la création d’une nouvelle à Sebta, lors de la rencontre tenue mardi à Madrid. Les deux pays ont prévu de se rencontrer à nouveau « dans les...