Les hauts fonctionnaires marocains formés par l’Université Harvard

10 mars 2021 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

Les hauts fonctionnaires, cadres supérieurs et des enseignants à l’école des nouvelles approches de l’évaluation des politiques publiques. Le module est au cœur d’un cycle de formation lancé, lundi à Rabat, et organisé par l’École nationale supérieure d’administration (ENSA) et Harvard Kennedy School of Governement (KSG).

Cette formation qui s’inscrit dans le cadre de l’ambitieux programme Millennium Challenge Corporation (Compact II) porté par l’Agence Millenium Challenge Account-Morocco, a pour objectif de promouvoir l’utilisation des données et des enseignements de la recherche basés sur des données dans la prise de décision, via le projet « Building Capacity to use Research Evidence » (BCURE) de Harvard au sein de l’ENSA.

Vu que l’évaluation est une composante fondamentale de la bonne gouvernance, cette formation s’avère importante, pour être en phase avec le nouveau modèle de développement et l’émergence d’une nouvelle génération de politiques publiques. Selon le Directeur général de l’ENSA, Rachid Meliani, cette formation qui sera encadrée par d’éminents professeurs de la Harvard KSG à l’instar de Janina Matuszeski, Dan Levy, Charlotte Tuminelli et Amelia Knudso, va se faire en deux volets : la formation des formateurs (TOT) puis, le déploiement des modules BCURE au sein de l’ENSA.

La première partie est dédiée à la formation de 23 enseignants, cadres supérieurs et hauts fonctionnaires relevant notamment des ministères de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, de l’Intérieur, ainsi que de l’Observatoire national du développement humain, du Conseil de la Concurrence, de l’Instance nationale de l’évaluation du système de l’éducation et de la formation, en plus de magistrats et d’inspecteurs des finances. La seconde partie va assurer l’implémentation des modules BCURE dans les curricula de l’ENSA et leur intégration dans les différentes formations initiales et continues assurées par l’école, en vue d’accompagner le déploiement du nouveau modèle de développement.

À sa suite, Malika Laasri, la Directrice générale de l’Agence Millenium Challenge Account-Morocco, a souligné que la formation BCURE au niveau de l’ENSA vise à obtenir un vivier de formateurs nationaux qui, à terme, mettront leur savoir à la disposition de l’ENSA et d’autres établissements d’enseignement supérieur, afin de renforcer les compétences des praticiens et cadres des institutions publiques dans ce domaine.

Aussi, a-t-elle souligné qu’au regard du 30 juin 2022, date à laquelle prend fin le Compact II du Millennium Challenge Corporation, il est important de mettre à profit les 5 ans que dure ce deuxième programme de coopération entre les gouvernements du Maroc et des États-Unis pour assurer la perpétuation de ces acquis.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : États-Unis - Administration - Rabat - Formation

Aller plus loin

L’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah maintient sa position en tête du classement national

Le classement international des jeunes universités (universités de moins de cinquante ans d’âge) a dévoilé sa liste des meilleures universités au monde. L’Université Sidi...

Voici la liste des hauts fonctionnaires nommés par le roi Mohammed VI

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination de plusieurs hauts fonctionnaires lors du Conseil de gouvernement présidé au palais royal de Rabat.

Le Maroc veut renforcer sa coopération militaire avec les Etats-Unis

Une rencontre de haut niveau s’est déroulée, mardi à Rabat, entre Abdeltif Loudyi, ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l’Administration de la Défense...

Les États-Unis forment les militaires marocains à l’utilisation des missiles antichar TOW2A

L’École royale des Blindés (ERB) des Forces armées royales (FAR) à Meknès a organisé une série de formations sur les missiles anti-char TOW2A au profit des militaires marocains....

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan 2023 au Maroc : voici les horaires des administrations

En raison du mois de Ramadan qui démarre dans quelques jours, les horaires de travail dans les administrations, les établissements publics et les collectivités territoriales seront modifiés.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Maroc : Une vague d’embauches publiques attendue en 2024

L’État marocain prévoit en 2024 la création de 30 034 postes dans les ministères et institutions publiques, révèle le Projet de loi de finances (PLF) 2024.

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Aïd El Fitr 2024 : une bonne surprise pour les fonctionnaires marocains ?

La ministre déléguée chargée de la réforme de l’administration et de la transition numérique, Ghita Mezzour, propose au gouvernement de décréter un congé exceptionnel de trois jours au lieu de deux à l’occasion de l’Aïd Al-Fitr 2024.

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.

Le salaire minimum augmentera au Maroc, mais dans quelle proprotion ?

Le gouvernement se réunira, jeudi, lors d’un conseil au cours duquel seront examinés sept projets de décrets dont celui relatif à la fixation du montant du Salaire minimum légal dans l’industrie, le commerce, les professions libérales et l’agriculture.

Le Maroc en guerre contre les « fonctionnaires fantômes »

La ministre déléguée chargée de la Transition numérique, Ghita Mezzour, a déclaré que le Maroc dispose d’un important arsenal juridique pour lutter contre le phénomène des « fonctionnaires fantômes ».

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.

Coup d’accélérateur pour le TGV Kénitra-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a lancé un appel d’offres pour la construction d’une voie ferrée à grande vitesse de 375 kilomètres reliant Kénitra à Marrakech.