Recherche

Hassan II a-t-il tenté d’empêcher l’enlèvement de Ben Barka ?

© Copyright : DR

4 novembre 2012 - 13h07 - Société

L’enlèvement de l’ancien leader socialiste marocain Mehdi Ben Barka a été orchestré par les Américains et feu Hassan II a même essayé de les en empêcher. C’est ce qu’affirme Mohamed Lahbabi, membre fondateur de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) et compagnon de route de Mehdi Ben Barka .

D’après les révélations faites par Mohamed Lahbabi à Al Massae, Hassan II voulait que le défunt leader socialiste se trouvant à Paris, rentre immédiatement au Maroc pour le nommer ministre des Affaires étrangères dans un gouvernement qui devait être formé en octobre 1965 par Abderrahim Bouabid.

Hassan II aurait même dépêché Moulay Ali Alaoui, ambassadeur du Maroc en France à l’époque, pour convaincre Ben Barka de retourner au Maroc. Mais Ben Barka voulait d’abord se rendre à Cuba pour assister à la conférence tricontinentale, avant de retourner au Maroc. Hassan II aurait alors fait pression sur l’ancien président cubain Fidel Castro, afin d’annuler la conférence prévue en janvier 1966.

"Le défunt monarque pressait Ben Barka de revenir immédiatement au Maroc parce qu’il savait que les Etats-Unis feraient tout pour atteindre les têtes pensantes de la conférence tricontinentale, regroupant les mouvements de libération du tiers-monde qui menaçaient ses intérêts" explique Lahbabi.

Hassan II n’aurait finalement rien pu faire pour "empêcher l’élimination de Ben Barka, parce que le Maroc était en crise et avait besoin du soutien de l’Amérique".

L’enlèvement de Mehdi Ben Barka a été organisé selon Lahbabi, par Roger Frey, ministre français de l’Intérieur de l’époque, avec l’aide de Jacques Foccart, conseiller aux affaires africaines de l’Élysée et homme de confiance du général de Gaulle.

En juillet dernier, Mohamed Lahbabi avait déjà indiqué que le corps de Ben Barka avait été enterré sous l’ambassade du Maroc en France, alors que sa tête se trouverait au lieu de détention dit "Point Fixe 3" près de Rabat.

Interviewé par TelQuel cette semaine, Bachir Ben Barka, fils du leader socialiste, estime que les révélations de Lahbabi arrivent avec quarante ans de retard, et dit ne pas comprendre pourquoi l’ancien compagnon de route de son père se refuse encore à venir témoigner devant la justice.

47 ans après la disparition de Mehdi Ben Barka, la France, le Maroc et les Etats-Unis ne veulent toujours pas lever le secret sur l’un des crimes politiques les plus célèbres du 20e siècle, invoquant à chaque fois le secret d’Etat, dans une affaire impliquant les plus hautes autorités françaises et marocaines, mais aussi les services secrets américains.

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact