Human Rights Watch épingle la justice marocaine

23 octobre 2004 - 13h26 - Maroc - Ecrit par :

La scène est quelque peu surréaliste, mais elle a bien eu lieu, jeudi 21 octobre à Rabat, filmée de surcroît par les télévisions nationales. Une première au Maroc et dans le monde arabe : une ONG active dans les droits de l’Homme présente son rapport, il s’agit de Human Rights Watch (HWR).

La symbolique est certes très forte, mais elle ne doit pas occulter pour autant que le rapport de l’ONG basée à New York, même s’il fait état de nombreuses avancées, accable les autorités marocaines. Rejoignant en cela les conclusions du rapport d’Amnesty International publié en juin dernier.
L’enquête effectuée en janvier et février 2004 par les responsables de HRW fait état d’une recrudescence des répressions en matière des droits de l’Homme. “La lutte contre l’islamisme radical a sérieusement entravé les progrès accomplis par le Maroc dans le domaine des droits de l’Homme”, estime Eric Goldstein un responsable de HRW. La nouvelle loi antiterroriste, adoptée en urgence après l’événement, a "sérieusement érodé la protection des droits de l’Homme" au Maroc, ajoute le rapport de cette ONG indépendante. "Les droits des Marocains se trouveront en péril si les autorités ne combattent pas le terrorisme d’une manière qui soit compatible avec leurs engagements vis-à-vis de ces droits", souligne l’organisation qui publie de multiples témoignages de tortures et d’irrégularités judiciaires. "C’est tout le système judiciaire marocain qui pose problème", a souligné Goldstein. Selon lui la justice n’a pas suivi les progrès enregistrés par le Maroc sur le terrain des droits de l’Homme.
Dans son rapport, l’ONG publie nombre de témoignages d’avocats et de proches des personnes condamnées qui font état de nombreux cas de torture (technique de la bouteille), physique et morale, perpétrées lors des interrogatoires pour arracher des aveux. Les détenus, dans certains cas, n’ont même pas le droit à un avocat et la police n’a pas révélé à leurs proches l’endroit de leur détention. “Plusieurs suspects ont été reconnus coupables et condamnés avant le 1er octobre 2003, date de l’entrée en vigueur d’un amendement au code de procédure pénale octroyant aux défenseurs le droit de faire appel de leur condamnation pour les faits reprochés”, expliquent les responsables de HRW.
L’organisme indique notamment que la nouvelle législation antiterroriste, en référence à laquelle quelque 2.000 personnes ont été arrêtées et jugées, a porté à 12 jours la période de garde-à-vue des suspects et à 10 jours le délai légal avant qu’ils puissent exiger la présence d’un avocat.
"Les juges montrent peu d’intérêt pour savoir dans quelles conditions la police a obtenu les aveux", souligne le rapport selon lequel "les tribunaux marocains ont largement échappé aux avancées des droits humains". L’ONG rappelle que la définition légale des actes relevant du terrorisme a été "considérablement élargie" dans cette législation, tandis que les peines prévues ont été aggravées, avec la multiplication des cas pouvant justifier la peine de mort. Le rapport n’est pas totalement négatif considérant que la création de l’Instance Equité et réconciliation (IER) représente une évolution de taille dans le domaine des droits de l’Homme. “Chargée de régler les dossiers des graves abus commis pendant la période des "années de plomb", cette commission n’a pas son égal dans le monde arabe”, soulignent les responsables de HRW.

L’économiste

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Human Rights Watch (HRW) - Liberté d’expression - Amnesty international (AI) - Torture

Ces articles devraient vous intéresser :

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.