Immobilier au Maroc : le gouvernement veut taxer les logements vacants

9 juin 2013 - 22h14 - Economie - Ecrit par : Fouad Boumnadel

Sur les 800.000 logements vacants au Maroc, seuls 160.000 sont proposés à la location. Nabil Benabdallah, ministre de l’Habitat, a fait part de l’intention du gouvernement de taxer les logements vacants au titre de la loi de finances 2014.

Selon les statistiques de 2010 de la holding Al Omrane, le parc des logements vides se compose de 60% de maisons modernes, 30% d’appartements, 6% de maisons traditionnelles et 4% de villas.

Suite au repli du marché de l’immobilier, considéré il y’ a quelques années encore comme le moteur de la croissance économique au Maroc, les investisseurs n’auraient d’autres choix que de se tourner vers le marché locatif.

La confiance entre propriétaires et locataires n’étant pas toujours au beau fixe, beaucoup préfèrent malgré tout garder leurs logements fermés au lieu de les louer à des personnes qui pourraient les dégrader ou ne voudraient pas partir au terme du contrat de location.

La nouvelle taxe vise à inciter les propriétaires réticents à vendre ou à la louer leurs biens, d’après Nabil Benabdallah, selon qui les Marocains résidant à l’étranger ne seraient pas concernés par cette mesure.

"le gouvernement devrait être très prudent à l’égard d’une question aussi sensible", estime l’économiste Driss El Fina, dans un entretien au "Soir Echos". D’après lui, une étude d’impact doit être menée afin de mesurer les possibles répercussions d’une telle décision sur le marché de l’immobilier au Maroc.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Nabil Benabdellah - Impôts - Al Omrane - Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la ville

Ces articles devraient vous intéresser :

Nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant au Maroc

Le gouvernement marocain travaille à réglementer les hébergements alternatifs. Une nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant sera bientôt instaurée. Une manière pour lui d’encadrer le tourisme chez l’habitant.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.

Maroc : plus d’exonérations aux promoteurs immobiliers ?

Le conseil de gouvernement veut sonner la fin des exonérations accordées aux promoteurs immobiliers. Elles seront remplacées par des aides directes, lesquelles seront accordées aux acquéreurs.

Airbnb échappe au fisc marocain

Airbnb, la plateforme communautaire permettant de mettre en relation des voyageurs avec des entreprises hôtelières (hôtels, gîtes, chambres d’hôtes), des investisseurs en immobiliers locatifs para-hôteliers, échappe au fisc marocain.

Maroc : allègement des mesures fiscales pour 2023

Le gouvernement marocain a décidé d’alléger une série de mesures fiscales consignées dans le projet de loi de finances 2023 qui fera l’objet d’examen et de vote à la Chambre des conseillers dès ce lundi 5 décembre 2022.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Maroc : les influenceurs vont payer les impôts

La direction générale des impôts (DGI) a adressé des notifications aux influenceurs et créateurs de contenu digital qui ne sont pas à jour vis-à-vis du fisc pour les enjoindre de régulariser leur situation.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Maroc : vers une hausse des taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques

Le Maroc entend augmenter les taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques. Une décision motivée, dit-on, par le souci de préserver la santé des consommateurs, notamment les jeunes Marocains.