L’Iran protègerait un Marocain d’Al-Qaïda recherché par les États-Unis

15 septembre 2022 - 14h20 - Monde - Ecrit par : P. A

Le Marocain Mohamed Abatay, alias Abderrahmane Al Maghribi, fiché par les services sécuritaires américains en tant que terroriste international, est toujours réfugié en Iran d’où on le soupçonne de superviser des activités terroristes.

L’Iran est accusé d’accueillir sur son territoire et de protéger des terroristes de l’organisation Al-Qaïda dont des combattants marocains, utilisés ensuite par les services de renseignement de Téhéran pour mener ou superviser des activités terroristes. L’un des Marocains, « Mohamed Abatay, alias Abd Al Rahman Al-Maghribi, a été chargé de former des groupes terroristes sur le fonctionnement d’avions sans pilotes », rapporte le quotidien Assabah qui cite un rapport des services de renseignement américains.

À lire : Le terroriste marocain Abu Zubeir Al-Maghribi raconte son incarcération en Iran

Selon le document, « Mohamed Abatay, qualifié de renard d’Al-Qaïda, est le principal dirigeant des cellules terroristes à partir de l’Iran qui lui assure la protection. Pendant longtemps directeur d’Al-Sahab, la branche médiatique d’Al-Qaïda, Abatay serait favori pour succéder à Ayman Al-Zawahiri à la tête de l’organisation terroriste Al-Qaïda ». Né à Marrakech, le Marocain « était un membre influent d’Al-Qaïda pendant des années, ayant occupé le poste de directeur général de l’organisation terroriste en Afghanistan et au Pakistan depuis 2012 », précise le rapport américain.

À lire : « L’Iran a joué un rôle perturbateur et destructeur au Maroc »

Au cours de l’opération militaire menée en 2011 contre le fondateur d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, les services américains ont retrouvé des documents révélant que « Mohamed Abatay, gendre et conseiller en chef d’Ayman Al-Zawahiri, a rejoint l’Iran où il a continué à superviser les activités d’Al-Qaïda dans le monde ». Activement recherché par les Américains, le Marocain d’Al-Qaïda continue de bénéficier de la protection de l’Iran. Pour ces derniers, Abatay « présente des dangers sur la stabilité de plusieurs pays au Moyen-Orient et dans le Nord de l’Afrique ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : États-Unis - Terrorisme - Iran

Aller plus loin

El Othmani accuse l’Iran de déstabiliser le Maghreb

L’ancien Chef du gouvernement, Saad Dine El Othmani, accuse l’Iran d’armer le Polisario contre le Maroc->96869], alertant sur une déstabilisation du Maghreb.

« Hassan II était magnifique. Mohammed VI est adorable. » (vidéo)

Farah Diba Pahlavi, ancienne impératrice d’Iran, salue la magnanimité du roi Mohammed VI et de son père Hassan II dont elle garde de bons souvenirs.

Le terroriste marocain Abu Zubeir Al-Maghribi raconte son incarcération en Iran

Le Marocain Abu Zubeir Al-Maghribi, ancien membre marocain de l’organisation terroriste islamiste Al-Qaïda, actuellement détenu en Libye, raconte l’histoire de son incarcération...

Le Maroc et l’Iran dans une concurrence religieuse en Afrique de l’Ouest

Alors que l’Iran cherche, semble-t-il, à tout prix à propager le chiisme en Afrique de l’Ouest, il voit un obstacle majeur se dresser sur son chemin : le Maroc. Ce dernier tend...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Coup de filet au Maroc contre une cellule terroriste planifiant des attaques

Cinq individus, âgés entre 22 et 46 ans, soupçonnés d’appartenir à l’organisation terroriste Daesh et de préparer des attentats contre des installations vitales et des institutions sécuritaires, ont été arrêtés par les forces de sécurité marocaines.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...