L’islam, « une maladie sexuellement transmissible » selon une professeure de droit

14 décembre 2020 - 13h40 - France - Ecrit par : J.K

Suite à la plainte déposée par la Ligue des droits de l’Homme, signalant les propos " antisémites et islamophobes", d’une professeure de droit de l’Université d’Aix-Marseille, une enquête sera ouverte. C’est ce qu’a indiqué le parquet d’Aix-Marseille.

" On n’a aucune liberté de conscience en islam. Si on naît d’un père musulman, on est musulman à vie. Une sorte de religion sexuellement transmissible, je n’ai jamais compris. On dirait du judaïsme, c’est pareil, c’est par la mère. Une sorte de MST, de RST, de religion sexuellement transmissible ", tels sont les propos de la professeure enregistrés sur zoom, lors de son cours du 27 octobre et diffusé par Médiapart.

" Sur l’enregistrement, on a été assez ahuri par ses propos qui sont une injure en raison de la religion ", a indiqué Michel Tubiana, président d’honneur de la LDH à l’AFP. " Ces propos s’apparentent à du racisme pur et simple et n’ont rien à voir avec une liberté d’opinion ou pédagogique" a soutenu la CGT FERC Sup de l’Université. " On n’a pas communiqué à l’extérieur étant donné le contexte sécuritaire ", suite à l’assassinat de Samuel Paty, a fait savoir le président de l’établissement, Eric Berton à l’AFP. Mais, " si les propos sont avérés, ils seront fermement condamnés ", a-t-il indiqué.

En ce qui concerne l’enseignante, elle a précisé et insisté que ses propos faisaient allusion à une religion et non à ses croyants. Quant à l’expression " RST qui crée la polémique, je l’ai employée vraiment sous le coup de la colère ", puisque c’était après quelques jours de l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty. " Je ne sais pas si vous avez conscience de la déflagration que cet assassinat extrêmement violent a entraînée parmi le corps enseignant ", a-t-elle déclaré.

Cependant, " Il n’y a pas de religion transmissible par le sang, c’est une question de volonté libre et quelle que soit la religion ", a-t-elle expliqué, soulignant qu’elle voulait aborder la notion de liberté de conscience avec ses étudiants.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Religion - Droits et Justice - Islamophobie

Aller plus loin

Polémique sur « l’islamo-gauchisme » à l’université en France

La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal a déclaré que «  l’Islamo-gauchisme gangrène les universités » et qu’elle allait confier une enquête au Centre national...

France : les syndicats disent non à une "campagne islamophobe de stigmatisation" des musulmans

En France, cinq syndicats expriment leur opposition au projet de loi contre le séparatisme. Ils disent non à "une nouvelle campagne islamophobe de stigmatisation des populations...

Asma Marabet : « la pénalisation de l’adultère est contraire à la morale islamique »

L’islamologue et chercheuse, Asma Lamrabet, appelle à la suppression de l’article 490 du code pénal qui punit les relations sexuelles hors mariage. Selon elle et le « collectif...

Canada : une plainte déposée contre un professeur islamophobe

Une plainte a été déposée par des étudiants de la faculté de médecine du premier cycle de l’université MUN contre leur professeur médecin. Il lui est reproché la mention du mot...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Voici la date l’Aïd Al-Adha au Maroc selon les calculs scientifiques

Le premier jour de l’Aïd al-Adha au Maroc sera célébré le lundi 17 juin 2024, correspondant au 10ᵉ jour du mois de Dhou al-Hijja de l’année 1445 de l’Hégire. Cette annonce émane des calculs astronomiques effectués par des scientifiques.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Le Conseil d’État annule un arrêté anti-burkini

La ville de Mandelieu-la-Napoule, dans le sud-est de la France, a vu son arrêté interdisant le port du burkini sur ses plages suspendu par le Conseil d’État. Cet arrêté, réitéré chaque année depuis 2012, avait été contesté en justice par la Ligue des...

Ramadan 2023 : le Maroc va envoyer 400 prédicateurs à l’étranger, surtout en Europe

Interpelé sur « l’encadrement religieux des MRE », le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que le gouvernement a pris ses dispositions pour que durant le mois de ramadan, cette opération ait finalement lieu après...

Maroc : les salaires des imams vont augmenter

Les imams au Maroc verront leur allocation augmenter de façon progressive pendant les quatre prochaines années. Le roi Mohammed VI en a donné l’instruction, selon le ministère des Habous et des Affaires islamiques

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.