Josep Borrell : une menace à peine voilée contre le Maroc

22 mai 2021 - 21h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Se prononçant au sujet de la crise diplomatique et migratoire avec le Maroc, Josep Borrell, le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a indiqué qu’il est « normal » qu’il y ait des « conséquences » si un pays rompt un accord de partenariat avec l’UE. Toutefois, selon lui, l’UE est disposée à dynamiser sa coopération avec le Maroc.

Il est « normal » qu’en cas de différends au niveau de ses frontières extérieures, l’Union européenne « propose des accords d’association qui, s’ils sont rompus d’une part, devraient avoir des conséquences pour l’autre », a déclaré le responsable de la diplomatie de l’UE dans un entretien accordé à EFE.

Josep Borell s’est aussi montré favorable à la « dynamisation » de la coopération avec le Maroc, un partenaire privilégié de l’UE dans les domaines commercial, technique et de développement. « Il est clair que si les accords sont rompus d’une part, l’autre partie envisagera également leur mise en œuvre. Mais il faut utiliser un langage plus diplomatique et plus conciliant pour éviter que les choses ne s’aggravent », a-t-il insisté.

Pour Borell, l’arrivée massive entre lundi et mardi, de plus de 8 000 migrants marocains à Ceuta, des mineurs pour la plupart, sonne plutôt comme un « avertissement » du Maroc que comme une « menace ». « Des relations diplomatiques tendues peuvent parfois déclencher des problèmes migratoires », a expliqué Borrell, faisant allusion à l’accueil en Espagne pour des raisons humanitaires, du leader du Front Polisario.

« Mon rôle est de travailler à reconstruire de bonnes relations, tout en rappelant que l’immigration doit être un processus réglementé et ordonné », a ajouté Josep Borell, soulignant la nécessité de lutter contre les trafiquants et de stabiliser les flux des pays de transit. La politique migratoire « va jouer un rôle plus important » chaque fois que l’UE signera un accord d’association avec un pays, comme elle l’a fait avec le Maroc, la Turquie ou la Libye, a-t-il souligné.

« Notre sécurité commence loin de nos frontières. La sécurité des Européens ne commence pas dans les rues de Marseille, elle commence à 2 000 ou 3 000 kilomètres plus loin, au Sahel, et c’est pourquoi nous devons nous impliquer militairement. Elle commence même en Somalie, au Moyen-Orient. Nous devrions avoir une vision plus géopolitique de notre avenir », a-t-il conclu.

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Union européenne - Coopération - Diplomatie

Aller plus loin

L’Espagne écarte tout lien entre l’hospitalisation de Brahim Ghali et l’afflux massif de migrants à Sebta

Arancha González Laya, ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération espagnole revient sur l’admission d’urgence de Brahim Ghali, patron du...

Josep Borrell au Maroc après le rendez-vous manqué de septembre

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell est attendu mercredi soir au Maroc pour une visite officielle qui annonce certainement la fin de la crise née des déclarations...

Ouverture des frontières : le Maroc en pourparlers avec l’Union européenne

Le Maroc en ouvrant partiellement ses frontières a restreint les liaisons de ses compagnies aériennes à destination et au départ des pays européens. Le royaume veut engager des...

L’Union européenne fait don d’1,5 milliard de dirhams au Maroc

Dans le cadre de la gestion de la crise du covid-19 au Maroc, une convention d’aide d’une valeur d’1,5 milliard de dirhams a été signée lundi par l’Union européenne, afin de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Israël envisage un match amical avec le Maroc

Lors de sa visite de travail cette semaine au Maroc, le ministre israélien de la Justice, Gideon Saar a annoncé la tenue d’un match amical entre les sélections marocaine et israélienne de jeunes. La date et le lieu de la rencontre ne sont pas encore...

Le chef de la police espagnole en visite au Maroc

Le Directeur général de la Sûreté nationale et de la Surveillance du territoire, (DGSN/DGST) Abdellatif Hammouchi, a reçu en audience à Rabat, son homologue espagnol, Francisco Pardo Piqueras qui a effectué au Maroc, une visite de travail.

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Le roi Mohammed VI réitère sa main tendue à l’Algérie

Le roi Mohammed VI a tendu encore une fois la main à l’Algérie qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison notamment la question du Sahara.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.