Législatives 2021 au Maroc : les partis politiques affûtent leurs armes

14 janvier 2020 - 21h30 - Monde - Ecrit par : S.A

À quelques mois des législatives 2021, les partis politiques affûtent leurs armes. Si certains, comme le RNI, marquent le terrain, ou comme le PAM, semblent tourner la page des crises, d’autres comme l’USFP, l’Istiqlal et le PPS tentent de renouveler une nouvelle alliance.

Avec sa campagne intitulée "100 jours, 100 villes", le RNI marque le terrain depuis novembre 2019, rapporte Al Akhbar. Alors que les partis adverses l’accusent d’entrer en campagne électorale précoce, le parti a déclaré que cette opération lui sera d’une grande utilité dans la prise de ses décisions. "Nous n’y voyons aucun problème, du moment qu’il est question de l’intérêt du citoyen. (…) Les élections sont encore trop loin", s’est défendu le président du parti.

Chez les PAMistes, l’heure est à l’unité, à la réunification. Plus de pomme de discorde. Le secrétaire général sortant a fini par comprendre qu’il devait passer le témoin à son successeur. Les deux clans qui s’opposaient, ont finalement décidé de regarder dans la même direction avec la même acuité. D’ailleurs, le quatrième congrès du PAM se tiendra début février 2020.

De leur côté, l’Istiqlal, l’USFP et le PPS s’évertuent à ressusciter la "koutla démocratique". À l’origine de cette volonté politique, le départ du PPS de l’opposition et la rupture définitive de son alliance avec le PJD. Le PPS se rapproche de l’Istiqlal tandis qu’un autre rapprochement entre l’Istiqlal et l’USFP se matérialise.

Quant au PJD, il entend surfer sur le vivier électoral de son bras idéologique, le MUR. Seulement, le parti et le mouvement baignent dans une confusion totale depuis l’éviction de l’ancien secrétaire général du parti. Difficile de savoir qui prend les décisions ou oriente les prises de position entre le secrétariat général du PJD ou le bureau exécutif du MUR.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Elections - Istiqlal - Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Rassemblement National des Indépendants (RNI) - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Mouvement Unicité et Réforme (MUR)

Aller plus loin

Maroc : 4 députés perdent leur siège au parlement

Élus lors des dernières élections législatives de septembre 2021, quatre députés de la circonscription électorale d’Al Hoceima viennent de voir leur siège invalidé par la Cour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Au Maroc, les cafetiers accusés d’empoisonner leurs clients

Alors que les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI) persistent, les propriétaires des cafés et restaurants pointent du doigt l’Office national de sécurité sanitaire des produits...

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...