Littérature beure : ’L’ascenseur social est en panne, jai pris l’escalier’

15 octobre 2005 - 10h51 - France - Ecrit par :

Aziz Senni se définit avec humour comme « Français-beur de banlieue issu de l’immigration ouvrière musulmano maghrébine de la 2e génération ». Issu d’une famille marocaine de 6 enfants installée en France dans les années 70, le parcours d’Aziz Senni est la preuve qu’il est possible de réussir quand on est un « jeune beur de banlieue ».

Elevé au Val-Fourré à Mantes-la-Jolie, il obtient son bac, un BTS transport et crée en 2000 son entreprise : A.T.A (Alliance Transport et Accompagnement) avec une idée géniale : offrir une solution de mobilité innovante afin de désenclaver une population proche de la « ghettoïsation », d’aider les entreprises à transporter leurs collaborateurs et leurs visiteursŠ en proposant un mode de transport à la demande se situant entre le bus et le taxi. « Je veux être utile et améliorer le quotidien des gens » explique Aziz Senni auréolé du mérite d’être resté dans son quartier.
Aziz Senni : un engagement et une ambition pour ceux qui lui ressemblent.
Fier aujourd’hui de faire du prosélytisme entrepreneurial, Aziz Senni affirme qu’il est plus difficile pour un enfant issu de l’immigration de vivre une progression sociale. Parmi les causes de cette inégalité, il pointe du doigt avant tout la diabolisation de l’immigration et appelle de ses v¦ux la fin de l’amalgame immigration- clandestinité- banlieue- insécurité-islam et terrorisme. Sans concession, il n’hésite pas à dénoncer les faux porte-parole des banlieues : SOS Racisme, Malek Boutih et Tariq Ramadan.
Pour que ça change, il développe quelques solutions :
• la famille : il estime qu’il faut redonner aux parents le pouvoir d’éduquer leurs enfants comme ils le souhaitent ;
• l’école : après avoir perdu ses capacités intégratives, elle doit redevenir une priorité (hausse des budgets, en prise directe avec l’entreprise, ouverture des portes de l’enseignement supérieur) ;
• la discrimination positive sur des critères fondés non pas sur l’origine ethnique mais l’origine sociale : il propose la transposition des obligations d’embauche au sein des banlieues en difficulté (obligations liées à la zone franche urbaine) à des entreprises hors banlieue.
S’exprimant avec franchise sur le voile, le financement des mosquées, les « tournantes », son éventuelle récupération politique, il se définit comme « Français, mais aussi arabe et musulman ! »

Aziz Senni, un natif du Maroc

Né au Maroc, Aziz Senni est à 28 ans à la tête d’Alliance Transport Accompagnement. Titulaire d’un BTS Transport, il a intégré l’ESSEC par la voie professionnelle en 2004. Il est aujourd’hui Président de l’Association des Jeunes Entrepreneurs du Mantois, Président de la Fédération des Jeunes Entrepreneurs de France, membre du Centre des Jeunes Dirigeants (CJD). Il a participé à divers groupes de travail dont celui mis en place par Jean Louis BORLOO, ministre de la Ville, à la demande du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, pour l’élaboration de la plate-forme de propositions relatives à l’Intégration (et particulièrement l’intégration par l’économie). Ses propositions ont toutes été intégrées dans le Plan de cohésion sociale voté en 2004.
Aziz a aussi été membre permanent du groupe de travail « Adolescence : projet personnel, engagement collectif » à la demande de Christian Jacob, ministre de la Famille du gouvernement Raffarin, en préparation de la Conférence sur la famille 2004, présidé par Gérard Longuet. Sa mission était de trouver des pistes pour permettre aux jeunes de devenir des acteurs de leur propre parcours professionnel.

Jean-Marc Pitte et la banlieue

Grand reporter à France 3 au service étranger, Jean-Marc Pitte a rencontré Aziz Senni en 2001 à l’occasion d’un reportage sur les jeunes de banlieue. A 41 ans, il est l’auteur, avec Bruno Cabanes, de « 11 septembre, la grande guerre des Américains » (Armand Colin).

« L’ascenseur social est en panne. J’ai pris l’escalier » de Aziz Senni avec Jean-Marc Pitte, préface de Claude Bébéar sera disponible dans les librairies en France le 5 octobre 2005.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Livres - Aziz Senni - Immigration - Jeunesse - Tariq Ramadan

Aller plus loin

Abir, écrivaine à 12 ans (vidéo)

La longue période de confinement a fait naître chez Abir Zaïm la passion de l’écriture. Un don caché qui s’est réveillé au cours de cette dure épreuve. À 12 ans, elle plonge...

Ces articles devraient vous intéresser :

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.