Recherche

Belgique : il y a 25 ans, le corps de Loubna Benaïssa était retrouvé

© Copyright : DR

22 octobre 2021 - 14h00 - Société - Par: A.P

Loubna Benaïssa, petite fille marocaine de 9  ans disparue le 5 août 1992 à Ixelles en Belgique, a été retrouvée morte quatre ans plus tard. Elle a été enterrée à Tanger.

Loubna Benaïssa était partie faire des courses avec sa mère et sa sœur Nabila le mardi 5 août 1992. De retour à la maison, rue Gray à Ixelles, sa maman constate qu’elle a oublié le yaourt et lui demande de retourner au supermarché de la rue Goffart pour le récupérer. Loubna n’est plus jamais rentrée chez elle. La famille de Loubna, d’origine marocaine, se rend au commissariat pour signaler la disparition. Mais aucune suite n’a été donnée à leur déposition et aucune enquête n’a été ouverte.

Pourtant, deux pédophiles fichés par les services de police se trouvaient sur le chemin emprunté par Loubna (station-service Q8 située au croisement de la rue Wéry et de l’avenue de la Couronne). Il s’agit de Michel Nihoul et de Patrick Derochette, le fils du propriétaire de la station-service. Interpelés, les deux ont avancé des alibis que les policiers n’ont pas jugés utile de vérifier. Le premier dit se trouver en Algérie au moment des faits, et le second, Patrick Derochette, à un déjeuner avec son frère.

À lire : Belgique : le corps retrouvé dans une valise est celui de Youness Bizrane

Quatre ans après, en 1996, éclate l’affaire Dutroux qui amène les parents de plusieurs enfants victimes de violences sexuelles à se regrouper pour manifester. Une marche blanche à laquelle a participé la famille de Loubna, saisissant l’occasion pour lancer un appel aux autorités afin d’ouvrir une enquête pour retrouver leur fille. Ce cri de détresse a été entendu par Michel Bourlet, procureur du Roi à Neufchâteau, qui confia l’enquête à la gendarmerie bruxelloise. C’est là que les agents découvrent que l’alibi de Patrick Derochette n’était pas vérifié et qu’il avait fini son déjeuner avec son frère avant le passage de Loubna devant la station-service.

À lire  : Tata : Le corps d’une fillette disparue, retrouvée un mois plus tard dans une grotte

Les gendarmes décident de fouiller à nouveau la station-service, cette fois-ci avec un chien renifleur. Ils y trouvent une malle métallique contenant le corps d’un enfant, celui de Loubna Benaïssa. Après analyse, les agents confirment qu’elle a subi des violences sexuelles. Patrick Derochette, 33 ans, est alors placé en détention, mais ne sera pas condamné. Selon une expertise psychiatrique, il souffrait de troubles mentaux et ne pouvait pas être tenu responsable de ses actes. À défaut de la prison, il sera donc interné en août 1999 dans un établissement près de Tournai, où il décède en décembre 2016 à l’âge de 52 ans. La découverte du corps de Loubna a suscité de vives tensions et une série de manifestations dans les rues ixelloises. Les habitants avaient dénoncé une mauvaise conduite de l’enquête.

Loubna repose en paix à Tanger. « Des milliers de personnes ont assisté aux funérailles. La veille, j’ai mangé avec la famille Benaïssa qui était très sereine. J’avais une escorte policière, car beaucoup de personnes voulaient se venger et comme j’étais le chef de la police, j’étais responsable. Le jour de l’enterrement, le père Benaïssa me tenait le bras en tête de cortège. C’était une leçon de dignité », se souvient Charles Picqué, l’ancien bourgmestre d’Ixelles.

Mots clés: Belgique , Enfant , Décès , Violences et agressions , Disparition

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - - A Propos - Contact