Un MRE condamné à 20 ans de prison à Tétouan

21 novembre 2021 - 15h00 - Belgique - Ecrit par : A.P

Le beau-père de Théa, la petite fille de deux ans décédée en 2005 en Belgique, accusé du meurtre de celle-ci, a été condamné à 20 ans de prison au Maroc. Mounir Kiouh, d’origine marocaine, avait été déjà jugé en Belgique, mais avait fui au Maroc avant son procès en appel.

La petite Théa est morte le jour de son deuxième anniversaire, après avoir subi les coups de Mounir Kiouh, son beau-père. L’homme a été condamné en 2011 en première instance à 15 ans de prison. Il a fait appel de la décision, mais avant la tenue du procès, il a fui au Maroc, fait savoir RTL.

Longtemps recherché, il a été finalement localisé à Tétouan en 2018 par la famille de Théa. Les proches de la fillette se rendent dans la ville marocaine et déposent plainte contre lui. Le suspect a été appréhendé trois jours plus tard et présenté devant le juge marocain qui s’est déclaré compétent. « Selon l’article 707 du code pénal marocain, tout ressortissant marocain qui commet un crime à l’étranger mais qui n’est pas jugé définitivement, peut être jugé dans son pays pour le même fait. C’est cet article qui nous a sauvés », déclare Karine Gramtine, tante de Théa.

À lire : Le fils « de bonne famille » qui a tué une fillette dans un accident à Rabat arrêté

En détention depuis deux ans au Maroc, Mounir Kiouh vient d’être condamné à 20 ans de prison par la justice marocaine pour coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner. ll avait été jugé pour les mêmes chefs d’accusation en Belgique. « Il a nié purement et simplement les faits qui lui ont été reprochés. Devant cette attitude négative, nous on avait bien étudié le dossier et on l’a coincé avec neuf preuves irréfutables », précise Semlali Brahim, bâtonnier au barreau de Tanger.

À lire : Belgique : il y a 25 ans, le corps de Loubna Benaïssa était retrouvé

La famille de la petite Théa se réjouit que justice soit enfin rendue. « Je suis heureuse parce qu’on a fait un travail de titan pour arriver jusque-là. C’est un travail de longue haleine. C’est une souffrance pour notre famille aussi. Parce qu’à chaque fois nos allers-retours, pour notre famille c’était assez lourd aussi », assure Karine. « Le soulagement, il vient, mais tout doucement, tout doucement. Je remercie encore dix mille fois la justice marocaine », ajoute pour sa part, Claude, le grand-père de Théa.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Droits et Justice - Enfant - Violences et agressions

Aller plus loin

Tata : Le corps d’une fillette disparue, retrouvée un mois plus tard dans une grotte

Alors que ses proches espéraient la retrouver saine et sauve, la petite Ibitissam âgée de 13 ans, disparue depuis le 22 février à Foum Zguid, dans la province de Tata, a été...

Maroc : le procès du MRE poursuivi pour l’assassinat d’un bébé reporté

La chambre criminelle de Tétouan a décidé de reporter au 3 mars prochain le procès en appel de Mounir Kiouh, un Marocain résidant à l’étranger (MRE) poursuivi pour l’assassinat...

Une fillette de 5 ans, originaire de Ceuta, décède au Maroc

Une fillette de 5 ans, originaire de Ceuta, est décédée dans une clinique privée de Tanger des suites des problèmes respiratoires qu’elle traînait depuis sa naissance. Elle et...

Belgique : il y a 25 ans, le corps de Loubna Benaïssa était retrouvé

Loubna Benaïssa, petite fille marocaine de 9  ans disparue le 5 août 1992 à Ixelles en Belgique, a été retrouvée morte quatre ans plus tard. Elle a été enterrée à Tanger.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Un ancien joueur marocain condamné pour viol sur sa fille

L’ancien joueur néerlandais d’origine marocaine, Tarik Oulida, a été condamné par le tribunal de Marbella (Malaga) à deux ans et demi de prison pour abus sexuels sur sa fille.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...