Mariage : entre virginité et tradition, la nuit de noces ruine la vie des femmes

23 janvier 2020 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Certaines pratiques traditionnelles continuent de résister au temps dans des pays arabes et musulmans comme le Maroc, au point que le mariage peut voler en éclats après la nuit de noces. Les femmes en paient le lourd tribut.

Bon nombre de femmes vivent mal leur nuit de noces en raison des pesanteurs sociologiques. La femme doit garder sa virginité avant le mariage dans plusieurs pays arabes et musulmans. Le média britannique BBC est allé à la rencontre de certaines d’entre elles.

Contre vents et marées, Somayya* s’était mariée à Ibrahim* qu’elle aimait tant. Seulement, elle était à mille lieues d’imaginer que sa nuit de noces allait la faire déchanter à tout jamais. "Avec empressement, et sans lui donner le temps de reprendre son souffle, son nouveau mari s’est mis à pénétrer son hymen dès qu’il le pouvait, prétendant que son amour pour elle justifiait son empressement", relate-t-on.

Âgée de 23 ans à l’époque, la jeune confie avoir coopéré, malgré son épuisement. "Nous pensions en savoir beaucoup l’un sur l’autre, mais tout est passé par la fenêtre quand "aucun signe de virginité n’est apparu", raconte-t-elle. Lorsque le gynécologue déclara le lendemain que l’hymen de Somayya était épais et ne pouvait se rompre après un accouchement naturel, son mari a poussé un ouf. Seulement, la jeune femme s’était résolue à divorcer ; un divorce qu’elle n’a pas obtenu jusqu’à quitter la Syrie, en juin dernier, pour l’Europe.

Tout comme Somayya, Jumanah* avait vécu un cas similaire. "Il a fermé la porte et nous a dit de nous dépêcher, car les anciens de la famille attendaient la vérification. C’était absolument horrible. (…) Malgré ma douleur physique et ma détresse émotionnelle, la seule préoccupation de mon mari était cette tache de sang. (…) Je n’ai pas saigné cette nuit-là, alors mon mari a brisé le silence de la nuit en hurlant : "Il n’y a pas de sang !", raconte-t-elle. Après 20 ans de conflit conjugal, elle mit fin à son mariage, puis s’installa à Bruxelles avec ses enfants. Jumanah, 45 ans, confie vivre désormais heureuse, car elle a pu divorcer de son mari et de la société qui ne la traitait pas du tout équitablement.

*prénoms d’emprunt

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Femme marocaine - Mariage - Virginité

Aller plus loin

Campagne pour l’interdiction des tests de virginité au Maroc

Quelques jours après le lancement de la campagne « STOP 490 » pour la dépénalisation des relations sexuelles consenties et extra-conjugales, la société civile marocaine s’engage...

Vers la fin des tests de virginité au Maroc ?

Trois organisations viennent de lancer un appel aux gouvernements de plusieurs pays, dont le Maroc, pour mettre fin aux tests de virginité.

La France interdit les certificats de virginité et s’attaque à la polygamie

Les autorités françaises s’attaquent aux certificats de virginité et à la polygamie. Ainsi en ont décidés les députés, au cours de l’examen du projet de loi contre les...

Maroc : un « macabre dictionnaire » pour démystifier les tests de la virginité

« Le macabre dictionnaire des tests de virginité » est la dernière publication du Mouvement alternatif des libertés individuelles (MALI) pour dénoncer et condamner les risques...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’actrice Malika El Omari en maison de retraite ?

Malika El Omari n’a pas été placée dans une maison de retraite, a affirmé une source proche de l’actrice marocaine, démentant les rumeurs qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux à son sujet.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Le mariage qui a sauvé un village

La célébration d’un mariage a sauvé tous les habitants d’un village marocain lors du tremblement de terre meurtrier du 8 septembre, qui a détruit leurs maisons.

Malgré les obstacles juridiques, la polygamie persiste au Maroc

Alors que le gouvernement est en train de plancher sur une réforme du Code de la famille, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire vient de publier son rapport sur la polygamie dans lequel on apprend que quelque 20 000 demandes pour un deuxième...

« Tu mourras dans la douleur » : des féministes marocaines menacées de mort

Au Maroc, plusieurs féministes, dont des journalistes et des artistes, font l’objet d’intimidations et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, après avoir appelé à plus d’égalité entre l’homme et la femme dans le cadre de la réforme du Code de la...

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.