Maroc : des interprêtes amazighs dans les tribunaux

27 janvier 2022 - 05h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

Le ministère de la Justice et l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) renforcent leur coopération en vue de l’intégration de l’Amazighe dans le système judiciaire.

À cet effet, les deux parties, représentées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et le recteur de l’IRCAM, Ahmed Boukous ont signé, mardi, un avenant à leur accord de coopération, lors d’une cérémonie présidée par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch.

Cette nouvelle close vient « couronner la volonté des deux parties d’asseoir un partenariat agissant visant à renforcer la présence de la langue amazighe dans le système judiciaire », écrit l’institut dans un communiqué.

Pour le ministre de la Justice, elle vise à associer l’IRCAM à une série de démarches auxquelles son département a adhéré dans le cadre d’une nouvelle étape permettant de réunir les conditions d’un procès équitable, relevant, entre autres, la nécessité d’engager un interprète pour assister le citoyen ne maitrisant pas la langue arabe auprès du juge.

A lire : Maroc : bientôt l’usage officiel de l’amazigh au parlement

Et d’ajouter que cent nouveaux fonctionnaires, dont 60 % parlent l’Amazighe seront, bientôt recrutés et répartis sur les tribunaux ayant besoin d’interprètes de la langue amazighe, en application des hautes orientations Royales ainsi que du programme gouvernemental.

Pour sa part, Boukous a indiqué qu’il s’agit d’une étape importante dans le cadre du processus de mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe : « La valorisation du capital humain est la solution optimale aux problèmes d’intégration de la langue amazighe dans les différentes institutions, tel que stipulé dans ledit accord, « considéré comme une initiative pragmatique et une étape essentielle dans ce domaine ».

Enfin, le chef du gouvernement Aziz Akhannouch, a mis l’accent sur l’impératif de mobiliser les efforts et les ressources humaines, logistiques et financières à même de mettre en œuvre les dispositions de cette loi organique, particulièrement en matière de parachèvement des chantiers juridique, organisationnel et institutionnel. Une démarche qui, dit-il, permet de traduire dans les faits les deux lois organiques relatives à l’officialisation de la langue amazighe et du Conseil national des langues et de la culture marocaine.

Sujets associés : Amazigh - Ircam - Aziz Akhannouch - Ministère de la Justice et des Libertés

Aller plus loin

Le Maroc recrutera plus d’enseignants pour la langue amazighe

Environ un demi-million d’étudiants suivent annuellement les cours de langue amazighe, selon le ministre de l’Éducation nationale, qui a souligné la nécessité de doubler le...

Maroc : un projet de loi pour inscrire l’Amazighe dans le livret de famille

Un projet de loi destiné à inscrire la langue amazighe dans l’état civil comme langue officielle du Royaume a été déposé par le parti de l’Istiqlal. Son usage dans les domaines...

Maroc : vers la création d’un parti amazigh ?

Le mouvement amazigh veut se dynamiser. Dans ce sens, il prévoit d’organiser fin mars prochain une conférence nationale pour discuter de sa forme organisationnelle et se...

Appel pour la promotion de l’amazigh auprès des MRE

Le Collectif des associations amazighes établis à l’étranger ont adressé une lettre au gouvernement marocain, pour réclamer la promotion de la culture amazighe aux...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une seconde vie pour les hôtels fermés

Dans la perspective de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2025) et de la Coupe du monde 2030, le gouvernement d’Aziz Akhannouch travaille à redynamiser le secteur de l’hôtellerie.

L’Espagne « humiliée » par le Maroc, selon José Maria Aznar

L’ancien président du gouvernement espagnol, José María Aznar, a déploré jeudi à Séville le fait que Mohammed VI n’ait pas reçu Pedro Sanchez à son arrivée à Rabat, considérant cet acte du Maroc comme une « humiliation ».

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Maroc : moins de français dans les administrations

Les Marocains souffrent de la prédominance de la langue française dans les transactions informatiques des administrations marocaines. Tel est le constat fait par le groupe parlementaire du Rassemblement national des Indépendants (RNI), qui appelle la...

Réaction d’Abdellatif Ouahbi sur un éventuel remaniement du gouvernement

Le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi, également secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), serait l’un des ministres figurant sur la liste des départs au cas où un réajustement de l’équipe gouvernementale se confirmait.

L’Aïd al-adha sera-t-il célébré cette année au Maroc ? Akhannouch répond

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a confirmé que l’Aïd Al-Adha aura bien lieu au Maroc cette année. S’exprimant devant la Chambre des représentants lors de la session mensuelle dédiée à la politique générale de l’Exécutif, il a déclaré : « La...

Maroc : la grande réforme du Code de la famille est lancée

Suite aux instructions du roi Mohammed VI, le gouvernement d’Aziz Akhannouch s’active pour la réforme du Code de famille.

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.