Maroc : bientôt l’usage officiel de l’amazigh au parlement

18 novembre 2021 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : A.T

L’actuelle législature envisage prendre des dispositions légales pour officialiser l’usage de l’amazigh au parlement. Ce chantier sera abordé juste après l’adoption du Projet de loi de finances 2022.

Il s’agira pour la chambre des Représentants de se doter d’outils nécessaires permettant à l’institution d’assurer l’interprétation en direct de ses travaux de l’amazigh vers l’arabe et vice-versa, rapporte Al Ahdath Al Maghrebia.

Dès que le budget du parlement sera débloqué, la chambre des Représentants envisage d’acquérir les équipements nécessaires et conclura un contrat avec une agence spécialisée pour assurer la traduction instantanée des travaux de l’amazigh vers l’arabe et vice-versa. « La formule permettra aux députés amazighs de s’exprimer en langue amazighe et aux autres de comprendre le contenu de leur intervention », indiquent les sources du quotidien.

Cette initiative est en harmonie avec la loi fondamentale qui dispose dans son article 5 que « l’arabe demeure la langue officielle de l’État. L’État œuvre à la protection et au développement de la langue arabe, ainsi qu’à la promotion de son utilisation. De même, l’amazigh constitue une langue officielle de l’État, en tant que patrimoine commun à tous les Marocains sans exception », précise le journal, citant les propos du président de la chambre des Représentants, Rachid Talbi Alami, au début de la rentrée parlementaire.

A lire : Le Maroc recrutera plus d’enseignants pour la langue amazighe

Pour rappel, l’ancienne mandature avait adopté en 2019 une loi organique sur l’officialisation de la langue amazighe et son emploi dans l’administration, les collectivités territoriales et les services publics pour assurer son intégration dans les divers domaines de la vie publique.

La question se fera de manière progressive avec une période transitoire, accordant un délai de 15 ans pour publier les textes législatifs et réglementaires au Bulletin officiel en amazigh. Le même délai a été accordé aux collectivités territoriales, afin de diffuser leurs décisions et leurs délibérations en amazigh, précise le journal.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Amazigh - Lois - Parlement marocain

Aller plus loin

Le Congrès mondial amazigh en colère contre Aziz Akhannouch

Le Congrès mondial amazigh reproche à Aziz Akhannouch d’exploiter l’identité amazighe comme une façade folklorique pour marquer des points politiques pour son parti et à son...

Parlement marocain : les traductions en amazigh démarrent la semaine prochaine

À compter de lundi prochain, les questions orales à la Chambre des Représentants seront simultanément traduites en arabe et en amazigh.

Les Amazighs demandent le changement de nom de « Maghreb arabe presse »

La loi régissant l’« Agence Maghreb arabe presse », mérite un toilettage en vue de la modification de sa dénomination conformément à l’actuelle constitution. Dans ce sens,...

Décès du célèbre artiste amazigh Raïs Ahmed Bizmaoun

Âgé de 72 ans, Raïs Ahmed Bizmaoun, icône de la musique traditionnelle amazighe, est décédé vendredi dans une clinique privée à Agadir, des suites d’un cancer.

Ces articles devraient vous intéresser :

La chanteuse Fatima Tabaamrant menacée par un salafiste

Alors qu’elle fait l’objet d’attaques verbales de la part d’un prédicateur salafiste, l’icône de l’art amazigh, Fatima Tabaamrant, ancienne députée RNI, vient de recevoir le soutien du parti d’Aziz Akhannouch.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Maroc : appel à déclarer férié le jour du Nouvel an amazigh

Quelque 45 ONG marocaines et de la diaspora demandent au roi Mohammed VI de déclarer férié le « Yennayer » ou Nouvel an amazigh, célébré le 13 janvier de chaque année.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Autoroutes du Maroc : retards et dysfonctionnements inquiètent

Le retard observé dans la réalisation de certains projets d’autoroutes inquiète le parlement marocain qui a interpellé le premier responsable de la Société nationale des autoroutes pour avoir des explications sur cette situation.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Maroc : la question des dattes algériennes arrive au parlement

Le groupe Haraki à la Chambre des Représentants a interpellé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sidiki, sur les dattes notamment d’origine algérienne qui ont inondé le marché marocain avant le début du mois de ramadan.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.