Maroc : l’amnistie fiscale finit le 30 juin

2 juin 2021 - 16h40 - Economie - Ecrit par : J.K

Le compte à rebours a commencé pour les contribuables désireux de bénéficier de l’annulation totale des amendes, pénalités, majorations et frais de recouvrement afférents au principal des impôts, droits et taxes, ayant fait l’objet de mise en recouvrement avant le 1ᵉʳ janvier 2020, et demeurés impayés au 31 décembre 2020. Le 30 juin, à minuit, c’est le dernier délai.

Cette amnistie fiscale s’étend aussi aux majorations, pénalités, intérêts de retard et frais de recouvrement des créances de l’État autres que fiscales et douanières, informe Challenge, ajoutant que s’il s’agit uniquement de majorations, pénalités et frais de recouvrement relatifs à ces créances, l’annulation est totale et s’effectue d’office. La mesure a pour objectif d’inciter les contribuables à payer leurs dettes fiscales avant le 1ᵉʳ juillet 2021.

Ainsi, les redevables concernés qui sont dispensés d’une demande au préalable de remise gracieuse, peuvent bénéficier d’une réduction automatique de 50% des montants résultant desdites pénalités fiscales, à condition d’en acquitter 50% du montant, indique la même source, précisant que les annulations sont effectuées d’office par le receveur de l’administration fiscale ou percepteur, lors de l’acquittement intégral du principal des impôts, droits et taxes.

Sont exclus du bénéfice de cette mesure exceptionnelle, les impôts, droits et taxes prévus notamment par la fiscalité locale et les « taxes parafiscales », tout comme les cas ayant fait l’objet d’une procédure de rectification de la base imposable ayant abouti, avant le 1ᵉʳ janvier 2021, à la conclusion d’un accord écrit, assorti de l’émission de l’imposition avant cette date.

Ainsi, ce mois de juin offre au Trésor Public, l’occasion de faire une « récolte exceptionnelle » et d’apporter une cagnotte dans les caisses de l’État, déjà éprouvées par les effets économiques de la crise sanitaire. L’intérêt pour les contribuables concernés, c’est d’assainir leur situation fiscale et remettre leurs compteurs fiscaux à zéro, après le 30 juin, conclut le média.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Impôts - Amnistie fiscale

Aller plus loin

Amnistie fiscale : les entreprises du textile disposent désormais de leur convention fiscale

À l’instar d’autres professions, les entreprises du textile disposent désormais de leur convention fiscale dans le cadre des dispositions de la loi de finances 2020. Elles...

Immobilier au Maroc : bientôt l’expiration de l’incitation fiscale

L’incitation fiscale arrive à expiration le 30 juin prochain. Toute personne souhaitant acheter un logement ou un terrain nu ne pourra bénéficier de l’exonération totale des...

Maroc : jusqu’à 100% d’allègements accordés sur les arriérés d’impôts

Les contribuables marocains bénéficient d’un important allègement sur les arriérés d’impôts et des charges fiscales imposés au titre de l’année 2020 et restés impayés jusqu’au...

Amnistie Impôts impayés : 1ᵉʳ juillet dernier délai

Tout contribuable n’ayant pas encore réglé son impôt, droit ou taxe doit le faire avant le 1ᵉʳ juillet pour profiter de l’annulation des pénalités et amendes. La Direction...

Ces articles devraient vous intéresser :

Fisc : Le Maroc ajuste l’IS et l’IR dans la Loi de finances 2024

Au Maroc, des ajustements ont été apportés à l’Impôt sur les sociétés (IS) et l’Impôt sur le revenu (IR) dans le cadre de la Loi de finances 2024.

Les influenceurs marocains vont payer l’impôt sur le revenu

Le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaâ, a donné des éclaircissements sur la taxation des revenus perçus par les influenceurs.

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.

Maroc : les influenceurs vont payer les impôts

La direction générale des impôts (DGI) a adressé des notifications aux influenceurs et créateurs de contenu digital qui ne sont pas à jour vis-à-vis du fisc pour les enjoindre de régulariser leur situation.

Maroc : statut auto-entrepreneur ou fraude fiscale ?

Les auto-entrepreneurs, statut lancé en 2015, sont peu nombreux à déclarer leurs chiffres d’affaires à la Direction des impôts. Une situation qui préoccupe les patrons marocains et à laquelle pourrait remédier le Projet de loi de finance (PLF) 2023.

Les MRE et la détaxe, ce qu’en dit la Douane

De très nombreux Marocains résidant à l’Etranger effectuent des achats quand ils sont en vacances au Maroc. Ces achats peuvent-ils faire l’objet d’une détaxe, c’est-à-dire donner lieu au remboursement, à ces acheteurs, de la Taxe sur la Valeur ajoutée...

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Maroc : allègement des mesures fiscales pour 2023

Le gouvernement marocain a décidé d’alléger une série de mesures fiscales consignées dans le projet de loi de finances 2023 qui fera l’objet d’examen et de vote à la Chambre des conseillers dès ce lundi 5 décembre 2022.

Maroc : les duty free font leur révolution

Du changement en vue pour les magasins de vente sous douane, communément appelés « Duty free shops ». L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et l’Office des changes ont fixé de nouvelles règles relatives à leur gestion et fonctionnement.

TVA : la fraude qui coûte très cher au Maroc

La fraude à la TVA coûte chaque année entre 1 et 1,2 milliard de dirhams à l’État, a révélé Younes Idrissi Kaitouni, le directeur général des Impôts (DGI), lors de la présentation de son plan stratégique pour la période 2024-2028.