Immobilier au Maroc : bientôt l’expiration de l’incitation fiscale

3 juin 2021 - 09h20 - Economie - Ecrit par : S.A

L’incitation fiscale arrive à expiration le 30 juin prochain. Toute personne souhaitant acheter un logement ou un terrain nu ne pourra bénéficier de l’exonération totale des droits d’enregistrement après ce délai.

Plus d’exonération totale des droits d’enregistrement dès le 30 juin prochain. L’incitation fiscale consignée dans la loi de finances rectificative 2021 expire à cette date butoir. Cette mesure vise à favoriser les transactions immobilières dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19 et la baisse des acquisitions immobilières, notamment en raison du confinement.

Les personnes intéressées par l’achat d’un logement social de type 250 000 DH HTVA ont ainsi bénéficié et continuent de bénéficier de l’exonération totale des droits d’enregistrement. « La mesure consiste en l’exonération des droits d’enregistrement (logement social à 250 000 DH HTVA et à faible valeur immobilière à 140 000 DH) ou la réduction de 50 % (prix plafonné à 4 millions de DH)  », explique L’Économiste, précisant qu’elle s’applique aux biens immeubles et aux terrains destinés à la construction de l’habitation personnelle (principale ou secondaire).

« C’est une mesure très avantageuse, qui a permis de dynamiser le secteur au cours de ces derniers mois. Malheureusement, elle est limitée dans le temps. Sachant qu’elle arrive à échéance fin juin, le dispositif ne devrait profiter qu’aux personnes qui ont amorcé l’achat de leur bien immeuble en mars 2021 puisque le traitement des dossiers par les banques peut prendre jusqu’à deux mois. Or, l’essentiel du financement est assuré par le crédit bancaire. Il faut compter également le délai d’instruction des dossiers par les notaires », confie un promoteur immobilier.

La donne va changer à partir du 1ᵉʳ juillet. Le barème normal (droits d’enregistrement) sera de nouveau appliqué : 4 % pour l’achat d’un logement et de 5 % pour les terrains nus. Les promoteurs immobiliers auraient souhaité que cette mesure soit prolongée. « L’incitation aurait dû être étendue jusqu’à fin 2021 pour capitaliser sur la reprise d’une économie convalescente », insiste ce promoteur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Impôts

Aller plus loin

Maroc : Oxfam lance bientôt une étude sur les incitations fiscales

Oxfam Maroc s’apprête à lancer une étude analytique sur la pertinence et la valeur incitative des dépenses fiscales dont bénéficient annuellement trois secteurs clés de...

Maroc : les MRE pour booster l’immobilier ?

Une nouvelle proposition de loi vient d’être soumise à la première chambre du parlement. Le texte, à l’initiative du PJD, fixe une nouvelle échéance pour bénéficier de...

Maroc : le Covid-19 met à genoux l’immobilier

Déjà en difficulté, le secteur de l’immobilier s’est davantage fragilisé avec l’avènement de la crise sanitaire. Malgré la reprise des activités, le secteur a du mal à sortir la...

Immobilier : Les attentes des professionnels pour une relance des activités

L’immobilier peine toujours à se relancer malgré la reprise progressive des activités économiques. Le secteur continue de subir les conséquences de la crise tant sur l’activité...

Ces articles devraient vous intéresser :

Immobilier au Maroc : où en est l’aide directe aux primo-accédants ?

Alors que c’était annoncé pour décembre, puis pour janvier 2023, le décret fixant le montant et les modalités d’attribution de l’aide financière directe aux primo-accédants au logement accuse du retard. Cette aide était initialement annoncée dans la...

Aide au logement : succès auprès des MRE

Près d’un quart des potentiels bénéficiaires de l’aide au logement sont des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Les inscriptions ont démarré le 1ᵉʳ janvier.

Appel à mettre fin à l’échange d’informations fiscales des MRE

L’Organisation démocratique du travail (OMT) a vivement critiqué la politique gouvernementale à l’égard des Marocains résidant à l’étranger, pointant du doigt une approche jugée superficielle et occasionnelle, particulièrement lors de l’accueil des MRE...

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

L’inclusion des MRE à l’aide au logement passe mal

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier de l’aide directe au logement au même titre que les Marocains résidant au Maroc, ce qui n’est pas du goût de bon nombre d’internautes. Certains d’entre eux n’hésitent pas à appeler à...

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.

Maroc : L’envers du décor du statut d’auto-entrepreneur

Quelques années après son adoption, la loi n° 114-13 du 19 février 2015 relative au statut de l’autoentrepreneur a montré ses limites. Seuls les chefs d’entreprise du royaume en tirent grand profit.