Maroc : un ancien président de commune interdit de quitter le territoire

4 mars 2022 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

La justice interdit à Ahmed Idrissi, ancien président du Parti authenticité et modernité (PAM) de la commune de Gzenaya de quitter le territoire. L’ancien élu est poursuivi en état de liberté provisoire pour des soupçons de dysfonctionnements liés à l’immobilier.

Les services de la gendarmerie royale ont amené de force Ahmed Idrissi au tribunal après que celui-ci a refusé de répondre à plusieurs convocations durant deux semaines pour cause de maladie selon ses avocats. Il devait être interrogé sur des dysfonctionnements liés à l’immobilier et d’autres faits relatifs à son mandat à la tête du conseil communal de Gzenaya. Cette attitude a poussé le parquet compétent dans la ville du Détroit à lui interdire dès le 2 mars de quitter le territoire, rapporte Al Akhbar. Son passeport lui a été donc retiré. Après une première audition, Ahmed Idrissi doit rester à la disposition de la justice pour pouvoir être interrogé de nouveau par le juge d’instruction.

À lire : La justice interdit au député de l’USFP, Abdelwahab Belfkih, de quitter le royaume

Cette affaire avait éclaté en 2021. La Wilaya de Tanger avait déposé une plainte contre une présumée mafia de l’immobilier qui s’est saisie de plusieurs forêts de la commune de Gzenaya. Des terrains considérés comme des terres collectives avaient été transformés clandestinement en résidences immobilières. Une série d’inspections au niveau de la commune de Gzenaya aurait relevé des dysfonctionnements liés à l’immobilier, ce qui avait coûté à Ahmed Idrissi son poste de président de commune en février 2021.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Parti Authenticité et Modernité (PAM)

Aller plus loin

Maroc : recherché, le maire d’Ajdir se rend à la police

Fait inhabituel à Ajdir, dans la province d’Al Hoceima. Le président de la commune s’est constitué prisonnier après avoir appris qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt.

La justice interdit au député de l’USFP, Abdelwahab Belfkih, de quitter le royaume

Le conseiller parlementaire USFP Abdelwahab Belfkih et dix autres accusés sont interdits de quitter le territoire national par la cour d’appel de Rabat. Ils sont poursuivis pour...

Marrakech : un haut responsable interdit de quitter le territoire

L’ancien président du Conseil régional de Marrakech, Ahmed Touizi, est interdit de quitter le territoire national en raison de son implication dans une affaire de détournement...

Au Maroc, certains fonctionnaires ont besoin d’une autorisation pour quitter le territoire

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté un démenti formel au sujet de l’existence de toute décision qui interdit à tous les fonctionnaires de quitter le territoire...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’aide au logement connait un succès auprès des MRE

Depuis son ouverture le 2 janvier, le site d’assistance pour l’aide au logement connaît un succès croissant, notamment auprès des Marocains résidant à l’étranger.

Maroc : l’aide à l’achat de logement bientôt effective

Le ministre délégué chargé du budget, Fouzi Lekjaa, a annoncé la mise en place prochaine d’un dispositif d’aides directes au logement pour les primo-acquéreurs.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Marocains, n’oubliez pas de déclarer les revenus fonciers

Le dépôt de la déclaration de revenus fonciers soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et le paiement dudit impôt, doivent être effectués au plus tard le 29 février, a prévenu la Direction générale des impôts (DGI).

Les MRE, une solution à la crise de l’immobilier marocain ?

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent de manière considérable à la relance du secteur de l’immobilier au Maroc, durement touché par la crise sanitaire du Covid-19, la guerre en Ukraine et la flambée mondiale des prix des matières...

Maroc : les prix de l’immobilier en hausse au premier trimestre 2023

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a enregistré au premier trimestre 2023 une hausse de 0,8 %, en glissement annuel, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Maroc : plus d’exonérations aux promoteurs immobiliers ?

Le conseil de gouvernement veut sonner la fin des exonérations accordées aux promoteurs immobiliers. Elles seront remplacées par des aides directes, lesquelles seront accordées aux acquéreurs.

L’incertitude plane sur le marché immobilier marocain

L’offre immobilière partout au Maroc serait abondante et les prix abordables, selon les professionnels et les notaires. La réalité est pourtant toute autre.

L’activité immobilière au Maroc ralentit fortement

La crise semble s’installer. Les ventes de ciment, principal indicateur de l’activité immobilière continue de baisser au Maroc. À fin août dernier, ces ventes ont diminué de 7,2 % en rythme annuel, selon la Direction des études et des prévisions...