Au Maroc, certains fonctionnaires ont besoin d’une autorisation pour quitter le territoire

1er mars 2023 - 21h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté un démenti formel au sujet de l’existence de toute décision qui interdit à tous les fonctionnaires de quitter le territoire national s’ils ne présentent pas une autorisation dans les aéroports et les postes frontaliers.

La députée socialiste Hayat Laraichi a adressé une question écrite au ministre à ce sujet. Dans sa question, elle a précisé que « la police des frontières dans plusieurs aéroports continue d’exiger des attestations administratives aux fonctionnaires désireux de voyager à l’étranger sachant que la loi sur la fonction publique ne comporte pas cette disposition. Laquelle disposition concerne uniquement les fonctionnaires publics porteurs d’armes de service. » L’élue a demandé à Abdelouafi Laftit de prendre les mesures appropriées
pour éviter que cette procédure ne se produise, en se conformant à
l’article 24 de la Constitution qui garantit à tous la liberté de
mouvement, de résidence sur le territoire national, de quitter le pays
et d’y revenir.

À lire :Maroc : un ancien président de commune interdit de quitter le territoire

En réponse, le ministre a précisé que seuls les fonctionnaires porteurs d’armes de service sont obligés de présenter à la police des frontières une autorisation pour quitter le territoire national, rapporte le quotidien arabophone Al Akhbar. « L’autorisation de quitter le territoire national concerne uniquement les fonctionnaires inscrits dans la catégorie des porteurs d’armes (Sûreté nationale, FAR, douane, eaux et forêts, etc.), et ce, conformément aux dispositions légales exigeant l’obtention d’une autorisation auprès de leurs administrations respectives », a-t-il souligné. Et d’ajouter : « De ce fait, le contrôle auquel sont soumis les fonctionnaires non porteurs d’armes, dans les différents centres frontaliers du royaume, se limite à vérifier qu’ils n’appartiennent pas à la catégorie de fonctionnaires devant fournir une attestation administrative pour quitter le territoire national. »

Sujets associés : Abdelouafi Laftit - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Marrakech : un haut responsable interdit de quitter le territoire

L’ancien président du Conseil régional de Marrakech, Ahmed Touizi, est interdit de quitter le territoire national en raison de son implication dans une affaire de détournement...

Maroc : un ancien président de commune interdit de quitter le territoire

La justice interdit à Ahmed Idrissi, ancien président du Parti authenticité et modernité (PAM) de la commune de Gzenaya de quitter le territoire. L’ancien élu est poursuivi en...

La justice interdit au député de l’USFP, Abdelwahab Belfkih, de quitter le royaume

Le conseiller parlementaire USFP Abdelwahab Belfkih et dix autres accusés sont interdits de quitter le territoire national par la cour d’appel de Rabat. Ils sont poursuivis pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, certains fonctionnaires ont besoin d’une autorisation pour quitter le territoire

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté un démenti formel au sujet de l’existence de toute décision qui interdit à tous les fonctionnaires de quitter le territoire national s’ils ne présentent pas une autorisation dans les aéroports et...

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Maroc : la fermeture des hammams fait des malheureux

La Fédération nationale des associations des propriétaires et exploitants des bains traditionnels au Maroc a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, l’invitant à reconsidérer la décision de fermeture des hammams trois jours...

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Le Maroc en croisade contre la mendicité

Malgré les efforts fournis pour l’éradiquer, la mendicité a la peau dure. Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit sonne la mobilisation contre ce phénomène qui génère plusieurs milliards chaque année.

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.