Maroc : vers la dépénalisation du cannabis ?

21 septembre 2019 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

L’Appel de Tanger a eu lieu il y a trois ans. Il résulte du Colloque international sur le Cannabis et les drogues. Ses participants avaient lancé un plaidoyer pour la dépénalisation de la consommation de cette drogue. Les initiatives se sont alors multipliées dans le même sens. L’une des dernières en date est celle du Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma ayant retenu de financer une étude de faisabilité sur l’exploitation des propriétés du cannabis sur le plan thérapeutique et pharmacologique.

Cette étude sera menée en collaboration avec l’Institut scientifique de Rabat rattaché à l’Université Mohammed V. L’opprobre qui touche le cannabis s’estomperait peu à peu, selon L’économiste.

Diverses recherches ont déjà démontré l’intérêt thérapeutique de cette plante et de sa molécule miracle, le THC, la première à avoir été isolée et identifiée. Une centaine d’autres molécules, baptisées "Cannabinoïdes", accaparent actuellement toute l’attention de plusieurs chercheurs.

Ils étudient leurs effets potentiels surtout thérapeutiques et leurs mécanismes de fonctionnement dans l’organisme, révèle le journal.

Les initiatives pour l’exploitation alternative du cannabis visent aussi d’autres domaines car, selon L’économiste, une étude récemment publiée par l’institut Prohibition partners, a révélé que le Maroc pourrait drainer 100 milliards de DH de revenus de la culture du cannabis, en cas de légalisation et de régulation du secteur.

A l’horizon 2023, le potentiel, en termes de chiffre d’affaires, pour le seul continent africain, est évalué à 7,1 milliards de dollars, un peu plus de 70 milliards de DH.

C’est le cas de plusieurs pays africains intéressés par la filière du cannabis et de sa légalisation dont l’Afrique du Sud, le Lesotho, le Nigeria, le Malawi, le Ghana et la Zambie.

Bien qu’elle soit interdite, 90.000 à 140.000 familles vivent de sa culture et de sa commercialisation dans le nord du Maroc, avec près de 800.000 personnes employées au quotidien.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tanger - Etude - Consommation - Chiffre d’affaires - Cannabis

Aller plus loin

Maroc : une loi d’amnistie pour les cultivateurs de cannabis

Le groupe parlementaire Parti authenticité et modernité (PAM) a déposé deux propositions de loi sur la légalisation de la culture du cannabis à la chambre des conseillers du...

Maroc : on reparle de la légalisation du cannabis

Dans une question écrite adressée au nouveau Ministre de la Santé, le parlementaire du Parti Authenticité et Modernité (PAM), Mohamed Cheikh Biadillah, a insisté sur la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le prix des lentilles s’envole au Maroc

Le prix des lentilles a considérablement augmenté au Maroc, atteignant 32 dirhams le kilo chez les détaillants, contre 25 dirhams pour les lentilles importées.

Bénéfice record pour le Groupe OCP en 2022

L’année 2022 a été florissante pour le groupe OCP avec une performance bien au-delà de celle enregistrée en 2021, avec un chiffre d’affaires de 114,6 milliards de dirhams.

Autoroutes du Maroc : nette progression des recettes au premier semestre

À fin juin 2022, Autoroutes du Maroc (ADM) ont affiché près de 2 milliards de dirhams de chiffre d’affaires, soit une progression de 10 % par rapport à la même période en 2019, selon les indicateurs trimestriels.

Tanger Med Port Authority : nette progression du chiffre d’affaires à fin septembre

À fin septembre dernier, Tanger Med Port Authority (TMPA) affichait un chiffre d’affaires brut de plus de 2,35 milliards de dirhams, en hausse de 11% par rapport à la même période de l’année dernière.

La « chebakia », la pâtisserie marocaine incontournable lors du ramadan

Lors du ramadan au Maroc, la « chebbakaa », des petits gâteaux traditionnels au miel, est proposée tous les jours sur les tables pour les dîners de rupture de jeûne.

Maroc : statut auto-entrepreneur ou fraude fiscale ?

Les auto-entrepreneurs, statut lancé en 2015, sont peu nombreux à déclarer leurs chiffres d’affaires à la Direction des impôts. Une situation qui préoccupe les patrons marocains et à laquelle pourrait remédier le Projet de loi de finance (PLF) 2023.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.

Maroc : une flambée inquiétante du prix de la volaille et des oeufs

Au Maroc, les prix de la volaille et des œufs s’envolent au grand dam des consommateurs. Quelles en sont les causes ?

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

Maroc : quand le thermomètre monte, la consommation électrique s’envole

La consommation électrique au Maroc a atteint un niveau record, s’établissant à 7 310 mégawatts, selon le ministère de la Transition énergétique et du développement durable.