Maroc : « il faut laisser mourir les entreprises en difficulté »

8 avril 2021 - 13h20 - Economie - Ecrit par : J.K

Les entreprises continuent de subir les impacts de la crise sanitaire, avec pour chaque pays, ses mesures d’accompagnement et des résultats qui ont du mal à rassurer. Selon une étude du Fonds monétaire international, l’insolvabilité des PME pourrait entraîner la baisse des ratios de fonds propres de base des banques à plus de 2 points de pourcentage cette année.

Grâce à la masse de liquidités accordées aux PME sous forme de prêts, de garanties de crédits et de moratoires sur les dettes, plusieurs d’entre elles ont échappé à la faillite. Toutefois, ces liquidités accordées ne pourront pas résoudre le problème d’insolvabilité, car à force d’entasser les pertes tout en poursuivant leur activité, les entreprises deviendront insolvables, a fait savoir l’étude réalisée par le FMI. Dans les pays ayant fait l’objet d’examen, fait part Le matin, les PME insolvables devraient atteindre 10 à 16 % cette année 2021.

D’après les experts du FMI, dont Chiara Maggi, économiste au département Moyen-Orient et Asie centrale, où elle est chargée du Maroc, « cette augmentation serait d’une ampleur similaire à la hausse des liquidations observée pendant les cinq années qui ont suivi la crise financière mondiale de 2008, mais elle interviendrait sur une période beaucoup plus courte », soulignant que les impacts de l’insolvabilité sur les banques seraient également considérables. Ainsi, dans les pays les plus touchés, les ratios de fonds propres de base des banques (mesure clef de leur solidité financière) pourraient baisser de plus de 2 points de pourcentage.

Par ailleurs, le wali de Bank Al-Maghrib penche pour le soutien étatique qui met en avant les entreprises viables. « Il faut laisser mourir les entreprises, structurellement, en grande difficulté financière, et qui souffraient déjà bien avant la crise Covid-19, pour soutenir les entreprises viables », a souligné Abdellatif Jouahri, après la réunion du Conseil de Bank Al-Maghrib du 23 mars dernier. Même réaction de la part de l’assureur-crédit Euler Hermes. De plus, « il serait bien plus utile et efficace d’injecter des quasi-fonds propres dans certaines entreprises plutôt que d’aider toutes les entreprises », recommande l’institution, soulignant qu’un programme d’appui bien circonscrit donnerait un résultat bien meilleur que la stratégie globale de soutien à toutes les PME sans distinction.

Sujets associés : FMI - Banques - Bank Al-Maghrib (BAM) - Etude - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc/ Crédit Bancaire : baisse des taux d’intérêt

Les taux d’intérêt au Maroc ont encore baissé au troisième trimestre de cette année, atteignant 4,30%, a indiqué l’enquête de Banque Al-Maghrib. Les taux ont alors chuté de 0,79...

Attijariwafa bank mise 30 milliards de dirhams pour soutenir les petites entreprises

Le groupe Attijariwafa bank entend soutenir les entreprises, commerçants, artisans et les professionnels dans la relance de leurs activités, grâce au dispositif "Offre...

Maroc : les crédits bancaires aux entreprises privées en hausse

Les crédits bancaires aux entreprises privées ont enregistré une hausse de 5,2% au premier semestre 2020, a indiqué Bank Al-Maghrib (BAM).

La Société Générale dépose 110 millions de dirhams dans le fonds contre le coronavirus

Le Groupe Société Générale Maroc vient d’annoncer une contribution de 110 millions de dirhams au Fonds spécial qui sera consacré à la gestion de la pandémie du nouveau...

Ces articles devraient vous intéresser :

Appel à mettre fin à l’échange d’informations fiscales des MRE

L’Organisation démocratique du travail (OMT) a vivement critiqué la politique gouvernementale à l’égard des Marocains résidant à l’étranger, pointant du doigt une approche jugée superficielle et occasionnelle, particulièrement lors de l’accueil des MRE...

Le FMI confirme l’éligibilité du Maroc à une ligne de crédit

Le Maroc a entamé des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) sur une nouvelle ligne de précaution et de liquidité (LPL), a annoncé, vendredi, le représentant de l’institution financière au royaume, Roberto Cardarelli.

Le dirham poursuit sa chute face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 0,15 % face à l’euro et s’est appréciée de 0,53 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 21 au 27 juillet. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham poursuit sa baisse face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 0,26 % face à l’euro et est restée quasi stable face au dollar américain, au cours de la période allant du 28 juillet au 03 août. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Stabilité du dirham face à l’euro et légère dépréciation face au dollar

La devises marocaines est restée quasi stable vis-à-vis de l’euro et s’est dépréciée de 0,31% face au dollar américain, durant la période du 26 octobre au 1er novembre, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Système de Ponzy : les mises en garde de Bank Al-Maghrib

Les Marocains doivent se méfier des sociétés qui collectent illégalement de l’argent auprès du public en promettant des rendements exceptionnels. Voici une piqûre de rappel de la part de Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Autorité marocaine du Marché des...

Le dirham se renforce face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 0,7% vis-à-vis du dollar américain et de 1,21% face à l’euro durant la semaine allant du 22 au 28 juin dernier, selon les données fournies par Bank Al-Maghrib (BAM).

Séisme au Maroc : les banques versent 850 millions de dh, Akwa Group 600 millions

Le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) vient de faire un geste conséquent pour venir en aide aux victimes du récent séisme qui a frappé le pays. C’est également le cas pour Akwa Group.

Le FMI confirme un prêt pour le Maroc

Le Maroc bénéficiera d’un prêt de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir sa transition écologique et renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles.

Banques marocaines : Fitch Rating avertit

Les banques marocaines font face à une situation de dégradation de la qualité de leurs prêts, en dépit d’une plus grande sélectivité dans leur octroi, avertit l’agence de notation américaine Fitch Ratings.