Maroc : fin des regroupements familiaux dans les tribunaux

24 juin 2021 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : A.T

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Les nombreuses plaintes enregistrées sur les relations de parenté dans les tribunaux ont trouvé une oreille attentive. Le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mohamed Abdennabaoui, a suspendu les regroupements familiaux dans les établissements judiciaires. Les juges des tribunaux de première instance, des Cours d’appels ainsi que des centres judiciaires ont jusqu’au 9 juillet, pour signer une déclaration sur l’honneur sur leurs liens de parenté.

L’autorité judiciaire a déclaré la guerre à cette pratique qui mine la justice marocaine et laisse place parfois au népotisme, rapporte Al Massae, qui précise que tous les présidents des Cours d’appel et procureurs du Roi sont désormais instruits pour y mettre fin.

La note du président précise les dispositions de l’article 24 de la loi portant organisation judiciaire du Royaume qui stipule que «  les conjoints, les parents et alliés jusqu’au degré d’oncle ou de neveu inclusivement ne peuvent être simultanément magistrats d’une même juridiction  ».

A lire : Maroc : suspension des visites familiales dans les prisons

Toutefois, rappelle le communiqué, des exceptions peuvent déroger à la règle, mais seulement par le biais d’une dispense accordée par « décision du conseil supérieur de la magistrature lorsque la juridiction comprend plus d’une chambre ou si cette juridiction siège à sens unique et à condition que l’un des conjoints, parents ou alliés ci-dessus visés ne soit pas l’un des chefs de la juridiction. »

De plus, en aucun cas, et même si la dispense est accordée, « les conjoints, parents ou alliés visés, à l’alinéa précédent, ne peuvent siéger dans une même cause », poursuit Abdennabaoui.

Dans le strict respect de cette nouvelle disposition du conseil supérieur du pouvoir judiciaire, un formulaire de déclaration sur l’honneur des liens de parenté sera adressé aux juges des tribunaux de première instance, des Cours d’appels ainsi que des centres judiciaires, à remplir au plus tard le 9 juillet.

Sujets associés : Al Massae - Ministère de la Justice et des Libertés - Mohamed Abdennabaoui

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : suspension des visites familiales dans les prisons

Les visites dans les prisons sont interdites à compter du mardi 8 septembre jusqu’à l’amélioration réelle de la situation épidémiologique au Maroc. L’annonce a été faite lundi, par la...

Maroc : trop de dossiers en instance de jugement dans les tribunaux

Face à l’accumulation des dossiers en instance de jugement dans les tribunaux marocains du fait de la crise sanitaire, le ministère public a pris des dispositions pour accélérer...

Gel de la délivrance de visas de regroupement familial : le Conseil d’État tranche

Le Conseil d’État a suspendu la décision du gouvernement relative au gel de la délivrance de visas de regroupement familial aux conjoints et enfants d’étrangers non-européens...

Nous vous recommandons

Al Massae

Maroc : fin des regroupements familiaux dans les tribunaux

Les nombreuses plaintes enregistrées sur les relations de parenté dans les tribunaux ont trouvé une oreille attentive. Le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mohamed Abdennabaoui, a suspendu les regroupements familiaux dans les...

Ministère de la Justice et des Libertés

L’Observatoire national de la criminalité attend le décret pour être opérationnel

Le Maroc dispose déjà d’un organisme à même de combattre le crime sous toutes ses formes. Il s’agit de l’observatoire national de la criminalité, qui, selon le ministre de la Justice, attend d’être régi par un décret de...

Maroc : des magistrats sanctionnés

Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a émis des mesures disciplinaires à l’encontre de 15 magistrats déférés devant le conseil. Il s’agit d’une décision prise après analyse et étude de plusieurs dossiers les...

Maroc : les notaires appelés à lutter contre le blanchiment d’argent

Les notaires doivent jouer un rôle capital dans la lutte contre le détournement de fonds sur toutes ses formes, a affirmé le ministre de la Justice, Mohamed Ben Abdelkader jeudi à Rabat, à l’occasion d’une rencontre organisée à l’initiative de son...

Maroc/Fonction publique : la hausse des salaires cache des écarts saisissants

Au Maroc, 8,54% des fonctionnaires civils de l’Etat ne touchent qu’entre 3.000 et 4.000 dirhams par mois. C’est bien loin des 8.147 dirhams fixés comme salaire mensuel net moyen dans la fonction publique, soit une hausse de près de 25%, entre 2010 et...

Victime d’un accident, Mohamed Benabdelkader donne de ses nouvelles

Quinze jours après son admission à l’hôpital Cheikh Zayed Ibn Soltane de Rabat, le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader rassure de son état de santé. Il avait fait une chute dans sa salle de bain qui occasionna une luxation de...

Mohamed Abdennabaoui

Le Maroc s’attaque à l’enrichissement illicite de certains magistrats

Le patrimoine des magistrats sera désormais passé à la loupe. C’est entre autres, la mission que s’est assignée Mohamed Abdennabaoui, premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir...

Maroc : fin des regroupements familiaux dans les tribunaux

Les nombreuses plaintes enregistrées sur les relations de parenté dans les tribunaux ont trouvé une oreille attentive. Le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mohamed Abdennabaoui, a suspendu les regroupements familiaux dans les...