Maroc : fin des regroupements familiaux dans les tribunaux

24 juin 2021 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : A.T

Les nombreuses plaintes enregistrées sur les relations de parenté dans les tribunaux ont trouvé une oreille attentive. Le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mohamed Abdennabaoui, a suspendu les regroupements familiaux dans les établissements judiciaires. Les juges des tribunaux de première instance, des Cours d’appels ainsi que des centres judiciaires ont jusqu’au 9 juillet, pour signer une déclaration sur l’honneur sur leurs liens de parenté.

L’autorité judiciaire a déclaré la guerre à cette pratique qui mine la justice marocaine et laisse place parfois au népotisme, rapporte Al Massae, qui précise que tous les présidents des Cours d’appel et procureurs du Roi sont désormais instruits pour y mettre fin.

La note du président précise les dispositions de l’article 24 de la loi portant organisation judiciaire du Royaume qui stipule que «  les conjoints, les parents et alliés jusqu’au degré d’oncle ou de neveu inclusivement ne peuvent être simultanément magistrats d’une même juridiction  ».

A lire : Maroc : suspension des visites familiales dans les prisons

Toutefois, rappelle le communiqué, des exceptions peuvent déroger à la règle, mais seulement par le biais d’une dispense accordée par « décision du conseil supérieur de la magistrature lorsque la juridiction comprend plus d’une chambre ou si cette juridiction siège à sens unique et à condition que l’un des conjoints, parents ou alliés ci-dessus visés ne soit pas l’un des chefs de la juridiction. »

De plus, en aucun cas, et même si la dispense est accordée, « les conjoints, parents ou alliés visés, à l’alinéa précédent, ne peuvent siéger dans une même cause », poursuit Abdennabaoui.

Dans le strict respect de cette nouvelle disposition du conseil supérieur du pouvoir judiciaire, un formulaire de déclaration sur l’honneur des liens de parenté sera adressé aux juges des tribunaux de première instance, des Cours d’appels ainsi que des centres judiciaires, à remplir au plus tard le 9 juillet.

Sujets associés : Al Massae - Ministère de la Justice et des Libertés - Mohamed Abdennabaoui

Aller plus loin

Maroc : trop de dossiers en instance de jugement dans les tribunaux

Face à l’accumulation des dossiers en instance de jugement dans les tribunaux marocains du fait de la crise sanitaire, le ministère public a pris des dispositions pour accélérer...

Gel de la délivrance de visas de regroupement familial : le Conseil d’État tranche

Le Conseil d’État a suspendu la décision du gouvernement relative au gel de la délivrance de visas de regroupement familial aux conjoints et enfants d’étrangers non-européens...

Maroc : suspension des visites familiales dans les prisons

Les visites dans les prisons sont interdites à compter du mardi 8 septembre jusqu’à l’amélioration réelle de la situation épidémiologique au Maroc. L’annonce a été faite lundi,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Réaction d’Abdellatif Ouahbi sur un éventuel remaniement du gouvernement

Le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi, également secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), serait l’un des ministres figurant sur la liste des départs au cas où un réajustement de l’équipe gouvernementale se confirmait.

Abdellatif Ouahbi accusé par les salafistes d’atteinte à l’islam

La réforme du Code de la famille passe mal chez les salafistes. Prêcheurs et imams de mosquées sont en colère contre le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Qu’est ce qui explique l’augmentation des divorces au Maroc ?

Les cas de divorce se sont envolés ces deux dernières années au Maroc. Rien qu’en 2021, près de 27 000 divorces ont été enregistrés. Pour le ministre de la Justice, cela s’explique par une prise de conscience des couples sur la nécessité de mettre fin...