Les infirmiers marocains autorisés à opérer, les médecins en colère

21 septembre 2022 - 13h00 - Ecrit par : G.A

Dans une circulaire en date du 7 septembre, le ministre de la Santé informe les infirmiers anesthésistes et réanimateurs qu’ils sont autorisés à assurer les interventions urgentes en l’absence des médecins. C’est la solution provisoire trouvée par Khalid Ait Taleb pour faire face à la pénurie de médecins que connait le Maroc.

La décision du ministère est vivement contestée par les médecins qui ne voient pas l’urgence de confier aux infirmiers anesthésistes et réanimateurs une telle responsabilité. Pour les spécialistes, l’article 6 de la loi 43-13 relative à l’exercice des professions infirmières, stipule que l’infirmier en anesthésie et réanimation « accomplit des actes d’anesthésie ou de réanimation des patients, sous la responsabilité et la surveillance directes d’un médecin anesthésiste-réanimateur », rapporte Maroc Hebdo.

À lire : Le Maroc souffre d’une « pénurie aiguë » de 32 000 médecins

Un argument que rejette le ministre en soulignant que cette loi « n’est toujours pas entrée en vigueur étant donné que ses décrets d’application ne sont pas encore publiés ». Il appelle les infirmiers à accomplir leurs devoirs comme le stipule l’article 20 de la Constitution, qui indique que « le droit à la vie est le droit premier de tout être humain. La loi protège ce droit ». Il reste convaincu que les infirmiers anesthésistes ont suffisamment de compétences, à la fois théoriques et pratiques, pour faire face à cette nouvelle responsabilité qui n’est que temporaire.

À lire : Le Maroc a besoin de 100 000 médecins et infirmiers

Du côté des infirmiers, cette mesure est plutôt bien accueillie, à en croire Abdelilah Asaissi, président de l’Association marocaine des infirmiers anesthésistes-réanimateurs (AMIAR). Pour lui, cette décision du ministère de la Santé « rend justice aux infirmiers anesthésistes tout en reconnaissant leurs compétences et le rôle qu’ils assument dans le système de santé ». Il ajoute que « les infirmiers ont tout le temps endossé cette tâche sans aucune couverture juridique face au manque de spécialistes dans les hôpitaux ». Toutefois, il demande au ministère de renforcer le niveau des infirmiers en organisant des formations continues.

Tags : Santé - Ministère de la Santé - Plainte - Khalid Aït Taleb

Aller plus loin

Le Maroc risque une pénurie de médecins d’ici 2030

Les concours de recrutement annuels de médecins continuent d’êtres boycottés, avec le risque que le Maroc se retrouve dans une situation de pénurie d’ici 2030. Selon le ministre de...

Pour empêcher le départ des médecins, le Maroc augmente leurs salaires

Dans son programme au titre de l’année 2022, le gouvernement a entrepris de revoir les conditions de vie et de travail des médecins marocains exerçant dans le public, notamment en...

Le Maroc souffre d’une « pénurie aiguë » de 32 000 médecins

Face au manque de ressources humaines qualifiées dans le domaine de la Santé, le Maroc a décidé d’ouvrir ses portes à l’expertise étrangère. Plusieurs conditions sont ont été mises en...

Le Maroc a besoin de 100 000 médecins et infirmiers

Les hôpitaux marocains fonctionnent avec un ratio de 7,1 médecins pour 10 000 habitants contre une vingtaine de médecins (pour 10 000 habitants), tels que recommandés par...

Nous vous recommandons

Au Maroc, le prix de l’essence flambe de nouveau

Les automobilistes marocains continuent de vivre une situation douloureuse. Le prix de l’essence devrait connaître une nouvelle hausse demain jeudi 16 juin 2022.

BlackRock annule son projet d’extension du Medgaz à cause de la crise Espagne-Algérie

Le fonds d’investissement BlackRock n’entend plus financer les travaux d’extension à 16 milliards de mètres cubes par an du Medgaz, le gazoduc qui relie l’Algérie à l’Espagne. Ceci, en raison des tensions entre les deux pays ouvertes après le changement de...

Interpellations massives lors d’une fête de mariage à Temara

À Témara, les services de la gendarmerie accompagnés de responsables et des représentants des autorités locales ont procédé à l’arrestation de 60 personnes dans une villa de luxe transformée en salle des fêtes, où se déroulait une fête de mariage. Une amende...

Ryanair reprend ses vols vers le Maroc le 1er mars

Ryanair a annoncé la reprise de ses liaisons aériennes de et vers le Maroc depuis sa base de Séville, dès le 1ᵉʳ mars. La compagnie va relier six villes marocaines dont la capitale, Rabat.

Découverte d’un grand gisement de lithium au Maroc

Le Maroc a découvert d’ « importantes quantités » de lithium, situées dans la zone frontalière avec la Mauritanie. Un gisement qui laisse présager une indépendance du royaume par rapport à cette matière première et un renforcement du secteur des énergies...

L’évasion des Marocains d’un avion planifiée sur Facebook

Alors qu’il a décollé de Casablanca au Maroc pour Istanbul en Turquie, l’Airbus A320 de la compagnie Air Arabia Maroc, a été dérouté vers Palma de Majorque en Espagne. Depuis, la police espagnole mène des investigations pour savoir si la raison ayant provoqué...

Des Marocains portent plainte contre un ancien officier supérieur algérien

Des citoyens marocains ont déposé plainte contre Mokhtar Saïd Mediouni, un ancien officier supérieur du renseignement militaire algérien, qui a appelé le Front Polisario à mener des attaques terroristes contre le...

Sergueï Lavrov annule sa visite au Maroc

Le Forum de coopération arabo-russe, prévu le 15 décembre à Marrakech, sera reporté à cause de l’annulation de la tournée de Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe au Moyen-Orient et en Afrique du...

Séville libère ses Marocains

Yassine Bounou, Youssef En-Nesyri et Munir El Haddadi, font partie des joueurs convoqués par Vahid Halilhodzic pour les prochains matchs des éliminatoires de la Coupe du monde 2022. L’annonce a été faite par le FC Séville dans un communiqué publié sur...

Des entreprises du secteur automobile quittent l’Ukraine pour le Maroc

L’invasion russe en Ukraine pousse certaines entreprises de l’industrie automobile à quitter ce pays, qui était le centre de gravité du secteur en Europe, pour aller s’installer au Maroc.