Maroc : chute de l’informel entre 2009 et 2018

9 janvier 2021 - 06h40 - Economie - Ecrit par : J.K

L’économie informelle s’est retrouvée à moins de 30% du PIB entre 2009 et 2018. C’est ce qui ressort d’une étude intitulée « Mesure et évolution de l’économie informelle au Maroc », publiée sur le site internet de Bank Al-Maghrib (BAM).

Les résultats de l’étude affichent trois périodes d’évolution distinctes de l’économie informelle. Durant la première période allant de 1988-1998, l’économie informelle était à environ 40% du PIB. Entre 1999 et 2008, elle a baissé à 32-34% du PIB et durant la dernière période de 2009-2018, l’économie informelle a atteint un niveau juste en dessous de 30% du PIB. Ce qui implique que les stratégies mises en place depuis le début des années 2000 pour rénover l’environnement institutionnel, économique et financier ont participé à faire baisser la taille de l’économie informelle, ont estimé Kamal Lahlou, Hicham Doghmi et Friedrich Schneider, auteurs de l’étude.

Cependant, il importe d’engager des réformes structurelles supplémentaires quant à la constance d’importantes activités informelles dont celles relatives à l’éducation, au système judiciaire, à la politique fiscale et au marché du travail, ont suggéré les chercheurs, soulignant qu’aucune politique unique ou isolée ne peut entraîner une régression significative du poids de l’informel. Ainsi, « une stratégie de formalisation devrait inclure des réformes intégrées qui traitent de la complexité et des particularités de l’informalité dans chaque secteur », ont-ils ajouté.

En plus des réformes structurelles, il est nécessaire de mettre en place d’autres mesures pouvant favoriser l’intégration de l’informel, principalement le renforcement de la coordination et le suivi des politiques qui visent l’économie de l’ombre. Il faut également le développement des capacités et processus de l’administration fiscale pour des contrôles fiscaux plus visés, la réception des impôts et cotisations sociales par une seule administration fiscale, l’élaboration de mesures d’incitation fiscale, l’organisation des campagnes de sensibilisation du public aux avantages du travail déclaré, le renforcement de la digitalisation de l’administration publique, ont suggéré les auteurs de l’étude.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Bank Al-Maghrib (BAM) - Etude - Impôts - Evasion fiscale - Fraude

Aller plus loin

Fiscalité locale : voici les cadeaux aux contribuables

La nouvelle loi sur la fiscalité locale est en vigueur au royaume depuis le 1ᵉʳ janvier 2021. Elle contient de nombreuses modifications, profitables aux contribuables.

Maroc/ Sebta-Melilia : vers la fin du commerce informel

Plus de doute, fini le trafic informel au niveau de Sebta et Melilla, désormais aux portes d’une nouvelle ère. Dans un rapport annuel, le Conseil économique, social et...

Maroc : nouveauté pour les déclarations d’impôts

Les personnes physiques qui le désirent pourront faire la déclaration de leurs revenus de fin avril au 30 juin 2020. Ainsi en a décidé le Comité de veille économique (CVE),...

Maroc : entrée en vigueur d’une nouvelle amnistie fiscale

L’amnistie sur les majorations et pénalités de retard sur les impayés d’impôts est effective depuis le 1ᵉʳ janvier 2021 au royaume. Cette mesure concerne les impôts et taxes du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les MRE bénéficient d’une exonération fiscale pour l’achat de logements sociaux

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier d’une exonération fiscale lorsqu’ils achètent un logement social, à condition de remplir les critères énoncés dans le Code général des impôts, a affirmé Nadia Fettah, ministre de l’Économie...

Maroc : allègement des mesures fiscales pour 2023

Le gouvernement marocain a décidé d’alléger une série de mesures fiscales consignées dans le projet de loi de finances 2023 qui fera l’objet d’examen et de vote à la Chambre des conseillers dès ce lundi 5 décembre 2022.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Transferts des MRE : les assurances d’Abdellatif Jouahri concernant une directive européenne

Les autorités marocaines vont engager des négociations avec la Commission européenne au sujet d’une directive européenne visant à restreindre les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE), a récemment annoncé Abdellatif Jouahri, le...

Office des changes au Maroc : du nouveau pour l’e-commerce

Les jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies ont désormais une dotation commerce électronique plafonnée à un million de dirhams par année civile, selon la version 2024 de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC).

Le dirham marocain se renforce face à l’euro

Le dirham marocain s’est apprécié de 0,9% face à l’euro et de 0,37% vis-à-vis du dollar américain durant la semaine du 20 au 26 juin 2024, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham se renforce fortement face à l’euro

Le dirham marocain s’est apprécié de 1,11 % face à l’euro et de 0,65 % vis-à-vis du dollar américain, durant la période allant du 28 mars au 03 avril, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Appréciation du dirham par rapport à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 0,51 % face à l’euro et s’est dépréciée de 0,66 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 2 au 8 mars 2023. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Marocains, n’oubliez pas de payer vos impôts

Au Maroc, les entreprises et les contribuables doivent s’acquitter de l’impôt sur le revenu (IR), de l’impôt sur les sociétés (IS), de la TVA et autres avant le 31 mars. Passé ce délai, ils s’exposent aux pénalités et sanctions prévues par la direction...