Maroc : chute de l’informel entre 2009 et 2018

9 janvier 2021 - 06h40 - Economie - Ecrit par : J.K

L’économie informelle s’est retrouvée à moins de 30% du PIB entre 2009 et 2018. C’est ce qui ressort d’une étude intitulée « Mesure et évolution de l’économie informelle au Maroc », publiée sur le site internet de Bank Al-Maghrib (BAM).

Les résultats de l’étude affichent trois périodes d’évolution distinctes de l’économie informelle. Durant la première période allant de 1988-1998, l’économie informelle était à environ 40% du PIB. Entre 1999 et 2008, elle a baissé à 32-34% du PIB et durant la dernière période de 2009-2018, l’économie informelle a atteint un niveau juste en dessous de 30% du PIB. Ce qui implique que les stratégies mises en place depuis le début des années 2000 pour rénover l’environnement institutionnel, économique et financier ont participé à faire baisser la taille de l’économie informelle, ont estimé Kamal Lahlou, Hicham Doghmi et Friedrich Schneider, auteurs de l’étude.

Cependant, il importe d’engager des réformes structurelles supplémentaires quant à la constance d’importantes activités informelles dont celles relatives à l’éducation, au système judiciaire, à la politique fiscale et au marché du travail, ont suggéré les chercheurs, soulignant qu’aucune politique unique ou isolée ne peut entraîner une régression significative du poids de l’informel. Ainsi, « une stratégie de formalisation devrait inclure des réformes intégrées qui traitent de la complexité et des particularités de l’informalité dans chaque secteur », ont-ils ajouté.

En plus des réformes structurelles, il est nécessaire de mettre en place d’autres mesures pouvant favoriser l’intégration de l’informel, principalement le renforcement de la coordination et le suivi des politiques qui visent l’économie de l’ombre. Il faut également le développement des capacités et processus de l’administration fiscale pour des contrôles fiscaux plus visés, la réception des impôts et cotisations sociales par une seule administration fiscale, l’élaboration de mesures d’incitation fiscale, l’organisation des campagnes de sensibilisation du public aux avantages du travail déclaré, le renforcement de la digitalisation de l’administration publique, ont suggéré les auteurs de l’étude.

Sujets associés : Bank Al-Maghrib (BAM) - Etude - Impôts - Evasion fiscale - Fraude

Aller plus loin

Fiscalité locale : voici les cadeaux aux contribuables

La nouvelle loi sur la fiscalité locale est en vigueur au royaume depuis le 1ᵉʳ janvier 2021. Elle contient de nombreuses modifications, profitables aux contribuables.

L’informel, l’autre fléau qui gangrène l’économie marocaine

L’évolution inquiétante de l’informel sur le marché marocain préoccupe le Haut commissariat au plan (HCP) qui a présenté le 2 mars une étude sur les causes et conséquences de ce...

Maroc : des prêts et un plan pour l’informel

Le secteur informel et son impact négatif sur l’économie marocaine, a désormais une porte de sortie. Le régime de l’auto-entrepreneuriat créé depuis 2015, donne la possibilité...

Maroc/ Sebta-Melilia : vers la fin du commerce informel

Plus de doute, fini le trafic informel au niveau de Sebta et Melilla, désormais aux portes d’une nouvelle ère. Dans un rapport annuel, le Conseil économique, social et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le dirham encore en baisse face à l’euro

La devise marocaine est dépréciée de 0,57 % face à l’euro et de 0,34 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 26 janvier au 1ᵉʳ février 2023. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Les Marocains du monde ont envoyé 93,7 MMDH en 2021

Les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) au titre de 2021 ont connu une hausse de 37,5 % par rapport à 2020, d’après le rapport annuel sur la situation économique, monétaire et financière de Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham chute par rapport à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 1,03 % face au dollar américain et de 0,49 % vis-à-vis de l’euro durant la période allant du 10 au 16 août 2023, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham chute à nouveau face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 1,85% face à l’euro et s’est apprécié de 1,90% vis-à-vis du dollar américain durant la période allant du 29 septembre au 5 octobre 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham marocain prend de la valeur face à l’euro et le dollar

La devise marocaine s’est appréciée de 0,24 % vis-à-vis de l’euro et de 0,9 % face au dollar américain durant la période du 23 au 29 novembre, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham se redresse face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 1,16 % face à l’euro et de 0,26 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 15 au 21 septembre 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Fitch confirme la notation « BB+ » du Maroc avec des perspectives stables

Fitch Ratings a confirmé le 4 novembre la note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à « BB+ » avec une perspective stable. L’agence américaine de notation s’attend par ailleurs à un resserrement monétaire de la part de...

La DGI aux trousses des auteurs de fausses factures

La direction générale des impôts (DGI) veut en finir avec la fraude à la fausse facture. Une pratique qui prend de l’ampleur et n’épargne aucun secteur d’activité ni région du pays.

Le dirham remonte face à l’euro

La devise marocaine est appréciée de 0,68 % face à l’euro et s’est dépréciée de 0,71 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 2 au 8 février 2023. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Promoteurs immobiliers au Maroc : le fisc lance une opération coup de poing

La Direction générale des impôts (DGI) va lancer prochainement une vaste opération de contrôle et d’inspection visant les grandes entreprises et notamment les promoteurs immobiliers ayant eu recours à des pratiques frauduleuses pour bénéficier...