Maroc : les nouveaux prix du lait Centrale Danone mettront-ils fin au boycott ?

5 septembre 2018 - 20h00 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

Victime d’une opération de boycott sans précédent au Maroc depuis le mois de mai dernier, Centrale Danone avait promis de baisser le prix de son produit phare, le lait pasteurisé. C’est désormais chose faite.

Les nouveaux prix ont été annoncés aujourd’hui lors d’une conférence de presse donnée par le PDG du groupe, Emmanuel Faber, qui a tenu à se déplacer une nouvelle fois au Maroc. Ainsi, le prix du paquet de lait sera de 2,50 dirhams au lieu de 3,50 dirhams, soit une baisse d’un dirham.

Mais il y aura en réalité « deux laits » : un qui gardera le même packaging qui sera vendu à 3,20 dh au lieu de 3,50 dh et un autre à 2,50 dh, qui sera neutre mais de la même qualité que le premier, promet le PDG.

Le lait sera vendu à prix coûtant sans rogner sur sa qualité, jure-t-on, et Danone s’engage à ne pas faire de bénéfice sur ce produit. « Le sacrifice sera fait sur le Marketing et le packaging tout en gardant le même produit et les mêmes exigences », a expliqué Faber.

Par ailleurs, le groupe Centrale Danone s’est engagé à publier tous les six mois le prix d’achat du lait chez l’éleveur et promet un audit sur la qualité des produits qui sera réalisé par des sociétés indépendantes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Consommation - Centrale Laitière - Danone - Boycott

Aller plus loin

Maroc : Danone a toujours du mal à se relever après le boycott

Une crise partie pour durer longtemps. Victime d’un boycott sans précédent de la part des consommateurs marocains l’année dernière, Danone a toujours du mal à se relever et cela...

Le boycott au Maroc fait souffrir Danone à l’international

C’est un boycott qui a des répercussions bien au-delà du Maroc. Le boycott que subit la société Danone dans le pays depuis le mois d’avril dernier a des conséquences sur le...

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : fin des frais « injustifiés » pour les factures en ligne

Le Conseil de la concurrence a lancé un avertissement : des frais de service ajoutés sur les paiements en ligne dans plusieurs secteurs économiques n’ont pas de justification. Ces coûts supplémentaires, selon le Conseil, freinent la digitalisation de...

Maroc : une flambée inquiétante du prix de la volaille et des oeufs

Au Maroc, les prix de la volaille et des œufs s’envolent au grand dam des consommateurs. Quelles en sont les causes ?

Maroc : vers la suppression de la TVA sur certains produits ?

Des députés de l’opposition parlementaire continuent d’appeler à l’exemption de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur tous les produits de base à forte consommation afin de soutenir le pouvoir d’achat des Marocains en cette période d’inflation.

Maroc : l’inflation atteint des records (+7,8%)

Après 6,3 % au deuxième trimestre, l’inflation s’est accélérée au Maroc, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP) qui table sur 7,8 % au troisième trimestre 2022.

Maroc : voici les villes où les prix ont baissé (et augmenté)

Les prix à la consommation ont affiché une légère baisse de 0,3%, selon les derniers chiffres dévoilés par le Haut Commissariat au Plan (HCP).

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Maroc : l’informel met à genoux les magasins de sport

Dans le secteur du sport en plein essor au Maroc, l’informel gagne du terrain. Les professionnels, mécontents, tirent la sonnette d’alarme.

La « chebakia », la pâtisserie marocaine incontournable lors du ramadan

Lors du ramadan au Maroc, la « chebbakaa », des petits gâteaux traditionnels au miel, est proposée tous les jours sur les tables pour les dîners de rupture de jeûne.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.