Maroc : le délai d’inscription sur les listes électorales expire fin décembre

1er décembre 2020 - 16h30 - Maroc - Ecrit par : G.A

Les Marocains ont jusqu’à la fin du mois de décembre pour soumettre leur demande d’inscription pour la révision annuelle des listes électorales générales. L’annonce a été faite par le ministre de l’Intérieur dans un communiqué.

Le message s’adresse à tous les Marocains âgés d’au moins 18 ans ou qui atteindront cet âge le 31 mars 2021 au plus tard, et ne présentent aucune incapacité prévue par la loi. Les demandes d’inscription sont à déposer aux bureaux de l’autorité administrative locale dont relève leur lieu de résidence ou sur le site électronique listeselectorales.ma, rapporte la MAP.

En ce qui concerne ceux qui ont changé leur lieu de résidence, ils doivent également notifier avant la même date indiquée, leurs demandes de transfert de l’inscription à la commune ou arrondissement où ils résident.

Quant à ceux qui sont déjà inscrits sur les listes électorales générales actuelles, ils peuvent vérifier leurs données sur lesdites listes en envoyant un SMS au numéro gratuit 2727, précise la même source.

Sujets associés : Elections - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

L’inscription sur les listes électorales prend fin le 31 décembre

Le 31 décembre 2019 est la date butoir retenue par le Ministère de l’intérieur pour permettre aux Marocains non encore inscrits sur les listes électorales et qui remplissent les...

Jeunes, inscrivez-vous sur les listes électorales avant le 24 janvier

Les citoyens marocains en âge de voter sont invités à s’inscrire auprès des bureaux de l’autorité administrative locale ou en ligne avant le 24 janvier.

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Maroc : voici les principales mesures prises pour éviter les pénuries d’eau

Pour faire face à la pénurie d’eau, le gouvernement a demandé aux autorités locales et régionales de prendre des mesures urgentes pour réduire le gaspillage de l’eau, voire de rationner sa consommation.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Les passagers qui arrivent au Maroc surveillés à la loupe

Le Conseil de gouvernement a décidé jeudi de renforcer son arsenal en matière de lutte contre le terrorisme et les crimes organisés, en faisant adopter un projet de décret.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.