Maroc : Les migrants subsahariens subiraient des violences et vivraient dans l’insécurité

17 juin 2014 - 13h20 - Espagne - Ecrit par : Bladi.net

Violence, précarité et insécurité, tel serait le lot des migrants subsahariens au Maroc… tout du moins à l’en croire la branche espagnole de l’ONG « Terre des Hommes », Tierra de Hombres. Cette dernière a dénoncé jeudi dernier l’insécurité et les violences subies par les migrants, qui sont principalement d’origine subsaharienne. L’ONG a également fait part de plusieurs dizaines de recommandations pour changer cet état de fait, et a demandé à l’Espagne et à l’Union Européenne d’assumer leurs responsabilités dans ce qui arrive aux migrants.

L’ONG a également dévoilé le contraste existant entre les avancées réalisées par le gouvernement marocain, notamment pour avoir débuté (c’est le mot) depuis fin 2013 la régularisation des statuts des migrants subsahariens, et les nombreux pas en arrière miroités par de la violence que subiraient ces mêmes migrants.

Le directeur des projets de l’ONG, Manuel Marcia, interviewé par Europapress, affirme que plusieurs cars remplis de migrants subsahariens avec des fractures ouvertes viennent chez l’ONG, demander de l’aide. Selon ce dernier : « C’est inacceptable et injustifiable ».

Macía a même appelé l’Espagne à rendre plus étroite sa collaboration avec la police marocaine afin de former les policiers marocains et leur offrir les moyens nécessaires pour gérer l’immigration « avec un niveau de violence proportionnelle ». Sans bâton…

Notons une autre recommandation de l’ONG : « Ne pas menotter les migrants car les menottes les empêchent de parer les coups ». Difficile de ne pas comprendre ce que cela signifie et ce qu’ont donc enduré certains migrants.

Nouveau contraste

A entendre Monsieur Macia parler, on pourrait en déduire que l’Espagne sait s’y prendre avec les migrants. Ce qui n’est pas le cas. Les agents d’autorités sont –presque à chaque assaut des migrants- vivement critiqués par les politiques du pays au sujet de la dureté dont ils font preuve et de la violence qu’ils occasionnent aux clandestins.

Parfois, cet état de fait bat des records. Ainsi, selon Lepartidegauche.fr : « Le 6 février plus d’une dizaine de migrants sub-sahariens trouvaient la mort par noyade, après avoir été repoussés par la Guardia Civil (équivalent de la gendarmerie), alors qu’ils tentaient d’atteindre à la nage l’enclave espagnole de Sebta au Maroc. Les forces de l’ordre espagnoles au lieu de leur prêter secours ont fait usage de balles en caoutchouc sur des personnes qui savaient à peine nager, contribuant à la panique et aux noyades ».

Pour que la police espagnole soit considérée comme ayant la capacité d’apprendre à la police marocaine à se maîtriser, il faudrait que la police marocaine soit dans la réalité quasiment sadique. Ce qui n’est pas forcément faux… Des cars entiers de subsahariens avec des fractures ouvertes…

Analyse des « bons points »

Le Maroc a récemment ouvert la porte à la régularisation des situations des migrants se trouvant sur son territoire. Mais, si la résolution est bonne, ses effets par contre démontrent une lenteur certaine. Selon Afrik.com : « Sur 12 034 demandes de régularisation déposées depuis le 2 janvier auprès des bureaux des étrangers des préfectures du royaume, seules 204 ont été acceptées selon les chiffres officiels ». Ces chiffres datent du mois dernier.

Autre bonne résolution avec des effets médiocres : la circulaire du gouvernement qui ouvre les portes à « l’intégration des élèves étrangers issus des pays du Sahel et subsahariens dans le système scolaire marocain ». Là encore, c’est beaucoup d’encre dans la presse pour rien. Une infime partie seulement des migrants subsahariens en profite. Et (pour rajouter un peu d’encre dans la presse) : L’Etat étudie, selon Telquel, l’éventualité de créer des classes spécifiques pour les enfants des migrants, avec pour objectif de servir de passerelle avec le système marocain classique. Des sortes de classes préparatoires au système éducatif marocain réputé pour être...

Les autres recommandations

Parmi les autres recommandations, l’Organisation appelle le Maroc à donner la priorité aux intérêts de l’enfant dans le processus de régularisation de la situation des migrants. Cela en assurant l’enregistrement des enfants non enregistrés et permettre ainsi leur accès à la santé ou à des campagnes d’éducation. En outre, l’ONG appelle également à la mise en place en haute priorité de l’accès à la santé aux migrants, et la protection des femmes victimes de violence, ainsi que la lutte contre la discrimination et le racisme et le renforcement de l’accès à la justice avec, par exemple, la présence d’interprètes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Droits et Justice - Ceuta (Sebta) - Melilla - Police marocaine

Aller plus loin

Tanger : les migrants subsahariens expulsés, dénoncent une « injustice »

Les arrestations et les expulsions de migrants subsahariens résidant ou travaillant à Tanger, proche de la frontière de Sebta, se sont intensifiées depuis deux semaines suite au...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Abdellatif Hammouchi nomme de nouveaux responsables

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdellatif Hammouchi a procédé, mardi, à une nouvelle série de nominations au niveau de plusieurs services décentralisés de l’institution.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.