Maroc : plusieurs députés épinglés pour non déclaration de leur patrimoine

4 mai 2022 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alors que la loi l’exige, 161 députés actuels et sortants n’ont pas déclaré leur patrimoine. La Cour des comptes les somme d’honorer cette obligation dans un délai ne dépassant pas 60 jours à partir de la date de réception de la lettre de rappel.

Une correspondance comportant la liste des parlementaires qui n’ont pas déclaré leur patrimoine a été adressée au président de la Chambre des représentants, Rachid Talbi Alami par présidente de la cour des comptes, Zineb El Adaoui, fait savoir le quotidien arabophone Al Akhbar. En tout, 21 députés actuels et 140 autres sortants, pour la plupart affiliés au Parti de la justice et du développement (PJD) n’ont pas déclaré leur patrimoine. Parmi eux, il y a 21 parlementaires qui n’ont pas fait leurs déclarations préliminaires après leur élection aux dernières législatives du 8 septembre 2021 ou qui ont transmis leurs déclarations en dehors du délai légal, est-il précisé. On dénombre aussi 140 parlementaires qui n’ont pas déclaré leur patrimoine après la cessation de leurs mandats. Ils sont pour la plupart affiliés au PJD. La présidente de la Cour des comptes a sommé les élus concernés à honorer cette obligation dans un délai ne dépassant pas 60 jours à partir de la date de réception de la lettre de rappel.

À lire : Maroc : les agents d’autorité sommés de déclarer leur patrimoine

Que dit la loi ? D’après la loi n° 54-06 instituant une déclaration obligatoire de patrimoine de certains élus des conseils locaux et des chambres professionnelles ainsi que de certaines catégories de fonctionnaires ou agents publics, tout député ou conseiller doit faire une déclaration des biens et des actifs en sa possession dès sa prise de fonction, en cours d’activité et à la fin de son mandat. Des sanctions sont prévues en cas de non-respect de cette obligation ou du délai de sa déposition.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Cour des comptes - Parlement marocain

Aller plus loin

Maroc : deux députés perdent leur siège à Guercif

De nouvelles élections seront organisées au niveau de la circonscription de Guercif. Ainsi, en a décidé la Cour constitutionnelle, qui a invalidé, mardi, les sièges de deux...

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter...

Maroc : les agents d’autorité sommés de déclarer leur patrimoine

Le ministère de l’Intérieur a décidé de traquer l’enrichissement illicite chez les moqadems et autres auxiliaires d’autorité, gangrenés par la corruption. Ceux-ci sont invités à...

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains pourraient partir à la retraite plus tard

Les députés de l’opposition ont adressé lundi une question orale au gouvernement, lui demandant quelles mesures il entend prendre pour réformer le régime de retraite.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...

Maroc : la retraite à 65 ans ?

Alors que les députés de l’opposition rejettent le projet du gouvernement d’Aziz Akhannouch de porter l’âge de la retraite à 65 ans, Younes Sekkouri, le ministre de l’Intégration économique, de la Microentreprise, de l’Emploi et des Compétences, dément...

Maroc : les discours radicaux dans les mosquées inquiètent

La députée du parti Fédération de la Gauche démocratique, Fatima Tamni, a interpelé le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, au sujet de l’exploitation des tribunes des mosquées pour diffuser des discours radicaux contre les...

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.

TikTok, l’impossible interdiction au Maroc

Face à la dépravation des mœurs à laquelle conduit l’utilisation de TikTok, les députés de l’opposition ont invité le gouvernement marocain à prendre ses responsabilités et à interdire l’application chinoise dans le royaume. Mais y arriveront-ils ?

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Lenteur d’Internet au Maroc : les critiques d’un député

Le député Ahmed Abbadi du groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) à la Chambre des représentants a dénoncé le faible débit de la connexion Internet dans plusieurs villes et régions du Maroc, imputant la responsabilité de cette...

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...