Maroc : les professionnels du tourisme désespèrent

2 novembre 2021 - 13h20 - Ecrit par : A.P

Parmi les professionnels du tourisme les plus touchés par la crise, figurent les voyagistes, les réceptifs, les spécialistes du mice, etc. En cessation d’activités depuis 20 mois, sans aucune perspective de reprise, ils désespèrent.

Contrairement à l’Égypte, la Turquie, l’Espagne et la France qui se préparent à reprendre rapidement leurs activités touristiques après la crise sanitaire, le Maroc ne présente, pour le moment, aucune perspective. « Ailleurs, les aides des États ont permis de soutenir les écosystèmes », explique Abdellatif Benmoussa, vice-président du Moroccan Travel Management Club (MTMC), un club qui regroupe les agences de voyage spécialisées dans le réceptif et le mice.

À lire : Maroc : le secteur du tourisme nage dans l’incertitude

Premières victimes de la crise, ces agences de voyage éprouvent de sérieuses difficultés à faire face aux différentes charges fiscales et aux remboursements des crédits contractés depuis le début de la crise, ajoute-t-il. « Nous avons tenu bon pendant 20 mois, mais il est urgent de prendre les dispositions qui s’imposent avant qu’il ne soit trop tard pour nos entreprises, nos collaborateurs et notre image de marque à l’international », a indiqué le club dans une lettre ouverte à ses partenaires publics.

À lire : Tourisme au Maroc : six propositions pour sortir de la crise

Les professionnels du tourisme, dont les réceptifs et les spécialistes du mice (Meetings, Incentives, Conventions and Events) , déplorent les mesures restrictives qui sont venues plomber la reprise des activités, en l’occurrence, la suspension des vols, le pass vaccinal, la prolongation de l’état d’urgence sanitaire, etc. « Ces décisions remettent en question les feuilles de route préparées pour un plan de relance et de reprise espérée », souligne Benmoussa, alertant que « sans des mesures prioritaires et vitales pour le secteur avant décembre 2021, plus de 80 % des DMC seraient condamnés à mettre la clé sous le paillasson ».

À lire : Maroc : les professionnels du tourisme veulent des mesures urgentes

En l’absence de mesures d’accompagnement concrètes et immédiates, les voyagistes risquent de tout perdre, prévient la Confédération nationale du tourisme (CNT), soulignant l’urgence d’appliquer les mesures contenues dans le contrat-programme signé avec le Comité de veille économique. Une première rencontre entre la CNT et la nouvelle ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, doit avoir avoir lieu ce mardi 2 novembre.

Tags : Tourisme - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Les bateaux de croisière de retour à Tanger

Après deux années d’arrêt, le tourisme a repris au port de Tanger ville. Jeudi matin, un premier bateau de croisière a accosté avec à son bord des touristes heureux de visiter la...

En colère, les professionnels du tourisme exigent des mesures fortes

Très remontés contre le gouvernement, les professionnels du tourisme marocain, ont exprimé une fois encore leur mécontentement. Ils ont réclamé des mesures fortes et des actes...

Maroc : un appel pour sauver les agences de voyages

Les responsables des agences de voyage ont organisé un sit-in mardi 4 janvier 2022 à Rabat, au cours de laquelle ils ont appelé le gouvernement à sauver leur secteur durement...

Tourisme au Maroc : six propositions pour sortir de la crise

Le tourisme marocain est au fond du gouffre, menacé même d’existence, avec son cortège de dizaines de milliers de familles réduites à la précarité. Le collectif de la nouvelle...

Nous vous recommandons

Une « maison marocaine » pour Jennifer Lopez et Ben Affleck

Jennifer Lopez et Ben Affleck, qui ont convolé en justes noces samedi à Las Vegas, sont à la recherche d’une luxueuse demeure à Los Angeles. Le nouveau couple d’Hollywood est particulièrement intéressé par trois résidences dont l’une comporte une architecture...

Covid-19 : le Maroc attend le pic « dans les prochains jours »

Au Maroc, le pic de l’épidémie pourrait arriver dans les «  tout prochains jours  », surtout à Guelmim-Oued Noun (39 %), région la plus touchée.

L’or turc envahit le Maroc

L’introduction illégale de l’or turc au Maroc est une pratique courante qui menace les bijoutiers marocains de pertes considérables voire de faillites. Ces derniers appellent les pouvoirs publics à mettre fin à ce...

L’Espagne exporte plus de gaz qu’elle n’en importe d’Algérie

Le PDG d’Enagás, Arturo Gonzalo Aizpiri, a déclaré ce mardi que l’Espagne exporte plus de gaz vers la France à travers les interconnexions à Irún (Guipúzcoa) et Larrau (Navarre), qu’elle n’en importe de l’Algérie via le...

Comment se porte le dirham face à l’euro ?

La devise marocaine est restée stable au cours de la semaine du 25 au 29 octobre, cédant ainsi près de 0,1 % face au dollar et s’appréciant de 0,09 % face à l’euro. C’est ce que précise BMCE Capital Global Research...

Le Maroc veut acquérir le système de missiles VL-MICA

Le Maroc a annoncé l’acquisition du système de missiles français VL-MICA, afin de « protéger les installations vitales et sensibles en particulier contre les menaces aériennes et de missiles ».

«  Dôme de fer  » : l’accord de vente entre le Maroc et Israël bientôt signé

Annoncé en visite officielle au Maroc dans les tout prochains jours, le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, pourrait conclure la vente au royaume du système anti-missile dénommé «  Dôme de fer ...

Sebta : sans trafic de marchandises, l’économie toujours au point mort

La non réactivation du trafic de marchandises à la frontière de Sebta avec le Maroc, affecte gravement l’économie de la ville autonome qui attend toujours la création d’une douane commerciale pour retrouver son statut de « ville commerciale...

La ligue arabe adopte la carte du Maroc intégrant le Sahara

Après les États-Unis et plusieurs autres pays ou institutions, c’est au tour de la Ligue arabe d’adopter la carte du Maroc intégrant le Sahara. Dans une note adressée à ses organes et organisations, elle a recommandé son adoption dans tous les...

Des dirhams utilisés au Maroc il y a 1000 ans retrouvés

Les archéologues de l’Autorité archéologique de Sharjah ont découvert d’anciennes pièces de dirham frappées notamment au Maroc, en Perse, il y a un millénaire dans la région centrale de Sharjah.