Nouvelle loi sur les prénoms au Maroc

29 juin 2021 - 20h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les surnoms “Moulay”, “Sidi” et “Lalla” seront bientôt interdits et le Tifinagh sera introduit dans la transcription des noms. Ce sont les nouveautés que va apporter un nouveau projet de loi portant n° 36.21 relatif à l’état civil qui propose la mise en place d’un système électronique national. Le texte sera examiné par la Commission de l’intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la chambre des représentants.

Des nouveautés en matière d’état civil. Un nouveau projet de loi portant n° 36.21 relatif à l’état civil propose la mise en place d’un système électronique national et d’un registre national de l’état civil en introduisant le tifinagh dans la rédaction des documents, rapporte Hespress. Avec ce nouveau texte qui sera probablement adopté et entrera en vigueur, l’enregistrement et la mise à jour de l’état civil des personnes (naissance, décès, mariage, divorce…) à travers un système digital central intégré seront désormais possibles.

À lire : Une première au Maroc, une question au parlement posée en Tifinagh (photo)

Dans ce sens, un portail d’état civil et un registre national seront créés. Le texte ouvrira la voie à l’échange électronique des données d’état civil, à la création de l’Agence nationale des archives et d’un identifiant numérique civil et social qui est aussi prévu par la législation relative au système de ciblage des bénéficiaires du programme d’aide sociale. Après entrée en vigueur de la loi, tous les actes d’état civil seront transcrits en arabe, avec les noms et prénoms en tifinagh et en lettres latines. Les officiers de l’état civil se chargeront de la signature des actes par voie électronique. Ces actes pourront être extraits via une plateforme numérique.

S’agissant des actes de naissance, le texte stipule, entre autres, que toute personne doit choisir un nom de famille, qui ne peut être différent de celui de son père ou portant atteinte à la moralité ou à l’ordre public, de personnalités ou de caractère ironique. Il sera également interdit aux citoyens de choisir des noms relatifs à une ville, un village, une tribu ou qui soient composés à moins qu’un membre de la famille concernée du côté paternel ne soit inscrit sous un nom composé à l’état civil. Si le nom de famille choisi a un caractère de “chérifien”, il est notamment exigé de fournir une attestation délivrée par le représentant des “chérifiens”.

À lire : En Espagne, la darija ne sera pas enseignée dans les écoles

Quant aux prénoms, les surnoms ou qualité tels que “Moulay” (Monseigneur), “Sidi” (Sire) ou “Lalla” (Son Excellence) sont interdits. Tout Marocain inscrit à l’état civil a la possibilité de demander à changer son nom ou prénom pour des raisons valables par décision de justice. Le haut comité de l’état civil, prévu par le décret n° 2.99.665, s’est assigné comme mission d’examiner la conformité des noms de famille choisis. Aussi, est-il chargé des demandes de changement des noms et prénoms des personnes. Ses décisions peuvent faire l’objet d’un recours devant le tribunal administratif de Rabat.

Une fois entrée en vigueur, la loi s’appliquera à tous les Marocains ainsi qu’aux étrangers dont les naissances ou le décès surviennent sur le territoire national.

Sujets associés : Tifinagh - Parlement marocain

Aller plus loin

Le Maroc modernise son état civil

Le ministère de l’Intérieur se dote d’un centre de données pour la gestion des naissances et des décès des Marocains et étrangers résidant au Maroc. Ceci dans le cadre de la...

Où sont les caractères amazighs sur la nouvelle carte d’identité ?

Le Rassemblement mondial Amazigh au Maroc a marqué, dans une correspondance adressée à Abdellatif Hammouchi, Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), sa surprise quant à...

Maroc : une banque condamnée pour avoir refusé un chèque en tifinagh

Le tribunal de commerce de Casablanca a condamné une banque marocaine à encaisser un chèque libellé en tifinagh. Une décision historique.

Une première au Maroc, une question au parlement posée en Tifinagh (photo)

Une première au Maroc où une députée a choisi de poser au parlement sa question à un ministre en utilisant les caractères Tifinagh.

Ces articles devraient vous intéresser :

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Augmentation de la pension rentraite des Marocains

Les travailleurs du secteur privé pourraient se retrouver avec 100 DH de plus sur leurs pensions de retraite. Le gouvernement étudie sérieusement sa faisabilité actuellement.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.