Le Maroc modernise son état civil

25 août 2021 - 08h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le ministère de l’Intérieur se dote d’un centre de données pour la gestion des naissances et des décès des Marocains et étrangers résidant au Maroc. Ceci dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle loi sur l’état civil adoptée par le parlement il y a quelques semaines, avec de nouveaux mécanismes de gestion de l’état civil.

Avec la loi N°36.21, relative à l’état civil, les établissements sanitaires ainsi que les services d’hygiène ont l’obligation d’effectuer les déclarations de naissances et les décès par voie électronique. Les hôpitaux civils et militaires et les autorités locales sont également concernés par cette nouvelle disposition.

À lire : Le Maroc fait un grand pas vers l’état civil électronique

Selon le ministère de l’Intérieur, ces mesures prennent effet, en attendant la publication de l’ensemble des décrets d’application prévus par la nouvelle loi sur l’état civil. Chaque nouveau-né marocain ou étranger sera doté d’un identifiant national à la déclaration de la naissance.

À lire : Nouvelle loi sur les prénoms au Maroc

Il s’agit pour le ministère de jouer sa partition dans la modernisation de l’administration marocaine, en simplifiant les procédures et formalités. L’article premier vise à créer un « système numérique national et un registre national de l’état civil avec des contenus comme la date de naissance, de décès, de mariage et/ou de dissolution de l’acte de mariage. L’article 34 de la loi interdit l’attribution d’un nom qui pourrait « porter atteinte aux bonnes mœurs ou à l’ordre public », ou d’un nom ironique ou celui d’une ville, d’un village ou d’une tribu.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Lois - Enfant - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Maroc : nouvelle campagne d’inscription au registre d’état civil

Une deuxième campagne a été lancée par la délégation interministérielle en charge des droits de l’homme pour permettre à tous les enfants non inscrits aux registres de l’état...

Le Maroc fait un grand pas vers l’état civil électronique

Le projet de loi relatif à l’état civil a été adopté jeudi par le Conseil de gouvernement présidé par le chef de l’exécutif, Saad Eddine El Otmani.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de...

Maroc : des pièces « inutiles » supprimées dans l’administration

Les Marocains sont exemptés depuis début avril d’une vingtaine de documents jugés non essentiels pour le service administratif, selon une circulaire du ministère de l’Intérieur.

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Le Maroc en croisade contre la mendicité

Malgré les efforts fournis pour l’éradiquer, la mendicité a la peau dure. Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit sonne la mobilisation contre ce phénomène qui génère plusieurs milliards chaque année.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.