Maroc : quid de la rémunération variable en ces temps de Covid-19 ?

16 novembre 2020 - 16h30 - Economie - Ecrit par : S.A

Au Maroc, la rémunération variable sera le sujet de 2021. C’est du moins ce qu’affirme Achraf Dahbi, directeur d’activité au sein de LMS ORH.

"Toute entreprise structurée dispose d’un plan de rémunération variable conditionné par des critères de performance. Tout cela est discuté en amont. Avec la crise, tous les objectifs qui ont été fixés vont finalement devenir obsolètes. En réalité, la majorité des entreprises ne vont pas se risquer à distribuer des primes pour la simple raison de maintenir le même niveau de trésorerie qui leur permettra de faire face à leurs engagements vis-à-vis des personnes tierces", a-t-il déclaré dans une interview accordée à Aujoud’hui Le Maroc. Le responsable a fourni des détails sur les principales conclusions tirées d’une étude réalisée par LMS ORH et Willis Towers Watson sur la rémunération salariale en ces temps de Covid-19.

"Au-delà des chiffres qui vont alimenter les orientations relatives aux éventuelles augmentations, il existe aussi des choses qui sont réalisées par rapport aux dispositifs de rémunération", a-t-il expliqué. Il a fait remarquer que le télétravail que plusieurs entreprises ont adopté en cette période de crise sanitaire pose beaucoup de questions, notamment sur le plan juridique, mais aussi des aspects très pratiques. "Le package salarial classique du collaborateur au Maroc est composé de certaines indemnités telles que celles des transports et de paniers. Ces éléments sont devenus obsolètes avec le confinement. En parallèle, d’autres types de dépenses ont émergé lorsqu’on travaille de chez soi (une bonne connexion internet, des ordinateurs portables, etc.)", a-t-il dit.

Au dire du responsable, 2021 va être une année de relance. "Cependant, il faudra mettre le paquet sur des dispositifs qui ne vont pas impliquer les entreprises dans des engagements immuables. L’augmentation de salaire ne va pas revenir de suite, par contre les primes ont cette flexibilité naturelle qui favorise leur distribution et ce en fonction des résultats de l’entreprise. La rémunération variable sera le sujet de 2021 compte tenu de sa flexibilité", a-t-il indiqué. Pour M. Dahbi, il faut prendre en considération cette dépendance directe entre ce que l’on distribue et la santé économique et financière de l’entreprise.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Emploi

Aller plus loin

Ce que vous devez savoir du salaire minimum au Maroc

Bank Al-Maghrib (BAM) a indiqué que le ratio du salaire minimum sur le salaire moyen demeure sensiblement élevé au Maroc. C’est ce que révèle une étude conduite par ses...

Maroc : quel est le salaire moyen dans la fonction publique ?

Sur un total de 568 149 fonctionnaires civils, la fonction publique marocaine affecte 135,93 milliards de DH aux dépenses du personnel. Pourtant, il existe de saisissantes...

Maroc : la hausse du salaire minimum est effective

Dans le cadre de la mise en œuvre des résultats du dialogue social du 25 avril 2019, le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) a été revu à la hausse depuis le 1er...

Maroc : pas d’augmentation du salaire minimum en juillet

La conjoncture a finalement eu raison de l’augmentation du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG). Initialement prévu pour le 1ᵉʳ juillet 2020, le CGEM a demandé...

Ces articles devraient vous intéresser :

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Les Marocains partiront à la retraite plus tard

Le Maroc s’est engagé dans la voie de réforme de son système de retraite visant à rétablir l’équilibre financier des régimes. Et l’une des principales dispositions du nouveau texte est le relèvement de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. La...

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Royal Air Maroc recrute

Royal Air Maroc (RAM) a lancé via sa filiale Atlas multi services (AMS), une opération de recrutement de personnel navigant commercial au Maroc. Le dernier délai de l’appel à candidatures est fixé au 1ᵉʳ décembre prochain.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonce avoir programmé pour le mois de septembre, plusieurs concours en vue de recruter 6 000 agents de différents grades.

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.