Maroc : le service militaire, un tremplin vers l’emploi

4 avril 2022 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Rétabli en 2019, le service militaire obligatoire est présenté « comme un tremplin pour l’accès à l’emploi ». Cette présentation est largement valorisée et est à l’origine d’une forte augmentation du nombre de circonscrits. Le Maroc tente ainsi de régler un tant soit peu le problème de l’emploi des jeunes.

Supprimé en 2006, le service militaire obligatoire a été rétabli à travers l’adoption en janvier 2019 par le gouvernement d’un projet de loi, avant d’être interrompue pendant deux ans à cause de la pandémie de Covid-19. Selon les chiffres officiels de la commission centrale, le nombre de conscrits a connu une forte augmentation : 178 166 (les femmes représentent 16 %) pour l’année 2022, soit une progression de 33 % par rapport à 2019, fait savoir l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique.

À lire : FAR : l’état-major clarifie les propos d’un ex-appelé du service militaire

Au fils des ans, le gouvernement a changé de stratégie. « Nous ne sommes pas dans la mobilisation forcée. Mais plus on sensibilise les personnes, plus on leur explique l’objectif derrière cette opération et plus on leur laisse la latitude du choix. Évidemment, on essaie de transmettre à travers le service militaire des valeurs patriotiques et de protection de l’intégrité territoriale. Mais il n’y a pas de volonté militariste », explique Kamal Hajja, enseignant-chercheur à l’université Euromed de Fès.

À lire : Refusant de faire le service militaire, des Marocains s’enfuient vers Melilla

Selon lui, la popularité du service militaire obligatoire s’explique par une série de facteurs : « la volonté de rejoindre l’institution qui englobe en elle toutes les valeurs nationalistes […] face aux menaces à nos frontières », « la perspective d’une situation professionnelle et sociale stables » face à « un taux de chômage qui ne cesse d’augmenter depuis la crise sanitaire » et « l’inscription à une formation professionnelle reconnue qui faciliterait l’accès au marché de l’emploi pour les jeunes n’ayant pas un niveau scolaire ou académique requis. »

À lire : Maroc : le service militaire suspendu

Pendant la durée du service militaire, les bacheliers considérés comme sous-officiers reçoivent 1 500 DH (140 euros) tandis que les appelés nantis d’un diplôme équivalent à la licence à qui le grade d’officier est attribué ont comme rémunération une somme s’élevant à 2 100 DH (196 euros). Ce salaire mensuel est exonéré de tout impôt et n’est soumis à aucun prélèvement, fait-on savoir. Autres avantages liés au service militaire : la gratuité de l’habillement, de l’hébergement, de l’alimentation et de l’accès aux soins dans les institutions hospitalières militaires, une indemnité de transport et une indemnité spéciale pour ceux qui serviront dans le secteur opérationnel Sud.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Emploi - Service militaire au Maroc

Aller plus loin

Maroc : voici le coût du service militaire obligatoire

Dans le cadre du rétablissement du service militaire obligatoire, le gouvernement a mobilisé des ressources financières très importantes. Ainsi la 37ᵉ promotion recrutée cette...

Des joueurs de la Botola convoqués pour le service militaire obligatoire

Panique dans le rang des jeunes évoluant dans des clubs de football de première et deuxième divisions. Ils viennent de recevoir leur convocation pour le service militaire...

Maroc : 58 000 postes d’emploi perdus au premier trimestre

Entre le premier trimestre 2021 et celui de 2022, l’économie marocaine a perdu 58 000 postes d’emploi, malgré la reprise des activités, fortement touchées par la crise du Covid-19.

FAR : l’état-major clarifie les propos d’un ex-appelé du service militaire

Suite aux propos d’un ancien enrôlé du 36ᵉ contingent du service militaire obligatoire, l’État-major Général des Forces Armées Royales (EMG-FAR) a réagi pour apporter des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Trop de centres commerciaux ?

Au Maroc, la multiplication des malls soulève des inquiétudes. Les fermetures de plusieurs franchises enregistrées ces derniers temps amènent à s’interroger sur la viabilité de ce modèle commercial.

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Médecins maghrébins en France : l’exil comme solution ?

Après une percée au premier tour des législatives françaises, la perspective de voir le Rassemblement national (RN) présidé par Jordan Bardella, qui place l’immigration au cœur de la campagne électorale, remporter la majorité absolue le 7 juillet,...

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.

Des joueurs de la Botola convoqués pour le service militaire obligatoire

Panique dans le rang des jeunes évoluant dans des clubs de football de première et deuxième divisions. Ils viennent de recevoir leur convocation pour le service militaire obligatoire. Une première au Maroc.

La stratégie du Maroc pour s’imposer dans la sous-traitance aéronautique

Depuis 25 ans, le Maroc travaille à s’imposer dans la sous-traitance aéronautique mondiale. Quelle stratégie a-t-il défini pour atteindre son objectif ?

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.