Le Maroc se tourne vers le blé français

4 octobre 2023 - 10h30 - Economie - Ecrit par : S.A

Touché par la sécheresse, le Maroc se tourne vers la France pour s’approvisionner en blé tendre. L’hexagone a exporté 1 million de tonnes vers le royaume cet été.

Le Maroc devrait acheter 2,5 millions de tonnes de blé tendre, soit environ la moitié de ses besoins, à la France pour la saison se terminant en juin 2024, déclare à Reuters Yann Lebeau, responsable de la région Maghreb au sein du groupement professionnel des exportateurs français de céréales Intercéréales. Il précisera que la France a déjà exporté 1 million de tonnes vers le royaume cet été à la suite de la grave sécheresse qui a frappé le pays en 2022. L’année dernière, le blé français a représenté 60 % des importations marocaines, soit 2,88 millions de tonnes, est-il encore précisé.

À lire :La sécheresse pousse le Maroc à multiplier ses achats de blé sur le marché mondial

La semaine dernière, l’Office marocain interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL) a fait savoir que le Maroc accordera des subventions pour importer jusqu’à 2 millions de tonnes de blé tendre entre le 1ᵉʳ octobre et le 31 décembre. Le programme d’importation pour la période octobre-décembre a été approuvé par les ministères marocains des Finances et de l’Agriculture, les détails des subventions devant être publiés séparément, a indiqué l’ONICL dans une note publiée sur son site web.

À lire : Le Maroc se détourne du blé français

En juin, l’Office avait mis en place un système de restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Ce système consiste en la mise en place d’une prime forfaitaire à régler par l’État en faveur des importateurs dans le cas où le prix de revient de sortie port est supérieur à 270 dirhams par quintal. Cette prime correspond à la différence entre le prix de revient moyen de sortie du port du mois et le tarif de 2,7 $/tonne. Dans ce sens, des subventions avaient permis l’acquisition d’un stock de 2,5 millions de tonnes de blé tendre sur le marché international entre juillet et septembre 2023. Les besoins d’importation du pays sont estimés à environ 5 millions de tonnes pour cette saison.

À lire :Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc est confronté à une 5ᵉ année consécutive de sécheresse. La production de blé est bien inférieure aux moyennes historiques. Selon le service agricole étranger du ministère américain de l’Agriculture, les estimations de récolte 2023 prévoyaient en juin que la production atteindrait 2,98 millions de tonnes pour le blé tendre et 1,18 million de tonnes pour le blé dur.

Sujets associés : France - Importations - Exportations - Alimentation - Acquisition

Aller plus loin

Le Maroc intensifie l’importation de blé français

Le Maroc s’attend à recevoir une importante quantité de blé de la France. Le royaume a réceptionné 1 million de tonnes de la denrée en provenance de l’hexagone durant l’été.

Le Maroc va créer une réserve supplémentaire de blé

À l’heure où la guerre déclenchée en Ukraine par la Russie fait craindre une pénurie de blé dans le monde, le Maroc va créer une réserve supplémentaire de blé tendre et dur....

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des...

La sécheresse pousse le Maroc à multiplier ses achats de blé sur le marché mondial

Le Maroc maintient son système de restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Une importante quantité de cette céréale sera bientôt commandée.

Ces articles devraient vous intéresser :

Tomate marocaine : vers une hausse des exportations en Europe ?

La tomate marocaine pourrait profiter de la crise agricole qu’entrevoit l’Europe cette année. Un rapport de la commission prévoit une baisse de la production et de la consommation, les importations devant par conséquent augmenter.

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.

Maroc : boom des exportations automobiles à fin novembre 2023

Les exportations de voitures ont augmenté de 30,2 % à fin novembre 2023 par rapport à la même période de l’année précédente, atteignant plus de 130,64 milliards de dirhams (MMDH).

Charbon encombrant : l’Europe se décharge sur le Maroc

Confrontée à une crise énergétique l’année dernière, l’Europe avait renoué avec l’exploitation du charbon. Aujourd’hui, avec la diminution de la demande en énergie fossile, le vieux continent opte pour l’exportation de grandes quantités de charbon, en...

Les Marocains du monde ont envoyé 93,7 MMDH en 2021

Les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) au titre de 2021 ont connu une hausse de 37,5 % par rapport à 2020, d’après le rapport annuel sur la situation économique, monétaire et financière de Bank Al-Maghrib (BAM).

Maroc : bond spectaculaire des exportations automobiles

Au Maroc, les exportations du secteur automobile ont atteint plus de 141,76 milliards de dirhams à fin décembre 2023, soit une augmentation de 27,4 % par rapport à l’année précédente.

Maroc : hausse du déficit commercial en 2021

Sur l’ensemble de l’année 2021, les échanges commerciaux du Maroc ont connu un important rebond, marqués par une hausse du déficit commercial à 15,5 %, selon Bank Al-Maghrib.

Maroc : une baisse des taxes sur les médicaments prévue en 2023

Afin de permettre aux Marocains d’avoir accès aux services de santé, le gouvernement envisage de revoir la fiscalité sur les médicaments et produits de santé. Des mécanismes sont en cours d’élaboration pour réduire la TVA sur l’importation de ces...

Israël importe des étrogs marocains pour la fête de Souccot

Pour la célébration de la fête de Souccot cette année, les juifs d’Israël vont utiliser des étrogs marocains. Une grande quantité de ce fruit a été acheminée en Israël, en raison des restrictions liées à la loi juive et grâce à la normalisation des...

Le château de Gretz-Armainvilliers, ancienne propriété du roi Hassan II

Le roi Hassan II n’avait pas seulement un goût prononcé pour les voitures de luxe. Il était aussi un amoureux de belles demeures et avait acquis une auprès de la famille Rothschild.