La sécheresse pousse le Maroc à multiplier ses achats de blé sur le marché mondial

25 septembre 2023 - 22h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Le Maroc maintient son système de restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Une importante quantité de cette céréale sera bientôt commandée.

Confronté à une 5ᵉ année consécutive de sécheresse, le Maroc multiplie ses importations de blé tendre. Une fois de plus, le royaume se tourne vers le marché international pour répondre à ses besoins. Le blé tendre représente près de 70 % de la consommation totale de blé en milieu urbain et 66 % en milieu rural. L’Office marocain interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL) fait savoir que le Maroc accordera des subventions pour importer jusqu’à 2 millions de tonnes de blé tendre entre le 1ᵉʳ octobre et le 31 décembre. Le programme d’importation pour la période octobre-décembre a été approuvé par les ministères marocains des Finances et de l’Agriculture, les détails des subventions devant être publiés séparément, a indiqué l’ONICL dans une note publiée sur son site web.

À lire :Le Maroc se détourne du blé français

En juin, l’Office avait mis en place une restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Ce système consiste en la mise en place d’une prime forfaitaire à régler par l’État en faveur des importateurs dans le cas où le prix de revient de sortie port est supérieur à 270 dirhams par quintal. Cette prime correspond à la différence entre le prix de revient moyen de sortie du port du mois et le tarif de 2,7 $/tonne. Des subventions avaient ainsi permis l’acquisition d’un stock de 2,5 millions de tonnes de blé tendre sur le marché international entre juillet et septembre 2023. Les besoins d’importation du pays s’estimant à environ 5 millions de tonnes pour cette saison, il fallait d’autres subventions pour importer davantage cette céréale. Le maintien des subventions à l’importation pourrait également être dû à un déficit des entrées de juillet-septembre par rapport à l’objectif de 2,5 millions de tonnes, croit savoir un négociant européen.

À lire :Le Maroc va créer une réserve supplémentaire de blé

Avec 1,2 million de tonnes de blé tendre expédiées à la mi-septembre, l’Union européenne est le principal fournisseur du Maroc jusqu’à cette saison, selon les données de l’UE. Environ 100 000 tonnes de blé russe ont été importés.

Sujets associés : Importations - Alimentation - Acquisition

Aller plus loin

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des...

Le Maroc maintient sa confiance au blé français

Le Maroc manifeste un intérêt grandissant pour le blé tendre russe. La Russie demeure son troisième fournisseur.

Importations de blé : le Maroc se tourne vers la Russie

La Russie est devenue l’un des principaux fournisseurs de blé du Maroc, à côté de la France, de la Roumanie, de la Lituanie et de la Pologne.

Le Maroc intensifie l’importation de blé français

Le Maroc s’attend à recevoir une importante quantité de blé de la France. Le royaume a réceptionné 1 million de tonnes de la denrée en provenance de l’hexagone durant l’été.

Ces articles devraient vous intéresser :

Pénurie de lait : les Marocains prennent d’assaut les magasins

Pour contrer la ruée des Marocains vers le lait, plusieurs supermarchés ont décidé de limiter sa vente. Une mesure censée éviter des ruptures de stock.

L’amande américaine écrase la concurrence marocaine

L’amande américaine a la cote au point de dominer le marché local au détriment de l’amande marocaine. Conséquence : le Maroc peine à écouler son produit pourtant meilleur que celui qui est importé.

Bonne nouvelle pour les MRE : Importations de meubles usagés désormais libres

Le ministère marocain de l’Industrie et du commerce vient de lever les restrictions à l’importation par les Marcains résidant à l’étranger des meubles en bois, des tapis et autres articles électroménagers usagés.

Les Marocains paieront plus cher certains produits

En raison d’une décompensation annoncée, les prix de certains produits de grande consommation comme le gaz, la farine et le sucre reviendront plus cher aux consommateurs marocains.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

L’eau Aïn Ifrane ne trouve pas encore de repreneur

Le groupe Castel est activement à la recherche d’un repreneur pour la marque d’eau Aïn Ifrane, sans succès pour l’instant. Les discussions avec des opérateurs locaux et internationaux via une banque d’affaires n’ont visiblement pas encore abouti.

Le rail marocain au cœur d’une rivalité internationale

Les géants mondiaux du ferroviaire vont se livrer une rude concurrence pour le mégacontrat de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF). Celui-ci a lancé un appel à concurrence pour acquérir 168 nouveaux trains, dont 18 trains à grande vitesse.

Aïd Al-Adha : combien coûte un mouton importé ?

Le prix du mouton importé serait de l’ordre de 2 850 dirhams et non 700 dirhams, selon une rumeur distillée sur les réseaux sociaux. C’est ce qu’indique la Fédération marocaine des acteurs de la filière élevage (FMAFE).

Le Groupe Bel cède ses parts dans Safilait

Le groupe laitier français Bel Group, actionnaire majoritaire dans la société marocaine Safilait, a annoncé la cession de ses parts à l’acteur laitier polonais Polmlek. Le montant de la transaction n’est pas connu.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.