Au Maroc, les traiteurs sont au bord de la faillite

28 juillet 2020 - 15h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Face à une faillite imminente, les traiteurs marocains sans activité depuis plus de quatre mois plaide pour une relance à 30% ou 50% de leur secteur.

Depuis quatre mois, les traiteurs n’organisent plus des funérailles, mariages, ou toute autre cérémonie. "On est en arrêt à 100% depuis le 15 mars. Même les mariages qu’on avait de prévu en juin, juillet, août, pour 10, 15 et 20 tables ont été annulés", confie à Hespress Meryem Ben, chef d’une entreprise-traiteur à Casablanca. La seule mesure d’accompagnement dont bénéficient les employés déclarés à la Caisse nationale de la Sécurité sociale (CNSS) est relative à l’obtention d’une indemnité.

Au cas où cette indemnité ne sera pas maintenue tout au long de cette période d’inactivité qui perdure, "nos employés n’auront plus de quoi subvenir à leurs besoins sachant que les 2000 dirhams qu’on leur verse ne leur suffisent déjà pas", fait-elle remarquer. Alors que les cafés, les restaurants, les hôtels et les commerces ont entre-temps été autorisés à rouvrir avec une capacité d’accueil de 50%, les traiteurs continuent de baigner dans l’incertitude quant à la reprise de leur activité.

"On n’a aucune visibilité quant à la relance de notre activité, déplore Meryem Ben. Il ne faut pas oublier que l’activité des traiteurs emploie des milliers de personnes, allant des cuisiniers, aux femmes de ménage, aux décorateurs et la liste est longue. Des emplois que les personnes lambda considèrent comme banals mais qui sont essentiels et indispensables dans notre activité, et qui permettent à ces gens de gagner leur vie, surtout qu’il s’agit d’employés vacataires qui travaillent au jour le jour, alors que d’autres touchent chaque mois un salaire fixe et n’ont pas à se plaindre".

Face à cette situation, les traiteurs plaident pour une reprise "le plus tôt possible" de leur secteur, ce qui permettra d’éviter une « faillite certaine". "On ne demande pas à reprendre à 100%. Rien que 30% ou 50% nous suffisent pour au moins couvrir nos charges et permettre à nos employés de respirer un peu coté financier. On peut s’arranger avec nos clients et leur proposer des formules permettant de rester dans les normes et de respecter les mesures de prévention sanitaire, notamment la distanciation entre les tables et les invités", demande Meryem Ben.

Sujets associés : Casablanca - Mariage

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : les traiteurs aux abois exigent la reprise progressive des activités

L’interdiction des rassemblements et fêtes de tout genre plonge le secteur des traiteurs marocains dans le désarroi. La majorité d’entre eux étant dans l’informel, ils n’ont pas la...

Maroc : le secteur de l’événementiel, encore très fragile, sort la tête de l’eau

Malgré les facilités qui leur ont été accordées pour les soulager des effets de la pandémie du coronavirus, les professionnels marocains du secteur de l’Événementiel ont encore une...

Les traiteurs marocains crient leur désarroi

Les traiteurs marocains sont en arrêt d’activité depuis le mois de mars en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. Ils appellent l’État à l’aide afin de sortir de cette...

Maroc : les traiteurs veulent convaincre les autorités sanitaires (Vidéo)

Après plus de 8 mois d’attente, les traiteurs marocains veulent montrer au gouvernement leur capacité à assurer une reprise des activités dans le respect du protocole...

Nous vous recommandons

Casablanca

Une majorité des agences de voyage a fait faillite au Maroc

La pandémie de Covid-19 a provoqué la fermeture de 80 % des agences de voyage exerçant au Maroc. Pour sauver le secteur, Khalid Benazzouz, président de l’Association régionale des agences de voyages de Casablanca-Settat (ARAVCS) plaide sa cause auprès du...

Coronavirus : le chanteur Mahmoud El Idrissi admis en réanimation

Admis en début de semaine pour insuffisance respiratoire, le chanteur marocain Mahmoud El Idrissi est soigné dans une clinique privée à Casablanca.

Des Casablancais victimes d’une arnaque à grande échelle

Un individu a arnaqué des dizaines de Casablancais via Facebook. Il leur faisait croire qu’il était le gérant d’une entreprise de rénovation de maisons.

Casablanca : 6 arrestations pour trafic international de drogue

La police de Casablanca a interpellé, vendredi, six individus dont deux aux antécédents judiciaires pour leurs liens présumés avec un réseau criminel actif dans le trafic international de drogue. Ils sont âgés entre 19 et 46...

Grosse saisie de la douane à Casablanca

Les éléments de la Brigade nationale de Douanes ont saisi une grande quantité de marchandises prohibées et sensibles suite à la perquisition de deux magasins à Casablanca.

Mariage

Essaouira : le jeune qui a foncé sur le cortège d’un mariage se tire d’affaire

L’« ould lefchouch » (enfant gâté) qui avait foncé sur le cortège d’un mariage début février à Essaouira ne purgera pas sa peine de deux ans de prison. Il a été libéré sous caution.

Maroc : le mariage par « la Fatiha » en débat

Le mariage coutumier (par Fatiha) est une préoccupation majeure pour les membres du gouvernement, les universitaires, les juristes ainsi que les acteurs associatifs. Ces derniers estiment que c’est une problématique juridico-sociétale à...

Maroc : une aide financière pour inciter les jeunes à se marier

Les parlementaires à la chambre des représentants ont suggéré une aide financière aux jeunes mariés marocains, s’appuyant sur le mécanisme «  comptes mariages  », mis en place par la Turquie depuis 2016.

Au Maroc, la crise sanitaire assomme les métiers du mariage

La crise sanitaire liée au Covid-19 a produit un impact négatif sur les métiers du mariage qui sont à l’arrêt total depuis le 14 mars 2020. Les professionnels du secteur plaident pour la relance de leur...

Maroc : un MRE poursuivi pour bigamie

Un Marocain résidant à l’étranger est dans de sales draps. L’homme est poursuivi pour faux, usage de faux et bigamie, suite à une action déclenchée par sa première épouse.