Maroc : le secteur de l’événementiel, encore très fragile, sort la tête de l’eau

18 juillet 2021 - 18h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Malgré les facilités qui leur ont été accordées pour les soulager des effets de la pandémie du coronavirus, les professionnels marocains du secteur de l’Événementiel ont encore une liste de doléances qu’ils espèrent voir satisfaite pour sauver leur secteur du naufrage qui se profile à l’horizon. 

Il s’agit de l’indemnisation pour perte d’emploi au titre des mois de janvier à juin 2021, la remise fiscale relative à la taxe professionnelle pour les exercices 2020 et 2021, la prolongation du délai d’annulation des pénalités décidées par la CNSS et la DGI.

Après de longs mois de chômage, les traiteurs ont repris depuis fin mai leurs activités (cérémonies de mariage, funérailles, fêtes familiales…). Les carnets de commandes des professionnels sont actuellement surchargés. « J’ai essayé de trouver une salle de fête pour le mois d’août à Casablanca pour des clients mais tout est booké », indique un professionnel.

À lire : Maroc : touchés par la crise, les traiteurs reçoivent des indemnités

Au nombre des conditions pour une reprise dans le secteur, il y a les rassemblements et les activités dans les espaces fermés autorisés pour moins de 50 personnes et dans les espaces ouverts pour moins de 100 personnes. En cas de dépassement de ce nombre, une autorisation auprès des autorités locales est requise. Des contraintes acceptées par clients et prestataires qui ont tous les deux besoin de ce genre d’événements.

À lire : Les traiteurs marocains crient leur désarroi

La reprise est une bouffée d’oxygène pour les traiteurs, mais également pour les petits métiers qui gravitent autour. Selon une étude réalisée par la profession dans le Souss Massa, l’écosystème des traiteurs rassemble 27 autres activités. De l’importateur de différents produits de luxe, en passant par l’artisan fabricant de babouches, d’habits traditionnels ou encore de dinanderie, ils sont nombreux à dépendre du secteur.

À lire : Au Maroc, les traiteurs sont au bord de la faillite

Il faudra cependant encore du temps pour effacer les pertes concédées à cause de la crise sanitaire. Les professionnels estiment qu’il sera assez difficile de remonter la pente. Selon Jamal Alahiane, président de l’Union marocaine des propriétaires et gérants des salles de fêtes (UMPGSF), les autorités doivent davantage accompagner les acteurs pour la survie du secteur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Gastronomie - Hôtellerie - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Covid-19 : le SOS des traiteurs du Maroc

Les traiteurs ne savent plus à quelle porte frapper. Au regard des nombreuses mesures prises par le gouvernement pour aider certains secteurs impactés par la crise sanitaire,...

Covid-19 au Maroc : les traiteurs réclament la reprise d’activité

Dans une correspondance adressée au ministre de l’Intérieur, la Fédération marocaine des Traiteurs (FMT) plaide pour la prise en compte de son secteur sur la liste des métiers...

Marrakech : les professionnels de l’évènementiel lancent un cri de détresse

Quelques semaines après la réouverture des frontières aériennes, les professionnels de l’évènementiel à Marrakech demandent d’autoriser les grandes manifestations.

Maroc : les traiteurs aux abois exigent la reprise progressive des activités

L’interdiction des rassemblements et fêtes de tout genre plonge le secteur des traiteurs marocains dans le désarroi. La majorité d’entre eux étant dans l’informel, ils n’ont...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des hôtels pour les sinistrés du séisme

La ministre du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, Fatim-Zahra Ammor, a évoqué l’éventualité d’une réouverture de certains hôtels fermés en vue d’accueillir les sinistrés du séisme qui a frappé le royaume dans la nuit du...

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Le Maroc, l’une des meilleures destinations gastronomiques au monde

Le Maroc fait partie des neuf meilleures destinations gastronomiques au monde, selon le célèbre magazine National Geographic.

Booking dicte sa loi aux hôtels marocains

La plateforme de réservation en ligne, Booking.com continue de dicter sa loi aux hôteliers marocains, ainsi qu’aux agences de voyages, provoquant d’énormes pertes économiques.

Maroc : du changement pour l’impôt sur les revenus locatifs

Au Maroc, l’imposition des revenus locatifs a connu des modifications majeures depuis 2023. Des changements qui ont un impact significatif sur les contribuables concernés.

Maroc : présenter un acte de mariage dans les hôtels c’est fini

L’obligation de présenter un contrat de mariage lors de la réservation de chambres d’hôtel au Maroc pour les couples aurait été annulée. Cette décision survient après la colère du ministre de la Justice, Adellatif Ouahbi.

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Maroc : les revenus d’Airbnb traqués

L’Office des changes vient de lancer une vaste opération d’audit visant les transferts financiers internationaux entre propriétaires et bénéficiaires des locations de biens immobiliers via Airbnb.

Royal air Maroc relance une ligne vers le Portugal

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a annoncé la reprise de la liaison Casablanca-Porto. Cette ligne est restée suspendue depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Maroc : une seconde vie pour les hôtels fermés

Dans la perspective de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2025) et de la Coupe du monde 2030, le gouvernement d’Aziz Akhannouch travaille à redynamiser le secteur de l’hôtellerie.