Maroc : le secteur de l’événementiel, encore très fragile, sort la tête de l’eau

18 juillet 2021 - 18h40 - Ecrit par : G.A

Malgré les facilités qui leur ont été accordées pour les soulager des effets de la pandémie du coronavirus, les professionnels marocains du secteur de l’Événementiel ont encore une liste de doléances qu’ils espèrent voir satisfaite pour sauver leur secteur du naufrage qui se profile à l’horizon. 

Il s’agit de l’indemnisation pour perte d’emploi au titre des mois de janvier à juin 2021, la remise fiscale relative à la taxe professionnelle pour les exercices 2020 et 2021, la prolongation du délai d’annulation des pénalités décidées par la CNSS et la DGI.

Après de longs mois de chômage, les traiteurs ont repris depuis fin mai leurs activités (cérémonies de mariage, funérailles, fêtes familiales…). Les carnets de commandes des professionnels sont actuellement surchargés. « J’ai essayé de trouver une salle de fête pour le mois d’août à Casablanca pour des clients mais tout est booké », indique un professionnel.

À lire : Maroc : touchés par la crise, les traiteurs reçoivent des indemnités

Au nombre des conditions pour une reprise dans le secteur, il y a les rassemblements et les activités dans les espaces fermés autorisés pour moins de 50 personnes et dans les espaces ouverts pour moins de 100 personnes. En cas de dépassement de ce nombre, une autorisation auprès des autorités locales est requise. Des contraintes acceptées par clients et prestataires qui ont tous les deux besoin de ce genre d’événements.

À lire : Les traiteurs marocains crient leur désarroi

La reprise est une bouffée d’oxygène pour les traiteurs, mais également pour les petits métiers qui gravitent autour. Selon une étude réalisée par la profession dans le Souss Massa, l’écosystème des traiteurs rassemble 27 autres activités. De l’importateur de différents produits de luxe, en passant par l’artisan fabricant de babouches, d’habits traditionnels ou encore de dinanderie, ils sont nombreux à dépendre du secteur.

À lire : Au Maroc, les traiteurs sont au bord de la faillite

Il faudra cependant encore du temps pour effacer les pertes concédées à cause de la crise sanitaire. Les professionnels estiment qu’il sera assez difficile de remonter la pente. Selon Jamal Alahiane, président de l’Union marocaine des propriétaires et gérants des salles de fêtes (UMPGSF), les autorités doivent davantage accompagner les acteurs pour la survie du secteur.

Tags : Gastronomie - Hôtellerie - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : les traiteurs comptent sur l’été pour renflouer leurs caisses

Les traiteurs sont autorisés à reprendre leurs activités après 15 mois de suspension. Cette nouvelle saison qui donne aux promoteurs l’espoir de rattraper les pertes enregistrées,...

Les traiteurs marocains crient leur désarroi

Les traiteurs marocains sont en arrêt d’activité depuis le mois de mars en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. Ils appellent l’État à l’aide afin de sortir de cette...

Maroc : les traiteurs aux abois exigent la reprise progressive des activités

L’interdiction des rassemblements et fêtes de tout genre plonge le secteur des traiteurs marocains dans le désarroi. La majorité d’entre eux étant dans l’informel, ils n’ont pas la...

Au Maroc, les traiteurs sont au bord de la faillite

Face à une faillite imminente, les traiteurs marocains sans activité depuis plus de quatre mois plaide pour une relance à 30% ou 50% de leur...

Nous vous recommandons

Tourisme : la Russie conseille le Maroc à ses citoyens

Le Maroc est cité parmi les pays pouvant accueillir les citoyens russes, après la levée des restrictions de voyage. La Russie a conseillé à ses ressortissants de s’abstenir de se rendre vers certaines destinations, par crainte d’affrontements avec les...

L’Iran veut rétablir ses relations diplomatiques avec le Maroc

L’Iran cherche à renouer le dialogue avec le Maroc après trois ans de gel des relations diplomatiques.

Un Marocain atteint d’un cancer expulsé de son domicile à Séville

Le tribunal de première instance de Séville a ordonné vendredi l’expulsion d’un Marocain atteint d’un cancer, après avoir rejeté la demande de son avocat de suspendre la procédure d’expulsion pour raison...

Le Polisario invente un bombardement à Smara (vidéo)

Une source locale a démenti tout bombardement visant Smara suite à la diffusion des images d’explosions qui se seraient produites dans les encablures de la ville du Sahara marocain, samedi.

Casablanca : où en sont les travaux du tramway ?

Les projets de construction de nouvelles lignes de tramway et de busway à Casablanca se sont poursuivis de façon progressive en 2021. Cette année, l’essentiel des travaux sera consacré à la plateforme voie...

L’Agence Anadolu s’interesse aux Marocains du monde

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont repris le chemin du retour après quelques semaines de vacances au Maroc. Les ports espagnols sont prêts à les accueillir dans le cadre de cette deuxième phase de l’Opération Marhaba. L’agence turque Anadolu est...

Europe : la Sandero, la voiture fabriquée au Maroc, surclasse la Golf

La Sandero, petite voiture à hayon du constructeur automobile Dacia fabriquée dans l’usine Renault de Tanger (Maroc) arrive en tête du classement européen, surclassant ainsi la Volkswagen Golf. Une...

Chute du dirham face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 1,14 % face à l’euro et s’est appréciée de 0,29 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 14 au 20 juillet. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...

Une première médicale à l’Hôpital Universitaire International Mohammed VI de Bouskoura

L’Hôpital Universitaire International Mohammed VI de Bouskoura vient de réaliser un nouvel exploit en réussissant une intervention chirurgicale sur une patiente atteinte de tumeur cérébrale avec le scanner peropératoire le plus avancé au monde en...

Le salafiste Hassan el Kettani insulte les habitants d’Al Hoceima

Le salafiste Hassan el Kettani fait encore parler de lui. Il vient de qualifier les habitants d’Al Hoceima de damnés en raison du séisme qui a récemment frappé la région.